Paris Match Belgique

Stéphane Pauwels dans les filets de la justice pour une histoire de cœur ?

Stéphane Pauwels, le 3 septembre 2014. | © BELGA PHOTO CHRISTOPHE KETELS

People et royauté

L’inculpation pour complicité de vol avec violences de Stéphane Pauwels serait à l’origine d’expédition punitive chez un rival amoureux à Lasne, rapporte la Dernière Heure.

 

Stéphane Pauwels, inculpé pour complicité dans un vol avec violence, aurait commandité un home invasion au domicile de l’ex de sa compagne de l’époque, rapportent nos confrères de la Dernière Heure ce jeudi.

D’après la DH et les titres de Sudpresse, l’animateur de RTL Belgium, âgé de 50 ans, a été arrêté judiciairement par la police fédérale sur le site de la RTL House, juste avant la réception organisée pour la rentrée de la chaîne.

L’ex-compagne inculpée

Selon la même source, Stéphane Pauwels aurait voulu donner une leçon à l’ex-petit ami de sa compagne de l’époque. Mais la victime du home invasion n’était autre qu’un ami de ce dernier présent à son domicile de Lasne en l’absence du propriétaire. L’animateur, toujours présumé innocent, n’est pas suspecté d’avoir participé activement à l’agression sur les lieux du drame, mais d’avoir commandité l’intervention et « recruté » une équipe de malfrats. L’inculpation se base sur des éléments matériels comme la téléphonie.

Lire aussi > Pourquoi l’animateur Stéphane Pauwels a passé la nuit en cellule

L’ex-compagne de l’animateur vedette, Noëlle Colassin, est également inculpée pour le home invasion de 2017, a indiqué ce jeudi la porte-parole du parquet fédéral, Wenke Roggen. Elle avait été interpellée lundi lors d’une perquisition. Dans un premier temps, la jeune femme était libérée sans conditions et n’avait pas été inculpée. La deuxième personne interpellée lundi, J. E., a elle aussi été finalement inculpée du chef de co-auteur de vol à l’aide de violence, la nuit, en bande, avec armes et véhicules utilisés.

Criminalité organisée

Le propriétaire des lieux, l’ancien compagnon de Noëlle (Vanessa de son prénom d’usage), n’était pas chez lui lors du home invasion de mars 2017. La victime était un ami qui vivait chez lui. Les auteurs étaient au nombre de trois. Ils étaient masqués. L’un d’eux était armé. Ils ont ligoté la victime. L’expédition punitive aurait alors très mal tourné, comme l’ont témoigné les victimes de l’affaire auprès de nos confrères de la DH. « Ce n’était pas pour voler. Ils en voulaient au rival de Stéphane Pauwels, à l’ex de Vanessa », raconte l’une d’entre elles.

L’affaire a été jointe à une instruction portant au total sur une vingtaine de faits de vols à main armée, vols avec effraction et trafic de stupéfiants.

 

Avec Belga

CIM Internet