Paris Match Belgique

Luc Besson visé par de nouvelles accusations de violences sexuelles

luc besson

Luc Besson le 17 février dernier à Berlin. | © AFP PHOTO / Stefanie LOOS

People et royauté

Dans une longue enquête, Mediapart recueille le témoignage de plusieurs femmes qui accusent le réalisateur Luc Besson de violences sexuelles.

Une plainte pour viol contre Luc Besson avait déjà été déposée en mai dernier par l’actrice Sand Vand Roy, qui affirmait que le réalisateur avait abusé d’elle dans un palace parisien après l’avoir droguée. À l’époque, le réalisateur avait démenti les faits et les analyses toxicologiques menées sur la victime présumée s’étaient avérées négatives. Mais aujourd’hui, Sand Van Roy n’est plus la seule à pointer du doigt le comportement de Luc Besson. Désormais, plusieurs femmes l’accusent de « comportements sexuels inappropriés » dans un article de Mediapart publié le lundi 9 juillet 2018. Selon le site, la plainte de la jeune comédienne aurait encouragé ces victimes présumées à prendre la parole.

Plusieurs témoignages

« Fréquemment, Luc Besson me demandait, en présence du technicien, de lui faire une fellation, ce que je refusais systématiquement », explique une ancienne directrice de castings dans une lettre écrite au procureur de la République de Paris le vendredi 6 juillet. « À chaque fois que nous prenions l'ascenseur ensemble, il m'embrassait de force, me mettant sa langue dans la bouche, et bien que je le repousse, il me prenait dans ses bras et me touchait les seins et les fesses », précise la victime présumée qui a travaillé avec le producteur français dans les années 2000. Une autre femme évoque un homme « super charmant », qu'elle avait rencontré à Los Angeles avant de le revoir à Paris pour une rencontre qui aurait mal tourné : « Il n'a même pas terminé de fermer la porte qu'il s'est jeté sur moi, pour me toucher ou pour m'embrasser », assure-t-elle à Mediapart.

Enfin, une ancienne employée d’EuropaCorp, la société de Luc Besson, raconte également avoir été victime d’attouchements et d’avances sexuels : « Il entend quand on dit "non" mais ce ne sera pas pérenne parce qu'il recommencera. À chaque fois, il essaye de gravir de nouveaux paliers ». Contacté par l'AFP, l'entourage de l'avocat de Luc Besson, Me Thierry Marembert, a fait savoir que celui-ci n'avait à ce stade « rien de plus (à dire) que les déclarations à Mediapart ».

CIM Internet