Paris Match Belgique

Céline Dion : L’inquiétude derrière le sourire

celine dion

« Back home ! » écrit-elle, de retour en studio. En novembre 2017, elle commence l’enregistrement de son prochain album. Sortie prévue dans l’année. | © Denise Truscello

People et royauté

À 50 ans, Céline Dion, la star de Vegas, devenue une icône de mode, doit subir une opération de l’oreille. 

 

Chanter est sa raison de vivre, et cela lui réussit plutôt bien : trente-sept ans de carrière, 240 millions d’albums vendus, 400 000 euros de cachet pour une soirée de show à Las Vegas… Le temps qui passe n’a en rien entamé sa passion et sa détermination. Céline Dion aurait dû fêter son anniversaire micro en main. Mais depuis plus d’un an, la chanteuse souffre d’un trouble de l’oreille moyenne. Après plusieurs mois de traitements d’appoint, elle a choisi de se faire opérer, quitte à sacrifier ses concerts d’avril. Ses fans tremblent, elle se veut rassurante : « Merci de prendre une si grande place dans ma vie depuis toutes ces années », leur écrit-elle. Une éclipse temporaire pour mieux revenir au sommet.

Lire aussi > Céline Dion : l’inquiétude autour de sa santé

Elle a toujours la même phrase fétiche, comme un mantra contre la mémoire qui flanche : « Sans lui, rien n’aurait été possible. » Lui, bien sûr, c’est René, le roi René, le vénéré. Mais ceux qui croyaient que, seule, éplorée, Céline chercherait vite un soutien, une épaule sur laquelle s’appuyer, en seront pour leurs frais. Céline Dion a 50 ans. Elle a décidé que ce passage de dizaine ne devra avoir aucune incidence. Un corps comme une liane, fort et souple. Une volonté d’enfer. Cela n’empêche pas les coups durs. Il y a d’abord eu ces « spasmes douloureux au bas du dos » en novembre, qui l’ont empêchée de faire son show habituel à Vegas. Et puis cette « irritation des cordes vocales », deux mois plus tard. Ces derniers jours, c’est un tracas au nom barbare qui l’a contrainte à annuler tous ses concerts d’avril, « Eustache Patulous » : la trompe d’Eustache, ce conduit élastique qui relie l’oreille moyenne à l’arrière-nez, ne se referme plus. Une perte de poids soudaine ou un dérèglement hormonal peuvent être à l’origine de cette pathologie rare et relativement bénigne… sauf quand elle touche une diva mondiale.

Le 12 juillet 2017, à Nice, pendant les répétitions de son spectacle : elle rendra hommage aux victimes de l’attentat du 14 juillet 2016. © D. Truscello

Outre la sensation d’avoir les oreilles bouchées, le malade entend sa voix, son chant et même sa respiration résonner dans sa tête. La chanteuse en souffre depuis plus d’un an. Alors, Céline a tranché. Elle a choisi l’efficacité : l’opération. L’intervention est minime et peu risquée mais, pour la star, elle a le goût du sacrifice. Sur les réseaux sociaux, elle a envoyé ce message : « La chance n’a pas été de mon côté dernièrement… J’avais tellement hâte de remonter sur scène et voilà que je me retrouve encore malade. Je m’excuse auprès de tous ceux qui ont prévu un voyage à Las Vegas pour voir mon spectacle. Je sais à quel point c’est décevant. Je suis extrêmement désolée. » Avec ses fans, elle a choisi de tout partager, les moments au sommet comme les passages à vide. Son corps peut dérailler ; son mental, lui, est en acier.

Pour les fêtes, avec René-Charles et les jumeaux Eddy (à g.) et Nelson. © Nobleton

Lire aussi > Et si Céline Dion ne pouvait plus chanter ?

La preuve : son nouveau look de guerrière. C’est le styliste Law Roach, de Chicago, qui la pousse à « jouer », comme il dit, à se montrer tour à tour reine de Disney ou princesse bling-bling. De quoi bouleverser son image et lui apporter la nouvelle caution des magazines branchés. Le Daily Telegraph lui décerne même le titre de « fashion plate of the moment » (icône de la mode). Mais quand on l’aperçoit nue dans un salon d’essayage, pour le magazine Vogue, on se dit qu’il y a quelque chose de changé chez la « petite fillotte » de Charlemagne, village du Québec ! Erreur, il s’agit seulement de continuer le show. Pas pour le plaisir de choquer, mais pour celui de s’amuser. Comme ceux qui ont côtoyé la mort, Céline a compris que le temps passait. Et que ce qui a été pris, personne ne pourrait le lui reprendre.

