Paris Match Belgique

Catherine Deneuve commente (de nouveau) le mouvement #MeToo

catherine deneuve

Catherine Deneuve à Cannes, le 14 mai 2018. | © Reporters / Abaca

People et royauté

Alors qu’elle avait assuré ne plus vouloir « entrer dans la controverse », Catherine a de nouveau commenté les mouvements féministes apparus après l’affaire Weinstein, dans une interview accordée au Harper’s Bazaar.

En janvier dernier, Catherine Deneuve avait été vivement critiquée pour avoir signé, avec 99 autres femmes, la tribune publiée dans Le Monde défendant « la liberté d’importuner ». Un texte à contre-courant des mouvements féministes apparus après l’affaire Weinstein, comme Balance ton porc en France ou MeToo aux Etats-Unis. L’actrice de 74 ans s’était ensuite expliquée dans Libération, s’excusant auprès des « victimes d’actes odieux qui ont pu se sentir agressées par cette tribune », avant de déclarer quelques jours plus tard dans une émission italienne qu’elle ne voulait plus « entrer dans la controverse », refusant donc de s’exprimer. « Tout prend des proportions folles à cause d’Internet », ajoutait-elle. Pourtant, dans une interview accordée au magazine Harper’s Bazaar, l’actrice, décrite comme « la doyenne du cinéma français », s’est laissée aller à de nouveaux commentaires.

Lire aussi > « Liberté d’importuner » : Catherine Deneuve fait ses excuses aux victimes d’agression

« J’ai toujours été du côté des femmes », commence Catherine Deneuve, avant d’expliquer qu’il existe une ligne floue entre pouvoir et séduction. Elle explique : « Le désir est au cœur de beaucoup de professions créatives, comme le cinéma, la musique, la photographie de mode. Le défi est de connaître la limite et de comprendre la différence entre flirter avec et dépasser la limite ». Sa solution : instaurer un « code de conduite » dans chaque entreprise. « Et je pense qu’il faut aussi commencer par l’école. Les garçons essayent de séduire les filles, et parfois, ils sont trop insistants, alors c’est surtout une question d’éducation ». Catherine Deneuve continue, défendant sa fibre féministe en rappelant qu’elle avait signé en 1971 le manifeste des 343 salopes pour l’avortement. « C’est vraiment injuste qu’une femme soit persécutée parce qu’elle décide de mettre un terme à sa grossesse. C’est pour ça qu’autant de gens ont signé cette lettre. Il faut pouvoir choisir, et ne pas toujours penser que sexe veut dire enfant ».

Lire aussi > « Oui au harcèlement, s’il est mondain » : La réponse d’Emma à Catherine Deneuve

« Je n’étais pas sure de continuer le cinéma »

Dans le reste de l’interview, Catherine Deneuve se confie sur sa carrière. Avec plus de 100 films en près de 60 ans, elle est l’une des figures du cinéma français. Même si elle doit sa réussite (un peu) à la chance. « Au début, cela n’est pas vraiment une question de talent. Cela a beaucoup à voir avec l’apparence physique. Quand une belle femme entre dans une pièce, elle attire les regards. C’est injuste, mais c’est la vie ». Elle ajoute : « [Le succès] a beaucoup à voir avec la chance, mais aussi avec les choix que l’on fait. J’ai eu la chance de commencer avec de très bons réalisateurs. Avant de rencontrer [Jacques] Demy, je n’étais pas sûre de continuer le cinéma ». Aujourd’hui, elle est l’une des plus grandes actrices françaises, mais « en vieillissant, les rôles changent », confie-t-elle. « Tu n’es plus forcément au centre de l’histoire, mais il y a quand même des rôles intéressants ».  Elle conclut : « C’est dur pour les acteurs de vieillir, même pour les hommes, mais je ne me bats pas contre cela. Ce que je veux garder c’est l’énergie, la vitalité. C’est ce qui compte vraiment dans la vie ».

Mots-clés:
Catherine Deneuve metoo
CIM Internet