Paris Match Belgique

Reine Paola : La grande frayeur des Belges

reine paola

La reine Paola est restée consciente en permanence et a été transférée dans une chambre isolée du département de neurologie | © Photo Mirco Toniolo

People et royauté

La Reine a recouvré spontanément toutes ses facultés et ne conservera probablement pas de séquelles de son accident vasculaire cérébral. À Venise, comme à Bruxelles, on respire…

Un récit de Valérie Dupont

C’est sans doute l’un des plus beaux hôpitaux du monde. Il ne brille certes pas par sa modernité, mais bien pour sa beauté architecturale. La façade de l’hôpital San Giovanni e Paolo de Venise est un pur bijou de la Renaissance italienne, teinté d’influences byzantines. Un ensemble de colonnes et de niches finement décorées, de délicates statues en marbre blanc ou polychromes qui datent du XVe siècle et, tout en haut, le célèbre lion de Venise qui garde l’entrée de cette ancienne grande école, transformée en hôpital en 1807, sous l’envahisseur autrichien. Un cadre digne d’une princesse, et certainement digne d’une reine.

Car c’est bien ici que, dans la nuit de mardi à mercredi dernier, la reine Paola fut transportée en urgence. « Elle est arrivée aux alentours de minuit », confirme Giulio Giuliani, le porte-parole de l’hôpital de Venise. « Elle a été transportée sur une hydro-ambulance, directement vers le pavillon des urgences ». Un bateau-ambulance car, dans cet hôpital, si les visiteurs entrent en passant sous la majestueuse porte de l’édifice qui se trouve sur la place Saints-Jean-et-Paul, les malades, eux, arrivent le plus souvent par la voie des eaux, Venise oblige. Les hydro-ambulances sont des bateaux conçus spécialement pour se déplacer rapidement sur les canaux vénitiens, autorisés à dépasser toutes les limites de vitesse. « Comme les ambulances normales, elles doivent aller très vite, respecter une durée temporelle pour arriver sur place lorsque le patient est en code rouge. Et je peux vous assurer que lorsqu’elles passent à toute vitesse, ça provoque pas mal de vagues dans Venise », explique Giulio Giuliani. « Elles n’ont droit qu’à 19 minutes maximum pour arriver sur place en cas d’urgence mais, parfois, le bateau ne peut atteindre directement la maison du patient et les ambulanciers doivent courir dans les ruelles de Venise. Voilà pourquoi, contrairement aux ambulances normales, ils travaillent à trois dans les hydro-ambulances, car le bateau ne peut jamais être abandonné sans personnel à bord ».

Lire aussi > Paola, la reine douleur

Venise, mercredi 26 septembre. Arrivé à bord d’une hydro-ambulance, le roi Albert va retrouver son épouse à l’hôpital San Giovanni e Paolo : il a reçu le feu vert des médecins pour rentrer en Belgique avec Paola, qui pourra y subir des examens complémentaires à la suite de son malaise.

Mardi soir, l’état de la Reine était préoccupant

La reine Paola était-elle en code rouge ? Probablement mais, pour des raisons évidentes de respect de la vie privée, l’hôpital ne le confirme pas. Le Dr Michele Alzetta, directeur du service des urgences de l’hôpital San Giovanni e Paolo, refuse même d’utiliser le mot « ictus » qui, en italien, désigne un accident vasculaire cérébral. Il préfère parler de « malaise passager ». « Elle n’a pas eu, fort heureusement, quelque chose de grave. C’est un problème transitoire et elle s’est parfaitement remise », explique le Dr Alzetta. « Elle a récupéré toutes ses capacités, et nous avons fait une série de tests et d’examens pour lui permettre de rentrer chez elle en toute tranquillité. Je suis simplement désolé que la Reine ait dû interrompre de cette manière brutale ses vacances et son séjour à Venise ».

