Soudan : L’appel de George Clooney à « démanteler le système » après la chute de Béchir

Soudan : L’appel de George Clooney à « démanteler le système » après la chute de Béchir

clooney

George Clooney, en juillet 2018. | © Lionel Hahn / Abacapress.com

People et royauté

Militant de longue date contre les crimes de guerre au Darfour, l’acteur américain George Clooney a salué jeudi la chute du président soudanais Omar el-Béchir comme un « premier pas timide vers un vrai changement », mais a appelé à « démanteler » l’ensemble du système.

« Les Soudanais attendaient ce jour depuis longtemps », a-t-il déclaré dans un communiqué avec John Prendergast, avec qui il a fondé l’organisation The Sentry, spécialisée dans l’investigation sur les « criminels de guerre » en Afrique et particulièrement au Darfour soudanais, où un conflit a fait plus de 300 000 morts depuis 2003. Omar el-Béchir, qui dirigeait le Soudan d’une main de fer depuis 30 ans, a été renversé jeudi par un coup d’Etat de l’armée, dans le sillage d’un soulèvement populaire, et a été remplacé par un « conseil militaire de transition » pour deux ans.

George Clooney et John Prendergast ont toutefois affirmé que « renverser le dirigeant d’un système violent et corrompu sans démanteler ce système » n’était « pas suffisant ». « Les prochaines étapes seront cruciales. La communauté internationale doit apporter tout son soutien pour faire en sorte que la transition soit négociée et inclusive, et que le prochain président du Soudan reflète la volonté de son peuple », ont-ils insisté.

Lire aussi > Alaa Salah, l’étudiante devenue icône de la révolution soudanaise

Connu pour son engagement politique et humanitaire, George Clooney estime aussi que le président déchu « doit être extradé et jugé » par la Cour pénale internationale pour « génocide et crimes de guerre perpétrés au Darfour ». La juridiction qui siège à La Haye a lancé en 2009 un mandat d’arrêt contre Omar el-Béchir. L’acteur et réalisateur souligne enfin que « le général qui a pris le pouvoir dans ce coup de palais, Awad Ahmed Benawf, a fait l’objet de sanctions de la part des Etats-Unis pour avoir orchestré des crimes de guerre au Darfour, tout comme Omar el-Béchir ».

Après quatre mois de manifestations

En 2011, l’indépendance proclamée du Soudan du Sud a entraîné la perte des trois quarts des réserves pétrolières du Soudan. En décembre dernier, le triplement des prix du pain ont entraîné d’importantes manifestations dans différentes villes du pays. La proclamation de l’état d’urgence, le 22 février dernier, avait ralenti le rythme des protestations. Mais ces dernières ont repris en intensité la semaine dernière, débouchant sur cette destitution d’Omar el-Béchir par l’armée.

Avec Belga

CIM Internet