Paris Match Belgique

Marolles, patrimoine et zéro déchet : La journée sans voiture de la famille royale

famille royale

La sortie sans casque du roi Philippe n'est pas passée inaperçue... | © Facebook/Monarchie belge

People et royauté

C’est presque devenu une tradition. À l’occasion de la journée sans voiture, le roi Philippe et la reine Mathilde ont enfourché leur vélo pour effectuer une excursion dans le centre-ville. Au programme : Atelier des Tanneurs et les Journées du Patrimoine.

Le roi Philippe et la reine Mathilde, accompagnés de leurs deux plus jeunes enfants, la princesse Eléonore et le prince Emmanuel, se sont rendus dimanche après-midi à vélo aux Ateliers des Tanneurs, à Bruxelles, a indiqué une porte-parole du Palais royal à l’agence Belga. Depuis quelques années, la famille royale a pris pour habitude d’effectuer une excursion dans le centre-ville de Bruxelles à l’occasion de la journée sans voiture.

Le Palais a diffusé une série de photos sur lesquelles ont peut voir apparaître le couple royal et deux de leurs quatre enfants. Sur les clichés, la famille royale, vêtue dans les tons roses, arrive à vélo dans la rue des Tanneurs, dans le quartier des Marolles, à proximité du Collège Saint-Jean-Berchmans que fréquentent la princesse Eléonore et le prince Gabriel. Tous portent un casque de cycliste, sauf le roi Philippe.

 

View this post on Instagram

 

#bruxellessansvoiture #journeesansvoiture #journeesdupatrimoine #familleroyale #semainedelamobilité

A post shared by Belgian Royal Palace (@belgianroyalpalace) on

Les Ateliers des Tanneurs, centre d’entreprises et espace événementiel, hébergent une soixantaine d’entreprises d’économie locale, en privilégiant les petites structures en phase de démarrage qui prônent des valeurs éco-responsables. Les entrepreneurs bénéficient d’une palette de services pour les aider à développer leur activité, ainsi que d’une animation professionnelle favorisant la rencontre et les échanges, selon les promoteurs des Ateliers des Tanneurs, installés dans l’ancien Palais du Vin et les grands magasins Merchie-Pède.

Lire aussi > Une rentrée en toute simplicité pour la famille royale

Journées du Patrimoine

Le couple royal a également profité de ce moment pour participer aux Journées du Patrimoine, organisées ce week-end. La 30ème édition qui s’est tenue en de multiples lieux de la capitale  donnait la parole aux citoyens pour présenter leur patrimoine. Elle a multiplié les projets avec 95 idées réalisées sur la centaine reçues dans le cadre de l’appel à projets lancé par la Région.

 

View this post on Instagram

 

#brussels🇧🇪 #carfreesunday #openmonumentsday #mobilityweek #royalfamily

A post shared by Belgian Royal Palace (@belgianroyalpalace) on

« C’était plein de petits projets où il y a eu beaucoup de monde », estime Brigitte Vander Brugghen, coordinatrice des Journées du Patrimoine à la direction des Monuments et Sites. « La Maison Frison et la Maison Autrique ont eu énormément de succès. À l’Atelier Arthur Rogiers avec Art vidéo, il y avait une longue file dès 11H00 dimanche matin. Il y a eu beaucoup de monde au Palais du Coudenberg pour la céramique, comme à la Chuuut Party à la bibliothèque Solvay et au Concert Noble. Beaucoup étaient curieux de voir la dernière Emaillerie de Belgique à Forest. L’Ommegang et le Meyboom ont eu plein de monde, ce qui montre que le folklore bruxellois attire ».

Pendant ce temps…

De leur côté, le prince Laurent et sa famille ont visité dimanche le musée de l’holocauste et des droits de l’Homme à la caserne Dossin à Malines. Le prince a accepté une invitation de Michael Freilich, rédacteur en chef de Joods Actueel, après plusieurs déclarations controversées tenues en juin. « Quand quelque chose comme ça m’arrive, je pense souvent aux Juifs qui ont été abattus simplement parce qu’ils étaient Juifs », avait déclaré au journal Het Nieuwsblad le frère du Roi en juin dernier, après que le député N-VA Peter Buysrogge l’eut accusé dans la presse d’avoir rédigé un faux rapport sur l’état de ses activités en 2017. M. Freilich avait alors invité le prince Laurent à visiter la caserne Dossin « afin d’aborder le caractère unique de l’exécution des Juifs, mais aussi pour écouter de manière respectueuse la façon dont le Prince vit sa situation ».

Le Prince, sa femme et deux de leurs enfants se sont donc rendus dimanche à Malines. « L’idée de réaliser une telle visite en famille est venue du prince Laurent lui-même », a indiqué M. Freilich. « Il donne ainsi un signal fort pour que la mémoire de l’Holocauste ne se transmette pas seulement à l’école ou entre adultes. Faisons-en un exemple pour les autres ».

La visite fut également l’occasion pour le prince Laurent de clarifier ses propos. « Il a voulu dire que quelqu’un de différent peut rapidement être exclu et harcelé », selon le rédacteur en chef de Joods Actueel. « Nous devons empêcher un tel comportement; pas seulement en classe ou sur le lieu de travail, mais également partout ailleurs dans la société », a réagi le prince Laurent. « Parce que ça commence par de l’intimidation et de la haine, mais l’histoire de la caserne Dossin montre jusqu’où cela peut aller… »

Avec Belga

CIM Internet