Paris Match Belgique

La dernière boulette de Donald Trump choque (encore) le Royaume-Uni

donald trump reine elisabeth

En juin dernier, le comportement déplacé du président américain aux côté de la souveraine avait déjà provoqué un tollé. | © Ben STANSALL / POOL / AFP

People et royauté

Prochainement en visite au Royaume-Uni avec son épouse Melania, Donald Trump n’a pas pu s’empêcher d’enfreindre (une nouvelle fois) le protocole royal.

 

C’est la deuxième visite du couple présidentiel américain en Angleterre. Attendus début juin pour une visite royale, Donald et Melania Trump seront à nouveau reçus par le reine Elisabeth II au palais de Buckingham. À quelques jours du départ, la nouvelle vient d’être officiellement annoncée à la presse internationale : « Le président Donald J. Trump et la Première dame Melania Trump ont accepté l’invitation de Sa Majesté Royale la reine Elizabeth II pour une visite du Royaume-Uni du 3 au 5 juin 2019. Cette visite d’État réaffirmera les relations spéciales entre les États-Unis et le Royaume-Uni », pouvait-on lire dans un communiqué officiel diffusé par la Maison Blanche ce mardi.

Typique Trump

Sa Majesté Royale ? Vraiment ? Si l’expression n’interpelle pas du premier coup, elle a profondément choqué les journalistes britanniques, soulignant une entorse au protocol qui veut que la reine d’Angleterre soit appelée « Sa Majesté » tout court. Et non pas « Sa Majesté Royale », ni même « Son Altesse Royale » – prédicat honorifique réservé aux princes et princesses de la famille. D’autres se sont carrément moqué du président républicain, à peine surpris par cette boulette qualifiée de « typique Trump ».

Un protocol à réviser

Alors que la presse britannique – dont une journaliste du Daily Mail – s’est offusquée d’une telle bourde de la part du service presse de la Maison Blanche, repartageant sur les réseaux les règles de bienséance pour « saluer un membre de la famille royale », certains internautes américains se sont « excusés d’avance » pour le comportement déplacé de leur président, qui avait déjà provoqué un tollé en juin dernier, aux côté de la souveraine. Dans les jardins du château de Windsor, Donald Trump avait suscité l’indignation après avoir éclipsé la reine d’Angleterre devant la garde d’honneur. La scène avait été considérée par les Britanniques comme un véritable manque de respect, voire une honte pour la monarchie du pays. Cette année, Donald Trump aura plutôt intérêt à réviser…

CIM Internet