Paris Match Belgique

Liposuccion, drogues, dépression: Kanye West entre délires et confidences

Kanye West au défilé Victoria's Secret en 2011 | © Belga / EPA/ANDREW GOMBERT

People et royauté

Kanye West a donné mardi une interview très étrange au site TMZ.

Le grand retour de Kanye West. Depuis plusieurs mois, le rappeur était resté très discret sur les réseaux sociaux. Un passé à priori révolu… pour le meilleur et surtout pour le pire. Ses derniers tweets flirtent entre révélation sur sa maison, contre l’avis de son épouse Kim Kardashian, propos étranges sur sa rencontre avec Donald Trump et phrases très controversées sur l’esclavage. C’est en effet lors d’un entretien pour TMZ qu’il a choqué les internautes en décrivant l’esclavage comme «un choix»… avant de se lancer dans un propos plus personnel sur son passé de dépendant aux opioïdes.

Lire aussi > Ce que la campagne pour #Yeezy6 dit du culte de la personnalité des Kardashian-West

"J’étais accro"

Kanye West révèle lors de cette interview qu’il n’était pas dans son état normal le jour où il a rencontré le président des Etats-Unis. «J’étais drogué à mort, confesse-t-il, expliquant qu’il était accro aux antidouleurs après une liposuccion. J'étais drogué. J'étais sous opioïdes. (...) J'étais accro. J'ai eu une opération de chirurgie parce que j'essayais d'être en forme pour vous tous. J'ai fait une liposuccion parce que je n'avais pas envie que vous me traitiez de gros comme vous l'avez fait pour Rob à mon mariage». Kanye poursuit : «Je ne voulais pas que vous me traitiez de gros, donc j'ai fait une liposuccion, ok ? Et ils m'ont prescrit des opioïdes, ok ? J'ai commencé à prendre deux cachets et j'allais travailler sous opioïdes». Des propos très étonnants quand on sait que la mère de Kanye, Donda, est décédée d’une liposuccion et de ses complications en 2007.

Mais la pression devient au fil de semaines trop grande. Son opération n’y change rien. La tournée américaine commence et Kanye craque… Il est hospitalisé en urgence en psychiatrie, doit annuler sa tournée en novembre 2016 et est diagnostiqué paranoïaque. Le rappeur s’explique : «Je suis passé de deux à sept pilules (…) C’est une solution imparfaite parce que ça m’a calmé. Mais il y a plusieurs façons de se calmer». Dans ce même entretien, Kanye avoue qu’il ne suit pas de thérapie. Par choix, mais aussi car il est entouré par sa famille et ses proches. Il confie à ce sujet : «Toutes les personnes avec lesquelles je parle font ma thérapie.»

Impuissant

Peut-être aussi qu’il n’a pas souhaité être suivi car il connait les raisons de son mal-être passé. En 2016, au moment de son hospitalisation, Kanye a la «sensation d’être un simple pion sur l’échiquier de la vie». «La peur, le stress, le contrôle, la peur d’être contrôlé, la manipulation…», explique le rappeur pour continuer. Et l’époux de Kim Kardashian sait que le braquage de sa femme à Paris, en octobre 2016, l’a fait sombrer un peu plus. «La situation qu’à vécue ma femme à Paris m’a rendu impuissant (…) Ca m’a affecté parce que je suis un artiste et que ça m’a beaucoup touché émotionnellement. C’est comme si toutes ces choses avaient été mises en place pour que je sois sous médicaments et que je pète un plomb». Entre le braquage et la scène quatre fois par semaine, Kanye n’a pas supporté la pression.

CIM Internet