Jenifer : « J’adore recevoir des bricolages faits main de mes fils »

Jenifer : « J’adore recevoir des bricolages faits main de mes fils »

Jenifer sera encore en concert à trois reprises en Belgique avant la fin de l'année... | © DR

People et royauté

Après une année 2017 des plus sombre, la jeune femme retrouve la passion de la musique et de la scène avec un album pétillant. Un retour aux sources qui sied merveilleusement à la jeune maman, très soucieuse de l’épanouissement de ses deux fils.

Elle n’oublie pas l’accident mortel vécu lors de son retour de concert de Bruxelles, l’annulation de sa tournée, les doutes, les angoisses, le sentiment de culpabilité, et le goût de la scène qui s’en était allé. Mais le temps a fait son œuvre. « Je suis une battante » reconnaît Jenifer qui savoure le plaisir de retrouver un public fidèle, ses coachs de The Voice, sa vie d’artiste. Pudique, discrète, elle sait se montrer déterminée quand la passion la transporte à nouveau.

Paris Match. Comment se passent les retrouvailles avec la Belgique ?
Jenifer. Je recommence une deuxième vague de tournée, j’étais à Liège et Bruxelles il n’y a pas très longtemps, deux concerts très forts en termes d’émotion. Liège a une fois encore justifié son adjectif « ardente » ! Chaque fois que je viens, j’ai la confirmation de la chaleur du public belge, si festif, joyeux et encourageant. Et fidèle depuis le début, presque 18 ans ! Je vous avoue me rendre très régulièrement chez vous, passer des WE à chiner dans vos magasins de brocante et vos friperies. Je suis particulièrement friande de belle vaisselle.

Cet album « Nouvelle page » a des côtés à la fois pop et douillets. Désiriez-vous délivrer un message de douceur ?
Je l’ai voulu libre et plein de tendresse. L’âge et les étapes de la vie font que j’aborde les sentiments différemment. Même si je vis des remises en question permanentes qui font partie de ma personnalité, je relativise beaucoup plus les événements qui peuvent m’arriver. Grâce à tous les auteurs et compositeurs qui m’entourent, j’ai pu bénéficier de chansons sur-mesure. En studio, j’ai dû d’abord renouer avec la passion qui m’avait quitté. Ensuite, je me suis livrée en toute sincérité, je l’ai toujours fait quitte à parfois déstabiliser le public. Je suis faite d’un seul moule et un album reflète toujours mes humeurs du moment. Avec celui-ci, j’avais envie de retrouver la pop de mes débuts à travers le regard d’une femme de ma génération. Pourtant, j’ai découvert sur cette tournée un public très éclectique. Je parle de sentiments assez fédérateurs. En parlant d’amour, de désamour ou de la perte d’un être cher, je partage un vécu. Et j’ai la sensation que l’effet thérapeutique que cet album a eu sur moi rejaillit quelque peu sur le public. Moi qui suis tellement pudique, j’accepte cette mise à nu sur scène.

Existe-t-il toujours une nouvelle page à ouvrir après des périodes sombres ?
C’est en tout cas ma philosophie de vie. J’ai connu des hauts et des bas, comme tout le monde, mais gommer le passé ne permet pas d’avancer. J’ai vraiment le sentiment de débuter une nouvelle page, même si le livre reste pareil. Il faut accepter de terminer un cycle pour mieux commencer un autre. Plus que jamais, j’ai envie d’oser et de savourer, et pas seulement dans ma vie professionnelle. Je suis d’une nature entière, je ne joue pas un personnage, avec moi c’est tout ou rien ! Je suis toujours totalement dévouée à ce que j’entame.

« J’ai vraiment le sentiment de débuter une nouvelle page, même si le livre reste pareil. »

Comptez-vous poursuivre une carrière d’actrice ?
Toute petite, j’aimais déjà le jeu, forcer certains traits de mon caractère. Je ressentais une excitation extrême et ce sentiment demeure aujourd’hui. Lors de mon premier coaching pour le téléfilm « Traqués », j’ai appris à aller puiser dans celle que je suis pour me glisser dans la peau de quelqu’un d’autre, de déterrer des émotions enfouies, des images d’enfance et d’adolescence. J’ai découvert comment me servir de mon vécu pour servir la sincérité d’un personnage, même s’il est très éloigné de moi. Sur les tournages, je retrouve cet esprit d’équipe très solidaire que je vis au gré de mes tournées. J’ai encore un petit CV de comédienne mais j’ai la chance qu’on me propose des expériences très différentes, y compris le doublage de dessins animés comme pour le récent Playmobil, le film.

