Comment Florence Foresti empêche son public de filmer ses spectacles

Comment Florence Foresti empêche son public de filmer ses spectacles

florence foresti

Florence Foresti, à Paris en juillet 2018. | © MAXPPP

People et royauté

L’humoriste française Florence Foresti utilise un dispositif qui empêche les spectateurs de se servir de leur téléphone portable pendant son nouveau spectacle. Une première en France. 

La guerre aux voleurs d’images est déclarée. Pour son nouveau spectacle baptisé Épilogue, Florence Foresti veut éviter toute fuite de blagues, de sketchs voire toute diffusion de son spectacle en direct sur les réseaux sociaux. L’humoriste français a donc trouvé une technique, déjà éprouvée dans les pays anglo-saxons, pour empêcher l’utilisation de son téléphone portable durant son one man show. Comment ? En privant son accès. Tout simplement.

Lire aussi > Le lien inquiétant entre la consommation d’écrans et la santé mentale des enfants

À l’entrée de la salle, les spectacteurs seront ainsi invités à placer leur smartphone dans une pochette qui se bloque automatiquement. Un dispositif appelé « Yondr » dont le mode de fonctionnement est expliqué par Florence Foresti dans un communiqué, relayé par Le Figaro« Vous resterez en possession de votre appareil lors du spectacle et, au besoin, vous pourrez accéder aux postes de déverrouillage installés dans la salle ». En cas d’urgence ou de vibration suspecte, les spectacteurs seront autorisés à sortir de la salle pour répondre à leur interlocuteur.

Un système bientôt partout ?

« À la fin du spectacle, toutes les pochettes seront déverrouillées. Toute personne utilisant un téléphone portable en salle sera invitée à quitter la salle », ajoute le communiqué de presse. Selon la manager de Florence Foresti, Emilie Kindinis, « ce système protège les artistes leurs créations. Le public est prévenu en amont, nous n’avons jamais eu de réclamations (…) Ça va vite se généraliser ».

En France, Florence Foresti est la première humoriste à utiliser un tel dispositif. Dans le domaine de la musique, elle a été précédée par l’artiste Jack White qui a eu recours à ce système pour son concert en juillet à l’Olympia. S’il est encore rare dans l’Hexagone, et en Belgique, cette pratique est déjà courante dans les stades en Angleterre. Au cinéma aussi, les journalistes et les critiques se voient parfois retirer leur smartphone à l’entrée de la salle lors d’avant-premières ou de projections uniques de longs-métrages attendus, tels que le dernier James Bond, Spectre, Avengers et Star Wars.

CIM Internet