Paris Match Belgique

Woody Allen se dit « fervent partisan » du mouvement #MeToo

woody allen

Woody Allen en juin 2017. | © AFP PHOTO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / KEVIN WINTER

People et royauté

Malgré les accusations d’agression sexuelle à son encontre portée par sa fille adoptive, Woody Allen assure qu’il pourrait être égérie du mouvement anti-harcèlement lancé après le scandale Weinstein : « Je devrais être une tête d’affiche du mouvement #MeToo ». 

Woody Allen assure qu’il est « bon d’exposer » les auteurs d’agressions sexuelles. « Des gens sont accusés d’abus par 20, 50, 100 femmes », s’exclame-t-il dans une interview accordée à la chaîne de télévision argentine Canal 13. Il précise ensuite : « Moi, je n’ai été accusé que par une femme, dans le cadre d’une affaire de garde d’enfants, qui a été l’objet d’une enquête et [l’accusation] s’est révélée fausse ». En effet, sa fille adoptive Dylan Farrow l’a accusé d’abus sexuels.

Lire aussi > Pourquoi Woody Allen a-t-il échappé au raz-de-marée post-Weinstein ?

« J’ai été traîné dans la boue »

La soeur de Ronan Farrow (celui qui a dévoilé le scandale Weinstein) raconte que son père l’aurait abusé quand elle avait 7 ans, en août 1992. Une affaire classée sans suite par la justice, mais qui a ressurgi en janvier dernier, lorsque la jeune femme a réitéré ses accusations. « Je dis la vérité », avait-elle clamé. Woody Allen, qui a toujours nié ses accusations, avait alors reproché à Dylan Farrow de « profiter cyniquement » du mouvement anti-harcèlement pour relancer « des allégations discrédités ».

Lire aussi > Christine Angot dénonce l’hypocrisie des actrices qui « rampaient » devant Woody Allen

De nouveau, Woody Allen s’insurge d’avoir été associé aux hommes accusés de plusieurs abus sexuels, comme Harvey Weinstein, Kevin Spacey ou encore Dustin Hoffman… « J’ai été traîné dans la boue avec ces gens-là », s’insurge le réalisateur. « Je me sens mal d’être accusé d’une chose terrible », commente-t-il, affirmant être « injustement » mis en cause. Puis Woody Allen assure : « Je suis un fervent partisan du mouvement #Metoo ». Le réalisateur se verrait même égérie de ce mouvement anti-harcèlement.

« Pas la moindre attitude déplacée »

« Je devrais être une tête d’affiche du mouvement #MeToo », assure Woody Allen. Et d’ajouter : « J’ai travaillé dans le cinéma pendant 50 ans, j’ai travaillé avec des centaines d’actrices, et pas une seule n’a suggéré la moindre attitude déplacée ». Autre preuve avancée de son féminisme, le réalisateur ajoute que les femmes qui travaillaient derrière les caméras sur les plateaux de ses tournages étaient payées autant que les hommes.

CIM Internet