Paris Match Belgique

Patrick Sébastien fait polémique à propos de #MeToo

Patrick Sébastien

Patrick Sébastien a « un peu de mal avec les victimes [de violences sexuelles] qui ont les seins à l'air » | © ©PHOTOPQR/LE PROGRES/LAURENT THEVENOT

People et royauté

L’ex-animateur a tenu des propos polémiques sur les femmes victimes de violences sexuelles, notamment celles dénudées. La séquence n’est pas passée inaperçue.

Et si on était bienveillant est le titre du nouveau livre de Patrick Sébastien. La bienveillance, l’animateur récemment évincé de France 2 en a manqué en pleine promotion sur le plateau des Grandes Geules sur RMC. Il s’est exprimé sur le mouvement de libération de la parole des femmes #MeToo.

Lire aussi > Comment Patrick Sébastien s’est « fait virer » de France 2

« Je suis totalement pour dénoncer les salopards. J’en connais, j’en ai croisé, des salopards. C’est infernal de se faire agresser »,, a-t-il d’abord affirmé sur RMC avant de poursuivre : « Après, il faut faire la part des choses. Il y a une bienveillance à dénoncer un salopard et il y a une malveillance à dénoncer n’importe qui à tort et à travers.J’ai un peu de mal avec certaines victimes, qui ont les seins dehors, les fesses à l’air »,, a alors ensuite continué Patrick Sébastien.

La culture du viol

Sur le plateau,l’invité Anasse Kazib, cheminot et militant, a alors lancé à l’attention de l’animateur que ça ne changeait rien pour les victimes. Et sur Twitter, la séquence en question n’est pas non plus passée inaperçue.

L’ancienne ministre française Cécile Duflot explique aussi dans un message que « ce qui est intéressant c’est qu’il parle de victimes mais dit clairement ‘j’ai un peu de mal’ que donc elles seraient en fait coupables. Et c’est tout le problème des violences sexistes. Les hommes ont intégré qu’il y avait une sorte de circonstance atténuante…»,.

Pourtant, les vêtements portés par les femmes victimes de violences sexuelles ne sont en rien un facteur justifiant les gestes dont elles pourraient être les victimes, faut-il encore le rappeler ? Il semblerait que oui.

Lire aussi > « C’est pas bien, mais… » : quand Emma met la culture du viol en dessin

CIM Internet