Chirurgie esthétique et pensées suicidaires : Gisele Bündchen se confie

Chirurgie esthétique et pensées suicidaires : Gisele Bündchen se confie

Giselle bundchen

La mannequin, au sommet de sa gloire, a failli péter les plombs au début des années 2000. | © AFP PHOTO / NELSON ALMEIDA.

People et royauté

La mannequin brésilienne s’est confiée en toute transparence au magazine People.

Connue pour son corps de rêve, Gisele Bündchen a avoué au magazine People avoir subi une opération de chirurgie esthétique après avoir allaité ses deux enfants. Et également évoqué ses crises de panique qui l’ont presque menée au suicide.

Lire aussi > Dans l’univers du mannequinat, l’inégalité salariale fait mâle

On peut faire partie des mannequins les mieux payées au monde, signer des contrats à plusieurs millions de dollars et toujours être en délicatesse avec son apparence devant le miroir. En décembre 2009, la Brésilienne est devenue la maman d’un petit Benjamin. Trois ans plus tard, c’est Vivian Lake qui agrandissait la famille. Deux naissances qui allaient changer sa vie et son corps, qui subissait les conséquences de l’allaitement.

J’ai toujours été louée pour mon corps et j’avais l’impression que je ne pouvais plus répondre aux attentes, explique la mannequin. Je me sentais très vulnérable parce que je peux faire du sport, je peux manger sainement, mais je ne pouvais changer le fait que mes deux fils préféraient mon sein gauche à mon sein droit.

Devant ce constat, Gisele Bündchen a décidé de passer sous le bistouri. Elle explique dans son livre Lessons: My Path to a Meaningful Life avoir directement regretté sa décision. « Quand je me suis réveillée, je me suis demandé ce que j’avais fait. J’avais l’impression de vivre dans un corps que je ne reconnaissais pas. Pendant un an, j’ai porté des vêtements amples car je me sentais mal à l’aise ». La mannequin a aussi pu compter sur le soutien de son mari, le joueur de football américainTom Brady. « Il me disait qu’il m’aimait quoiqu’il arrive et que j’étais belle », conclut-elle.

Crises de panique et agoraphobie

La top et son mari Tom Brady. / © AFP PHOTO / Angela WEISS.

Une autre révélation de l’ex de Leonardo Di Caprio fait aussi grand bruit : son combat contre les crises de panique, qui l’ont menée jusqu’à des pensées suicidaires. Elles ont commencé autour de l’année 2000, lorsque sa carrière a explosé chez Victoria’s Secret et qu’elle a commencé à fréquenter l’acteur de Titanic. Alors projetée dans la lumière, elle vit sa première crise en 2003. « J’étais à un moment merveilleux de ma carrière, j’étais très proche de ma famille, et je me suis toujours considérée comme une personne positive, alors j’étais très dure avec moi-même. Je me disais: ‘pourquoi je ressens cela?’ Je pensais que je n’avais pas le droit de me sentir mal« , confie-t-elle. « Mais je me sentais complètement impuissante. Votre monde devient de plus en plus petit, et vous ne pouvez plus respirer, ce qui est le pire sentiment que je n’aie jamais eu ».

Ces crises deviennent de plus en plus intenses, et la surprennent même parfois lorsqu’elle est chez elle. Elle développe une peur panique des tunnels, des ascenseurs et des espaces clos. « Je me disais: ‘si je saute du toit, tout cela prendra fin, et je n’aurai plus jamais à me soucier de ce sentiment de voir mon monde rapetisser », confie la mannequin.

Je fumais, je buvais une bouteille de vin et trois frappuccinos chaque jour. J’ai tout arrêté en une journée.

La top a d’abord pensé suivre un traitement médicamenteux, avant de décider, sur l’avis des médecins, d’éliminer de sa vie certaines mauvaises habitudes, et de se concentrer sur le yoga et la méditation. « Je fumais, je buvais une bouteille de vin et trois frappuccinos chaque jour. J’ai tout arrêté en une journée », explique la top de 38 ans. « Je me disais: si ces choses sont responsables de cette douleur, elles doivent partir », ajoute-t-elle.

Avec Leo en 2005. / © AFP PHOTO / JEFF HAYNES.

Lire aussi > Dans le mannequinat, les hommes sont moins bien payés que les femmes

Elle a également décidé de repenser ses relations. Se sentant « seule » dans son processus de guérison, elle rompt avec Leonardo DiCaprio en 2005.

« Je pensais qu’il était peut-être temps pour moi de partager quelques unes de mes vulnérabilités, et cela m’a fait réaliser que je ne voudrais jamais changer tout ce que j’ai vécu, parce que je crois que je suis comme je suis aujourd’hui grâce à toutes ces expériences », conclut la mannequin.

CIM Internet