Dans la matinée du mercredi 26 septembre, l’agence de presse italienne Ansa avait déjà obtenu de l’hôpital des commentaires rassurants. La reine Paola n’avait pas été placée dans le département spécialisé pour les patients touchés par un AVC grave, la « stroke unit ». Cette unité particulière permet en effet d’intervenir le plus rapidement possible en cas d’accident vasculaire cérébral pour tenter de limiter les dégâts au cerveau. L’hôpital a confirmé que la Souveraine ne se trouvait pas dans cette salle spécialisée, car elle ne présentait pas les symptômes de ce type, mais qu’elle avait surtout besoin d’une observation et d’un contrôle particulier. Elle a donc été placée en chambre seule dans le département de neurologie.

reine paola
Le roi Albert sur une hydro-ambulance. © Mirco Toniolo

« L’état de la Reine a préoccupé son entourage, qui a décidé d’appeler le 118, le numéro des urgences de Venise », écrit l’Ansa. « Elle est restée consciente en permanence et a été soumise à un scanner ainsi qu’à d’autres examens, avant d’être transférée dans une chambre isolée du département de neurologie, tout en restant sous observation constante ».

C’est bien le mari de Paola, l’ancien Roi ? Nous, les journalistes italiens, on connaît mieux sa femme… C’est elle la star, ici.

Devant la porte de sa chambre, plusieurs carabiniers se sont relayés pendant la nuit pour assurer sa sécurité. Personne ne sait si le roi Albert se trouvait à ses côtés au cours de la nuit, ou s’il est resté à l’hôtel Accademia, là où le couple était descendu pour ces quelques jours de vacances à Venise. Toujours est-il que mercredi, en début d’après-midi, l’ancien roi des Belges, 84 ans, est arrivé par les eaux pour se rendre au chevet de son épouse, toujours hospitalisée.

Lire aussi > La belle photo de famille des 80 ans de Paola… sans Laurent

Vêtu d’un pantalon clair et d’une veste sombre, Albert II est descendu du bateau très discrètement, grâce à un système de stores automatisés qui permet d’isoler le tunnel d’arrivée des urgences en cas de besoin. Les photographes italiens accourus à l’annonce de l’hospitalisation de cette princesse italienne devenue reine de Belgique, et qui a fait les beaux jours de la presse transalpine dans les années de la Dolce Vita, ont quand même réussi à prendre quelques clichés de l’arrivée du Roi. « C’est bien le mari de Paola, l’ancien Roi ? » demande l’un de ces photographes, spécialisé pourtant dans les photos des VIP. « Nous, les journalistes italiens, on connaît mieux sa femme… C’est elle la star, ici », dit-il.

Un rapartiement après une nuit sous surveillance

Alors que les médecins s’accordent encore avec le Palais royal pour autoriser la reine Paola à rentrer en Belgique en avion dans l’après-midi de mercredi, après une nuit passée sous surveillance médicale, le personnel de la « villa Maravege » s’active pour préparer les bagages. « Ce n’est pas la première fois que la reine Paola choisit la Pensione Accademia pour séjourner à Venise », écrit le journal local, Il Gazzettino. L’hôtel, tenu par la famille Salmaso depuis 1951, est renommé pour sa réserve et sa discrétion. Voilà pourquoi il est souvent choisi par les chefs d’Etat ou les célébrités qui souhaitent visiter Venise.

En ces heures un peu tendues pour l’ancien couple royal de Belgique, le personnel et la direction de l’hôtel choisissent le même mot d’ordre : le silence. Ce superbe palais vénitien du XVIIe siècle, entouré de magnifiques jardins, siège de l’ambassade de Russie entre les deux guerres mondiales, est idéalement situé non loin de la galerie de l’Académie et du Grand Canal. Parfait pour se rendre à pied dans le centre historique de la Cité des Doges ou, en taxi ou en vaporetto, dans les jardins de la Biennale, ce rendez-vous culturel vénitien que la reine Paola ne manque jamais, car il lui permet de rassasier sa passion pour l’art et le design.