À New York, en Versace mais sans chichis : l’artiste change de style mais reste fidèle à sa façon d’être. © D. Truscello

Oui, il y a deux ans, un raz de marée de douleur l’a emportée. Il l’a dépouillée de son bonheur, mais aussi de ses peurs et de ses doutes. Lors de sa tournée en Europe, la hardiesse de son duo sur scène avec Pepe Munoz en a bluffé plus d’un. Body en dentelle, danse sensuelle, Céline était au top de la séduction. Tout l’été, elle s’est affichée avec son bel hidalgo. Défilés, dîners face à la pyramide du Louvre, promenades au jardin du Luxembourg. Beaux, heureux, extravagants. La fourmi qui ne vivait que pour le travail et le devoir était-elle devenue cigale ? Une fois la tournée européenne terminée, on est revenu aux basiques. Céline a retrouvé Las Vegas. Et Pepe Munoz, son Espagne. Point final. Sa vérité, aujourd’hui, ce sont ses trois fils. Ça suffit comme hommes à la maison.

Lire aussi > Céline Dion publie un message touchant pour l’anniversaire de son fils René-Charlels

Février 2017 : en route pour les Grammy Awards de Los Angeles. La robe est griffée Chloé. © D. Truscello

Aldo Giampaolo, le manager qui avait remplacé son mari en 2014, n’a pas mis longtemps à le comprendre. Céline s’est séparé de lui, désormais c’est elle la patronne. Elle ne laissera plus personne mettre le nez dans cet empire musical et financier. Et pas question de mélanger les sentiments avec les affaires ou l’immobilier. Elle a vendu les propriétés de Floride et du Québec, sans état d’âme, et n’en met pas davantage dans son nouveau déménagement : cette fois, elle s’apprête à quitter la propriété de Henderson, au sud-est de Las Vegas, où elle a vécu avec René. La campagne, la solitude, c’était bon quand les enfants étaient petits. Maintenant… René-Charles veut aller à son club de hockey sur glace et ça lui prend presque une heure pour l’accompagner. Les jumeaux ont des copains. Alors elle a décidé de laisser les souvenirs, bons ou mauvais, derrière elle. N’est-ce pas dans son cœur que continue à vivre René ? Elle s’installe à Summerlin, en plein Vegas, parce que c’est à côté des meilleures écoles, du « Strip » et, surtout, du Caesars Palace, où elle continuera à se produire au moins pendant les deux prochaines années. La maison est encore en construction. Comme sa vie. Mais on sait qu’il y aura huit chambres, parce que c’est ce qu’il faut, au minimum, quand on a des « racines » aussi fournies que celles d’un palétuvier. Douze frères et sœurs, une mère. La famille mononucléaire version Céline Dion. Le chef de clan, personne n’hésite c’est elle.

Le 5 m’a toujours porté bonheur.

Côté scène, elle reste la plus lumineuse, ne reculant sur aucune bande de strass. Côté business, elle n’est guère plus discrète. En 2016, elle a ajouté 42 millions à une fortune de 400 millions de dollars. Elle supervise ses investissements, via une société fondée en 1982, les Feelings Productions. « En affaires comme dans tout, Céline est exigeante et perfectionniste », confie Elisabeth Reynaud, sa biographe. Son secret : elle fait comme Louis XIV. Pour ses admirateurs francophones ou anglophones, elle vit en public. C’est à ce prix qu’on peut créer une osmose émotionnelle… Ainsi, le magazine québécois 7 Jours consacre un numéro spécial à son « jubilé ». Une partie des bénéfices ira à son association, la Fondation CHU Sainte-Justine*. On y trouvera les dessins d’Eddy et Nelson, 7 ans, les mots de René-Charles, 17 ans : « Maman, je t’aime tellement pour tout l’amour et l’attention constante que tu nous portes, à Nelson, Eddy et moi. Pour la confiance et les encouragements que tu me donnes dans toutes les choses que je fais. Pour le courage que tu as toujours démontré dans les moments les plus difficiles, particulièrement durant le long combat de papa contre la maladie. Pour la force que tu as insufflée à tout le monde quand il nous a quittés. » Ainsi que l’album photo familial depuis le mariage d’Adhémar et Thérèse, les grands-parents. Et l’histoire de ce succès hors norme.

Le 30 mars, pour son anniversaire « en famille », René était près d’elle dans les yeux de ses fils. « Le 5 m’a toujours porté bonheur », a-t-elle déclaré. Sa mère, 91 ans, n’en revient toujours pas : « Voici que sonne l’heure de tes 50 ans. Comment est-ce possible que je n’aie rien vu passer ? Que je ne t’aie pas vue vieillir, mais seulement grandir ? Dans mes rêves les plus fous, je n’aurais pu espérer avoir une petite dernière plus exceptionnelle que toi. » Et elle a signé « Maman qui t’aime », comme autrefois, quand personne n’aurait osé miser un dollar sur l’édifiante histoire de la famille Dion. Thérèse ose à peine y penser : où seraient-ils, aujourd’hui, s’ils n’avaient eu la joie d’accueillir cette quatorzième et dernière enfant comme un cadeau du ciel ? En 2017, elle figurait dans le Top 50 des femmes les plus riches d’Amérique. Plus fort que l’histoire du petit Poucet.

* « Album de collection – Les 50 ans de Céline ». Edition spéciale du magazine 7 jours au Canada. Céline Dion est marraine à vie de la Fondation CHU Saint-Justine.
Vos dons sur fondation-sainte-justine.org

CIM Internet