Paris Match Belgique

Julie Gayet, confidences à Hollywood

À Los Angeles, le 4 mars. La productrice avait deux films nommés aux Oscars.

People et royauté

La productrice présentait deux films en compétition aux Oscars à Hollywood. Elle s'est confiée à notre reporter.

 

Elle n’est pas du genre à se froisser pour un rien mais, à ses yeux, certaines choses ne font pas un pli. Compagne d’un président, Julie Gayet n’a jamais voulu jouer les premières dames. Alors, même avec deux nominations aux Oscars, pas question de se prendre pour une star. Ni « Visages, villages », le documentaire d’Agnès Varda et JR, ni « L’insulte », le long-métrage de Ziad Doueiri, qu’elle produit tous les deux, n’ont remporté de prix. Qu’importe, ses victoires, Julie les obtient sans cérémonies, en multipliant les projets de cinéma et les engagements militants. Pour mener ses batailles, elle dispose de deux atouts : la détermination – chez les Gayet, une vertu de famille – et l’admiration de l’homme qu’elle aime, l'ancien président de la République François Hollande.

Lire aussi > Révélation de son idylle avec François Hollande... Julie Gayet raconte

Glamour, elle sait l’être. Mais au rêve, l’actrice préfère le concret. Ne jamais se résigner, voilà ce que lui ont appris les femmes de sa famille. Ce message, Julie le porte à travers des causes qui touchent à la condition féminine. Outre son engagement contre les violences sexuelles, elle se bat pour que l’endométriose soit une maladie mieux connue du grand public, milite pour l’accès aux soins des femmes précaires ou pour l’entrepreneuriat féminin. Un emploi du temps de ministre… à faire pâlir un président à la retraite. « François aime que les femmes de sa vie soient libres, fortes et indépendantes. »

 

Retrouvez notre reportage dans le Paris Match Belgique, en vente dans les librairies dès ce jeudi 8 mars.

CIM Internet