La bienveillance que vous témoignez pour les autres se ressent dans vos concerts. Est-ce également le sentiment que vous désirez exprimer dans vos engagements humanitaires ou en étant juré dans The Voice ?
Je me sens vivante à travers toutes ces aventures. The Voice m’a fait énormément de bien sur le plan psychologique et me nourrit. J’apprends énormément au contact des talents. Moi qui ai grandi aux yeux de tous en débutant si jeune et avec ce type d’émission, je sais ce qu’il en coûte parfois. Mon envie de chanter primait sur tout à l’époque, je savais ce que je ne voulais pas faire et à peu près ce que je voulais. Je me dois donc d’être sincère pour ces artistes qui se retrouvent exposés, et de les accompagner au mieux. « The Voice » est un spectacle familial et positif, c’est d’ailleurs spécifié dans le contrat combien il est important de se montrer généreux et attentif.

Lire aussi >Jenifer : « J’ai connu la soupe populaire en bas de chez moi »

©DR

Le titre « Hey Jen » dénonce la pression exercée par une certaine presse qui n’hésite pas à vous malmener ou exploiter des épisodes douloureux de votre vie.
On est venu me proposer la chanson, je n’aurais jamais osé commander un tel sujet car je ne veux pas donner l’impression de me plaindre. Il existe des situations bien pires que la mienne dans le monde, je m’en rends bien compte quand je vais visiter des enfants dans les hôpitaux. Cependant, être épiée, scrutée, photographiée en permanence, faire l’objet d’articles parfois mensongers peut s’avérer lourd. J’ai plus peur pour mes proches que pour moi, l’idée qu’ils puissent souffrir de ce matraquage m’est insupportable. Je deviens une vraie louve, comme si on s’attaquait directement à mes enfants et ceux qui me sont chers. Au début, j’avais du mal à me voir défendre cette chanson. Mais l’ironie et l’auto-dérision qui figurent dans le texte ont fini par me convaincre. C’était aussi une façon salutaire de faire le point sur les derniers mois, difficiles, que j’ai vécus. D’ailleurs, j’ouvre mes concerts avec ce titre, je le vois comme un exutoire.

Quelle est la part de nostalgie en vous ?
Je suis très marquée par le temps qui passe et le départ des gens que j’aime. Avec l’âge, on a vraiment cette impression que le temps file à toute vitesse. Vieillir en tant que tel ne m’angoisse pas mais l’évolution du monde m’inquiète, j’ai parfois peur de voir grandir mes enfants dans une société qui peine à trouver des solutions. Je pense que nous avons tous un brin de mélancolie en nous. Pourtant, quand je regarde mes fils, ils sont hyper cool ! J’estime que mon rôle de maman est de faire en sorte qu’ils se sentent concernés par le monde dans lequel ils vivent. J’essaie qu’ils gardent cette conscience aigüe des choses, dans le respect de l’autre, tout en préservant leur optimisme naturel. Toutes les mamans, comme tous les parents, font le job : veiller à ce que nos enfants évoluent harmonieusement.

« Mon rôle de maman est de faire en sorte qu’ils se sentent concernés par le monde dans lequel ils vivent. »

La famille est-elle votre source de ressourcement primordiale quand vous avez des périodes de pause ?
La famille et la Corse. J’aime aller crapahuter dans mon maquis, prendre le temps, cuisiner pour mes amis, lire, bricoler, et peindre, même si mes peintures sont affreuses !

Quel est votre souvenir de cadeau de Fête des mères le plus marquant ?
Je n’ai pas dérogé aux colliers de pâtes de toutes les couleurs, ma maman en a une collection. Plus récemment, je lui ai offert un voyage, rien que nous deux. Elle n’était jamais partie très loin en avion, je lui ai fait la surprise de cette escapade mère-fille. Pour ma part, je continue à recevoir des bricolages faits main de mes fils et j’adore. L’idée qu’ils ont fabriqué mon cadeau me touche profondément. Un simple dessin me suffit, du moment qu’ils n’oublient pas !

Album : Jenifer, Nouvelle page, TF1 Musique

En concert : le 21/11 au Cirque Royal, le 22/11 au Théâtre Royal de Mons et le 13/12 au Wex de Marche-en-Famenne.

©DR
CIM Internet