reine paola
Victime d’un AVC, la reine Paola est emmenée à l’hôpital. © Mirco Toniolo

Cette année, la Biennale est dédiée à l’architecture et restera ouverte jusqu’au 18 novembre prochain. Le roi Albert et la reine Paola avaient sans doute attendu la fin de l’été pour programmer leur visite, afin d’éviter les flux touristiques et les grosses chaleurs d’été, et pour mieux profiter de cette période si particulière à Venise, quand le début d’automne rend les journées plus fraîches quoique généreusement ensoleillées. « Je les ai croisés hier sur un pont dans la ville, près de San Marco », raconte une journaliste locale. « Elle, je l’avais reconnue, toujours très élégante, et cela m’a même fait sourire, car un touriste est arrivé près d’eux pour leur demander un renseignement, et ils ont gentiment expliqué en anglais qu’ils n’étaient pas d’ici », explique cette journaliste vénitienne venue pour s’informer auprès de l’hôpital de l’état de la Reine.

Mais les choses s’accélèrent. Une heure après l’arrivée du roi Albert à l’hôpital, un bateau des carabiniers approche de l’embarcadère des urgences, suivi d’une ambulance et d’un bateau-taxi. « Dans quelques minutes, la reine Paola sera autorisée à quitter l’hôpital », confirme le service de presse.

Lire aussi > Affaire Delphine Boël : Le roi Albert II sera-t-il (ou non) soumis à un test ADN ?

En effet, l’un des hommes qui accompagne le couple royal dans ses déplacements à l’étranger apporte le sac à main de la Reine ainsi qu’un léger bagage en feutrine grise. Les touristes qui passent sur le quai le long des « fondamente nove », une belle promenade qui permet d’admirer la lagune avec, au loin, les îles de San Michele et Murano, s’interrogent face à l’agitation. Bientôt, on aperçoit furtivement le Roi qui monte dans le bateau-taxi, et la chevelure blanche de la reine Paola qui semble descendre d’une civière pour pénétrer dans l’hydro-ambulance.

Apparemment, elle est consciente, elle parle et elle bouge. La scène ne dure que quelques minutes, les tentures-stores qui ferment l’accès aux urgences se relèvent et le cortège de bateaux prend le large dans la lagune de Venise, direction l’aéroport international Marco Polo. Sur la piste, un avion militaire belge vient d’atterrir pour ramener la reine Paola à Bruxelles, où d’autres examens médicaux l’attendent à l’hôpital Saint-Luc.

« C’est justement parce que nous savions qu’elle pouvait rentrer en avion que nous avons accepté de la laisser sortir aussi rapidement de l’hôpital », explique le Dr Michele Alzetta, alors que les bateaux s’éloignent. « En ce moment, son état n’est plus préoccupant, mais elle devra subir d’autres examens de retour dans son pays. Cependant, elle est rassurée, même si elle a sans doute eu très peur ».

« Tout le monde en Italie parle encore de sa beauté »

À l’aéroport, toujours allongée sur une civière, la reine Paola, qui vient de fêter ses 81 ans le 11 septembre dernier, est transportée du bateau-ambulance jusqu’à l’avion. « On a beaucoup de tendresse pour elle », explique une dame vénitienne qui passe devant l’hôpital. « Tout le monde en Italie parle encore de sa beauté, et on a tous été très contents quand elle est devenue reine. J’espère que tout ira bien pour elle, mais c’est un bon hôpital ici, elle aura été bien soignée ».

Dans le communiqué diffusé jeudi, le Palais royal confirmera qu’il s’agissait bien d’un léger accident vasculaire cérébral. La Reine a recouvré spontanément toutes ses facultés et ne conservera probablement pas de séquelles de cet incident, confirme le communiqué. À Venise, comme à Bruxelles, on respire, et la Cité des Doges espère rapidement revoir le roi Albert et la reine Paola se promener en amoureux le long des canaux vénitiens.

© BELGA / LAURIE DIEFFEMBACQ

 

CIM Internet