Paris Match Belgique

Pour le leader des Eagles of Death Metal, les manifestations anti-armes sont « pathétiques »

jesse hughes

Jesse Hughes, le chanteur des Eagles of Death Metal qui se produisait sur scène lors de l'attentat du 13 novembre 2015. | © BELGA PHOTO JONAS ROOSENS

People et royauté

Alors que la manifestation contre les armes à feu a rassemblé un million de personnes à Washington, Jesse Hughes, le chanteur des Eagles of Death Metal, dérape sur Instagram et s’en prend à ceux qui ont répondu à l’appel des lycéens américains rescapés de la tuerie de Parkland.

Présent sur la scène du Bataclan le soir du 13 novembre 2015, Jesse Hughes avait déjà à l’époque exprimé très clairement sa position pro-armes un an après l’attentat. « Est-ce que votre contrôle du port d’armes a empêché une seule personne de mourir au Bataclan ? Si qui que ce soit peut me répondre oui, je veux bien entendre ses arguments, parce que je ne pense pas », avait-il déclaré avant de proposer que « tout le monde ait accès aux armes ». Deux ans plus tard, l’avis du chanteur des Eagles of Death Metal est toujours bien tranché.

Lire aussi > Qui est Emma González, égérie et martyr des anti-armes américains ?

Manifester « pour obtenir des likes »

Sur Instagram, Jesse Hughes n’a pas hésité à fustiger les jeunes manifestants qui se sont rassemblés ce samedi pour lutter contre les violences dues à l’om­ni­pré­sence des armes à feu aux Etats-Unis. Il a partagé un dessin ironique sur lequel une femme veut apporter son soutien au mouvement. « Je vais ranger mon flingue pour contribuer à la fin de la violence ». Ce à quoi l’homme lui répond : « Je vais me couper le sexe pour arrêter les viols ». Dans le texte, le défenseur du deuxième amendement de la Constitution américaine reproche aux manifestants de « dénigrer et exploiter » la mémoire et la mort des victimes de la fusillade de Parkland « pour obtenir des likes sur Facebook et attirer l’attention des médias ». Il vise les jeunes étudiants qui, selon lui, utilisent ces manifestations pour « sécher les cours ». « Ce serait drôle si ce n’était pas pathétique et répugnant », lâche-t-il. En tant que survivant à une fusillade de masse, Jesse Hughes estime son avis légitime. « Ils m’agressent et m’insultent, tout comme ils agressent et insultent tous les défenseurs de la liberté dans chacune de leurs actions », conclut-il.

Lire aussi > Clooney “fier de son pays” grâce aux jeunes anti-armes à feu

Obviously….The best thing to do to combat chronic abusers and disregarders of the law(like the law against Murder) is to……..pass another Law!…..Genius!!!…… but before we pass this law we’re going to denigrate the memory and curse ourselves by exploiting the death of 16 of our fellow students for a few Facebook likes and some media attention….and look how well civil rights abuses as it concerns firearms helped to protect me and my friends in Paris!!!!! This almost sounds like the plan of like a kid maybe like a high school student….!. Oh wait that’s right…. The Whitney Houston song about letting the children lead the way wasn’t actually had operating paradigm for life…..And when the truth don’t line up with your bullshit narrative just hold your breath and stamp your feet and refused to except it…. then take multiple days off of school playing hooky at the expense of 16 of your classmates blood….!…. it might be funny if it wasn’t so pathetic and disgusting……As the survivor of a mass shooting I can tell you from first-hand experience that all of you protesting and taking days off from school insult the memory of those who were killed and abuse and insult me and every other lover of liberty by your every action…..Long Live Rock’n’Roll….. and may everyone of these disgusting vile abusers of the dead live as long as possible so they can have the maximum amount of time to endure their shame….and be Cursed….

A post shared by Jesse Hughes (@fatherbadass) on

Cible préférée

En plus de critiquer les manifestants, Jesse Hughes s’en est pris plus particulièrement à l’égérie de ce mouvement et survivante de la tuerie de Parkland, Emma Gonzalez. Il a publié une image retouchée de l’étudiante sur laquelle elle déchire la Constitution. Sur la photo originale du magazine Teen Vogue, Emma Gonzalez déchire une cible de tir. En légende, il a écrit : « regardez, l’horrible visage de la trahison… Survivante de rien… Idole de la trahison… Profite de ton petit moment… Il va bientôt prendre fin ». Le post a depuis été supprimé.

CIM Internet