Paris Match Belgique

Gérard Depardieu donne son avis sur le testament de Johnny Hallyday

Gérard Depardieu en décembre 2017. | © BELGA/ABACAPRESS

People et royauté

Invité de prestige de l’émission Quotidien, Gérard Depardieu s’est confié sur le testament de Johnny Hallyday.

 

Gérard Depardieu était mardi soir l’invité de Quotidien, l’émission de Yann Barthès. En pleine promotion de la saison 2 de la série Marseille, l’acteur a accepté de parler de la guerre qui va opposer le clan Hallyday à propos de l’héritage de Johnny. En début de semaine, Laura Smet et son frère David Hallyday ont annoncé qu’ils allaient contester le testament de leur père devant la justice. Alors à ce sujet, notre Gégé national raconte sans langue de bois : « C’était couru d’avance. C’est pas bien ce qui se passe je connais Laura, je connais David, qui habitait pas loin rue du Cherche-midi. Ça va être long, elle va en chier la Laeticia ! ».

Lire aussi > Que dit la loi belge en matière d’héritage des enfants ?

Mais ce n’est pas tout. Gérard Depardieu prend ensuite la défense de David et Laura. « C’est certainement pas David ni Laura qui veulent médiatiser cette affaire. Je trouva ça triste pour certaines personnes. Qu’on en arrive à ce point alors que Johnny n’en avait rien à foutre de tout ça ».

« On est mort une fois »

Face à Yann Barthès, Gérard a également parlé de son amitié avec Johnny. Avec une anecdote, l’acteur de 69 ans explique comment les deux hommes ont traversé bien des aventures. « Je me souviens, on est morts une fois. On était tombés sur un abruti qui nous avait filé une dose de Brown Sugar, du sucre brun qui était une sorte d’héroïne à la con, et puis comme on était un peu des abrutis, on a snifé ce matin. 48 heures de coma !, raconte Gérard. Ils nous ont shootés, on est morts ensemble ».

La fin de cette histoire est heureuse, et a provoqué les rires de l’animateur et de tout le public présent. « On s’est réveillés, j’étais Villa Montmorency, chez Sylvie Vartan. Comme si de rien n’était, on s’est souvenu de rien, c’est le toubib qui nous a dit : vous vous rendez compte d’où vous venez ? ».

CIM Internet