Paris Match Belgique

L’émouvant discours de Cate Blanchett pour les Rohingyas à l’ONU

Cate Blanchett, au siège des Nations Unis, le 28 août 2018. | © AFP PHOTO / DOMINICK REUTER

People et royauté

Mardi 28 août, Cate Blanchett a délivré un émouvant discours au siège des Nations Unies, à New York, plaidant la cause des Rohingyas.

D’après un article Paris Match France de Klhoé Dominguez

 

« Rien ne pouvait me préparer à la profonde souffrance que j’ai vue », a commencé Cate Blanchett dans son discours délivré au siège des Nations Unies, à New York, mardi 28 août. L’actrice américaine, ambassadrice de bonne volonté du Haut commissariat aux réfugiés de l’ONU, s’était rendue au Bangladesh en mars dernier, pour rencontrer des réfugiés rohingyas. « J’ai entendu les récits déchirants, les récits de torture, de femmes brutalement violées, de personnes dont les proches ont été tués sous leurs yeux. D’enfants qui ont vu leurs grands-parents enfermés dans des maisons ensuite incendiées », a déclaré l’actrice.

J’ai vu mes enfants dans les yeux de chaque enfant réfugié.

Cate Blanchett a ajouté avec émotion : « Je suis une mère, et j’ai vu mes enfants dans les yeux de chaque enfant réfugié que j’ai rencontré. Je me suis vue à la place de tous ces parents. Comment une mère peut-elle supporter de voir son propre enfant jeté au feu ? Leurs récits ne me quitteront jamais. » Mardi 28 août, les États-Unis, soutenus par la France, le Royaume-Uni ou encore les Pays-Bas, réclamaient de poursuivre plusieurs responsables militaires birmans pour « génocide », « crimes contre l’humanité » et « crimes de guerre » contre les Rohingyas.

Cate Blanchett, au siège des Nations Unis, le 28 août 2018. © AFP PHOTO / DOMINICK REUTER

Lire aussi > L’indicible calvaire des femmes Rohingyas en Birmanie

Nikki Haley, ambassadrice américaine de l’ONU, a déclaré : « Nous devons tenus pour responsables ceux qui sont à l’origine des violences ». Mercredi 29 août, la Birmanie a rejeté le rapport des enquêteurs de l’ONU accusant son armée de « génocide » à l’encontre des musulmans rohingyas. « Nous n’acceptons aucune résolution du Conseil des droits de l’Homme », a déclaré Zaw Htay, porte-parole du gouvernement birman. Plus de 700 000 Rohingyas ont fui au Bangladesh après une offensive de l’armée birmane en août 2017 lancée en représailles d’attaques de rebelles rohingyas.

CIM Internet