Paris Match Belgique

Shia Labeouf : son projet artistique anti-Trump débarque en Angleterre

Le projet livestream a été adopté par la Foundation for Art and Creative Technology de Liverpool.

People et royauté

Les États-Unis seraient devenus trop dangereux pour un projet qui n’a pas cessé de susciter la polémique.

Depuis son installation, le projet « He Will Not Divide Us » a été témoin de nombreuses altercations entre partisans du projet et groupes d’activistes d’extrême droite.

Chassé de New York

Lancé initialement à New York le 20 janvier 2017 par Shia Labeouf et ses acolytes, Nastja Säde Rönkkö et Luke Turner, le livestream « polémiqueux » a rapidement été chassé par le Museum of the Moving Image, le site étant devenu le lieu de prédilection des trolls de l’extrême droite. Suite à l’agression d’un néo-nazi, Shia Labeouf avait été arrêté par les forces de l’ordres new-yorkaises.

Lire aussi : Shia Labeouf arrêté après qu’un passant lui ait dit « Hitler n’a rien fait de mal »

Alors qu’il devait durer non-stop pendant quatre ans, la durée du mandat de Donald Trump, « He Will Not Divide Us » a brutalement été interrompu… avant de reprendre ses positions à Albuquerque au Nouveau-Mexique. Le 18 février, l’acteur a en effet déplacé son projet politico-artistique au théâtre El Rey situé à plus de 3 000 kilomètres de New York et à 400 kilomètres d’El Paso, là où Donald Trump a prévu de construire son mur frontalier.

Mal reçu au Nouveau-Mexique

Une nouvelle fois, le projet fut mal accueilli sur les lieux. Sans prévenir le trio d’artistes, le théâtre a retiré la caméra du livestream suite à des coups de feu survenus dans le quartier, même si sans rapport direct avec le dispositif. L’installation a donc dû déménager ailleurs pour devenir rapidement la cible de nouvelles menaces. Après avoir été volée de l’endroit inconnu où elle fut réinstallée, un incendie avait été déclenché dans un champ voisin par des suprématistes blancs.

Suite à ces nombreuses menaces et autres dissuasions, Shia Labeouf a donc décidé de déplacer une énième fois son projet mais cette fois-ci, outre Atlantique. L’Amérique n’étant plus suffisamment « safe » pour son projet, c’est à Liverpool qu’il compte le faire débarquer.

Les évènements récents nous ont montré que notre œuvre n’était plus en sécurité aux États-Unis.

Liverpool lui souhaite la bienvenue

Si en Angleterre, le projet devrait être en meilleure sécurité, l’oeuvre a tout de même été adaptée pour être accessible uniquement via streaming. Pour remplacer la webcam qui diffusait en continu des personnes en train de scander le slogan du projet : « He Will Not Divide Us » (« Il ne nous divisera pas »), les artistes ont opté pour un drapeau qui, à son tour, sera diffusé en permanence sur le site du projet.

Adopté par la FACT (Foundation for Art and Creative Technology) de Liverpool, « He Will Not Divide Us » restera donc accessible en streaming – si tout va bien – jusqu’à la fin du mandat du président américain, comme prévu au lancement du projet.

HE WILL NOT DIVIDE US

Une publication partagée par Shia LaBeouf (@shialabeouf) le

CIM Internet