Paris Match Belgique

5 choses que vous ne saviez pas sur Romy Schneider

Romy Schneider. | © IMAGO

People et royauté

Vous saviez qu’elle était une actrice autrichienne devenue une star en France, qu’elle a été la fiancée d’Alain Delon, qu’elle a joué avec lui dans le film culte La Piscine, mais saviez-vous qu’elle avait honte de ses origines allemandes ? 

1) Elle ne s’appellait pas vraiment Romy

Son vrai nom est en effet Rosemarie Albach. Comme nom de scène, elle a ainsi choisi une contraction de son prénom et le nom de sa mère, Magda Schneider, actrice.

2) Elle avait honte ses origines allemandes 

Née à Vienne en 1938, Romy Schneider a grandi avec sa mère en Allemagne. Celle-ci a choisi d’emménager à Berchtesgaden, non loin de la résidence d’Hitler, pour bénéficier du soutien du régime nazi. Romy Schneider a même raconté plus tard au réalisateur Andrzej Zulawski que sa mère était soupçonnée d’être la maîtresse de Goebbels, ministre de la propagande. Une proximité avec le régime nazi dont l’actrice a eu honte et a voulu se détacher. En épousant Harry Meyen, metteur en scène juif, déporté pendant la guerre. En appelant ses enfants David et Sarah. En portant une étoile de David autour du cou. En priant dans des synagogues. Et en initiant le projet du film La passante du Sans-Soucis, sur une Allemande qui résiste aux nazis, dont elle a joué le rôle principal.

Lire aussi > Sarah Biasini, la fille de Romy Schneider, « scandalisée » par un film sur sa mère

3) Elle avait refusé de jouer dans le quatrième volet de Sissi

C’est grâce à son rôle dans Sissi, en 1955, que Romy Schneider est devenue célèbre. Elle a campé les traits de l’impératrice avec tant d’élégance qu’elle a été engagée pour tourner Sissi impératrice en 1956 puis Sissi face à son destin en 1957. Mais elle a ensuite souhaité s’émanciper de ce personnage avec qui elle ne faisait plus qu’un, malgré l’insistance de sa mère Magda qui gérait sa carrière. « Je hais cette image de Sissi », a confié plus tard l’actrice autrichienne. « J’ai refusé les quatre-vingts millions qu’on m’offrait pour tourner une quatrième mouture de Sissi. » Elle a alors tourné dans Christine, de Pierre Gaspard-Huit, avec Alain Delon…

4) Elle avait toujours rêvé d’amour et de célébrité

À 13 ans, Romy Schneider avait écrit dans le journal intime qu’elle tenait : « Je vivrai à Paris, célèbre et aimée d’un beau garçon ». La jeune autrichienne ne s’était pas trompée. Actrice à succès dès 1955, elle a quitté l’Autriche direction Paris et elle est tombée amoureuse d’Alain Delon en 1958. Une histoire d’amour qui a duré 5 ans. Un conte de fée, pas tout à fait comme elle l’imaginait, fait de rebondissements incessants et sans «ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants». L’acteur français a quitté Romy Schneider pour Nathalie Sand. Si l’actrice a retrouvé l’amour dans les bras de Harry Meyen, elle a écrit en 1977, toujours dans son journal : «L’homme le plus important de ma vie fut et reste Delon.» Alain Delon qui lui aussi l’a aimée pendant des années. À sa mort, il lui a adressé ces derniers mots : « J’ai appris un peu d’allemand près de toi. Ich liebe dich. Je t’aime. Je t’aime ma Puppelé ». Puppelé, petite poupée.

Lire aussi > Romy Schneider, 35 ans déjà : Retour sur son histoire d’amour avec Alain Delon

5) Elle s’était engagée pour l’avortement

Dans les années 70, Romy Schneider a milité pour l’avortement libre et gratuit. Actrice engagée, elle a même signé dans le journal allemand Stern la tribune « Nous avons avorté » en 1971, écho de « Manifeste des 343 » en faveur de l’avortement.

CIM Internet