Paris Match Belgique

« J’avais honte » : Cara Delevingne, nouvelle voix du mouvement #WhyIDidntReport

Cara Delevigne

"Je ne voulais pas ruiner publiquement la vie de quelqu'un même s'il avait en privé ruiné la mienne" | © Jörg Carstensen/dpa

People et royauté

Cara Delevingne ajoute sa voix au mouvement #WhyIDidntReport, qui a explosé sur Twitter après que Donald Trump ait dénigré les accusations de viol visant Bertt Cavanaugh, considérant la plainte de Christine Blasey Ford peu crédible parce que cette dernière s’est tue pendant des années. 

« J’avais honte de ce qui était arrivé et je ne voulais pas ruiner publiquement la vie de quelqu’un même s’il avait en privé ruiné la mienne », a écrit ce jeudi 27 septembre la mannequin et actrice britannique sur son compte Twitter, donnant ainsi sa voix au mouvement #WhyIDidntReport ou « Pourquoi je n’ai pas porté plainte ».

 

Lire aussi > « Pourquoi je n’ai pas porté plainte » : Les victimes d’agressions sexuelles répondent à Trump

Trump est loin de se remettre en question

Cara Delevingne fait ainsi suite à d’autres personnalités qui ont donné leur voix au mouvement lancé par Alyssa Milano, parmi lesquelles Ashley Judd et la présentatrice Padma Lakshmi. Le hashtag  #WhyIDidntReport avait explosé sur Twitter après la publication d’un tweet du président américain remettant question la crédibilité d’une plainte de Christine Blasey Ford, une des accusatrices de Bertt Kavanaugh, son candidat à la Cour Suprême. Donald Trump considère que « si les attaques avaient été aussi graves que ce que dit le Dr. Ford, il y aurait eu une plainte d’elle ou de ses parents aimants ». Christine Blasey Ford a été entendue devant le Sénat ce jeudi.

Le milliardaire new-yorkais s’était immédiatement attiré une tempête de critiques et le cri numérique #WhyIDidntReport a été repris par des milliers de jeunes femmes témoignant des raison pour lesquelles elles avaient attendu avant de porter plainte.

Loin de se remettre en question, Donald Trump a répété ce mercredi 26 septembre qu’il considère que « l’espace de temps entre le prétendu accident et la plainte public rend les histoires moins crédibles », alors qu’une troisième plainte datant de l’époque où il fréquentait l’université Yale accablait le juge Kavanaugh.

Cara Delevingne
Capture d’écran Instagram @CaraDelevingne

Lire aussi > Une troisième accusation de viol accable Kavanaugh

Figure du mouvement #MeToo

Cara Delevingne est l’une des figures du mouvement #MeToo, et fait partie des 82 femmes à avoir porté plainte contre le producteur Harvey Weinstein, qui continue de réfuter les allégations. Elle avait en octobre 2017 expliqué dans un post Instagram avoir reçu des avances non voulues du producteur dans une chambre d’hôtel, après qu’il ait demandé à une autre fille de l’embrasser. Les faits datent de l’époque où elle lançait sa carrière d’actrice. « J’avais tellement hésité à le dire à l’époque. Je me sentais coupable comme si j’avais fait quelque chose de mal. J’étais aussi terrifiée par le fait que ce genre de choses soit arrivée à tellement de femmes qui, par peur, n’ont pas osé en parler », expliquait-elle alors. Plusieurs accusatrices de l’affaire Weinstein ont porté plainte des (dizaines d’) années après les faits. Le scandale a ouvert les yeux de beaucoup sur les raisons qui poussent de nombreuses femmes à garder le silence après une agression. Mais, visiblement, pas ceux du président américain.

Lire assi > 82, le terrible nombre qui résume l’affaire Weinstein

 

CIM Internet