Paris Match Belgique

« On t’a eu, Harvey, on t’a eu »

weinstein

Harvey Weinstein. | © AFP PHOTO / POOL / Steven Hirsch

People et royauté

Les victimes présumées du producteur Harvey Weinstein, inculpé pour viol et agression sexuelle ce vendredi à New York, n’ont pas caché leur satisfaction. 

Le moment est important. Plus de sept mois après les premières accusations portées contre lui, M. Weinstein, 66 ans, en veste bleu marine sur pull bleu et chemise claire, s’est livré vers 07H30 locales (11H30 GMT) à la police, dans un commissariat du sud de Manhattan. Il avait sous le bras trois livres, dont une biographie du cinéaste Elia Kazan.

L’ex-producteur multi-oscarisé, accusé d’abus sexuels par une centaine de femmes, y est resté une heure et demi, le temps notamment que sa photo soit prise et ses empreintes digitales relevées.

Lire aussi > Harvey Weinstein : Les images de sa reddition

Il est ressorti les mains dans le dos, menotté, ignorant les questions lancées par la foule de journalistes qui l’attendaient, avant d’être emmené au tribunal de Manhattan, où l’attendait une salle pleine à craquer. Lors d’une audience éclair, le juge a confirmé les conditions de sa remise en liberté, négociées à l’avance avec son avocat: une caution d’un million de dollars cash, le port d’un bracelet électronique, et la remise de son passeport aux autorités. Ses déplacements sont limités aux Etats de New York et du Connecticut.

L’avocat de Harvey Weinstein parle de « promotion canapé »

Pour l’actrice Rose McGowan, qui accuse Weinstein de l’avoir violée, « ce jour est le nôtre (celui de toutes les femmes agressées par le producteur, Ndlr). « On t’a eu Harvey, on t’a eu ». L’actrice et réalisatrice italienne Asia Argento, qui a également accusé l’ancien roi d’Hollywood de l’avoir violée, notamment en 1997 pendant le Festival de Cannes, a estimé que c’était son premier pas « vers son inévitable descente aux enfers ». « Nous, les femmes, avons finalement un vrai espoir de justice », a-t-elle écrit sur le réseau social Twitter. Mira Sorvino, elle, s’est adressée à toutes celles qui ont fait face « à un monstre ». « Je suis fière et reconnaissante envers vous toutes », a-t-elle déclaré, également sur Twitter.

Lire aussi > Gwyneth Paltrow se souvient du jour où Brad Pitt a menacé de mort Harvey Weinstein

Mais la bataille juridique ne fait que commencer. Benjamin Brafman, qui défend Harvey Weinstein, a ainsi déclaré à la sortie du tribunal que son client n’était pas coupable et n’avait pas « inventé la promotion canapé à Hollywood ». « Nous avons l’intention d’avancer très vite pour faire abandonner les poursuites. Nous pensons qu’elles ne tiennent pas au regard de la Constitution. Nous pensons qu’elles ne sont pas étayées par des preuves et qu’à la fin de la procédure M. Weinstein sera exonéré ».

CIM Internet