Paris Match Belgique

Après Molenbeek, Katie Hopkins s’en prend à Meghan Markle

katie hopkins

Katie Hopkins a voulu comparer Kate Middleton et Meghan Markle. | © Capture d'écran Twitter/Katie Hopkins

People et royauté

Après avoir dressé un portrait stigmatisant de Molenbeek et de la communauté musulmane bruxelloise, la chroniqueuse britannique Katie Hopkins s’en est pris au mariage princier et plus particulièrement à la Duchesse de Sussex Meghan Markle.

Comme près de trois milliards de téléspectacteurs dans le monde entier, Katie Hopkins a, elle aussi, suivi l’union tant attendue entre le prince Harry et Meghan Markle. Si la comparaison entre Kate Middelton et la nouvelle Duchesse de Sussex était presque inévitable, beaucoup ont aimé la sobriété de la robe de mariée Givenchy ainsi que son interminable voile brodé de fleurs et repré­sen­tant les 53 pays du Common­wealth, sans pour autant départager les deux femmes. Mais pour Katie Hopkins, il n’y a pas photo : Meghan Markle n’égale pas Kate Middleton. « Pas de compétition. Tu ne peux pas acheter la classe », a-t-elle écrit sur Twitter, en partageant un diptyque des deux mariées.

Lire aussi > Les photos officielles du mariage de Meghan et Harry

Connue pour déverser des insultes racistes et haineuses sur les réseaux sociaux, la chroniqueuse découverte dans l’émission de télé-réalité « The Apprentice » ne semble pas vouloir critiquer seulement la robe de Meghan Markle. Depuis l’annonce de ses fiançailles avec le prince Harry, l’ancienne actrice américaine a été victime de nombreux propos racistes.

Lire aussi > Françoise Schepmans : « Katie Hopkins s’obstine à salir et casser l’image de Molenbeek »

Cible préférée

Ce n’est pas la première fois que Katie Hopkins s’en prend à la Duchesse de Sussex. Quelques mois après l’incendie de la tour Grenfell, qui a fait 79 morts, à Londres, Meghan Markle avaient rendu en février une visite secrète aux survivants. La chroniqueuse controversée avait accusé la femme du prince Harry d’être une médiocre copie de la princesse Diana. « Mon Dieu, une Lady Di de pacotille avec le visage innoncent d’une gagnante d’Oscar », avait-elle écrit sur Twitter. « Les plus grandes victimes de Grenfell sont les contribuables, qui deviendront bientôt votre employeur ma chérie ».

Lire aussi > Le reportage virulent de Fox News à Molenbeek, « capitale européenne du djihad »

N’étant visiblement pas fan de la nouvelle membre de la famille royale britannique, Katie Hopkins s’est une nouvelle fois pris les foudres de Twitter en mars dernier après avoir comparé Meghan Markle à une victime de viol. « Meghan Markle sera enceinte plus rapidement que jeune fille blanche de 11 ans à Telford », faisant référence à un scandale de viols collectifs par un réseau pédophile d’origine indo-pakistanaise. Pendant près de 40 ans, ces agresseurs auraient fait jusqu’à 1000 victimes, principalement des jeunes filles de la classe ouvrière blanche de cette ville du nord de l’Angleterre.

Face ce message qui manque cruellement de respect envers les victimes, la députée de la circonscription de Telford Lucy Allan a demandé de retirer ce tweet, précisant qu’elle l’avait publié le jour de la sensibilisation à l’exploitation sexuelle des enfants. En plus de refuser de supprimer son message, Katie Hopkins a également répondu à la politicienne : « Je me fous de quel ‘jour’ on est. C’est un autre jour où nos filles sont violées par des hommes majoritairement pakistanais ».

CIM Internet