Le mystère Claire : une princesse absente qui suscite l’inquiétude

Le mystère Claire : une princesse absente qui suscite l’inquiétude

Faut-il s’inquiéter pour la princesse Claire ? | © BELGA

People et royauté

21 juillet dernier à Bruxelles, lors du défilé de la fête nationale. Aux côtés de son époux Laurent, la princesse Claire semble épuisée.

 

Les Belges s’interrogent : que se passe-t-il avec la princesse Claire, cette femme qu’ils ont appris à apprécier pour sa classe, sa discrétion, sa joie de vivre ? Il y a quelques semaines, Paris Match publiait des photos de vacances de l’épouse du prince Laurent, seule avec ses enfants sur le bateau d’Albert et Paola.

Claire était visiblement tourmentée. Et les ex-souverains aux petits soins pour elle. Il y eut aussi ces clichés pris lors du défilé de la Fête Nationale où la princesse semblait visiblement fatiguée, voire souffrante. Paris Match aurait aimé en savoir plus, mais un reportage en famille n’a pu se faire et Claire n’était pas présente, samedi dernier, à la messe d’hommage au roi Baudouin, décédé voilà vingt-cinq ans. Résultat : même si c’est la règle au Palais, l’absence d’explications alimente tous les commentaires et les controverses.

Lire aussi > Le prince Laurent évoque son mariage « d’amour » avec Claire

Certes, une maman de trois enfants qui semble épuisée, ce n’est pas rare. Pas de panique donc. On nous dira également qu’une princesse bénéficie d’une certaine aide, notamment matérielle, par rapport aux femmes anonymes. Mais ce n’est pas vraiment le cas de Claire. Depuis toujours, en privé, elle assume son rôle de maman avec amour et disponibilité. C’est LE rôle de sa vie de femme. Une question d’honneur aussi quand on sait combien les questions financières et de dotation ont pourri l’image de la famille royale auprès des citoyens. Et ça, ça la met en rage, car l’image écornée de son époux, le prince Laurent, n’est pas ce qu’elle aimerait offrir à leurs enfants.

Elle veut les protéger. « C’est une maman adorable », nous disait encore récemment l’une de ses proches. « Toujours dans l’aide, dans la compréhension. Jamais prise en défaut. Elle ne demande jamais rien ; elle donne ». Jolie formule. Pas de panique non plus parce que, si certaines images du 21 juillet semblent fortes, il y en a d’autres où Claire souriait aussi. Comme une femme qui souffre d’une fatigue intense ou d’une solide migraine et qui se remet progressivement.

Tout cela n’efface cependant pas le sentiment d’inquiétude des Belges devant l’absence de cette femme de 44 ans, particulièrement appréciée, et certains clichés témoignant, visiblement, de « difficultés ».

Lire l’enquête dans l’édition Paris Match de ce jeudi 13 septembre.

DR
CIM Internet