Alyssa Milano appelle à une « grève du sexe » pour défendre le droit à l’avortement

Alyssa Milano appelle à une « grève du sexe » pour défendre le droit à l’avortement

alyssa milano

L'actrice en septembre dernier. | © Ron Sachs / CNP.

People et royauté

La comédienne américaine lance le mot-clé #SexStrike, en réponse au durcissement de la loi sur l’avortement dans l’État américain de Géorgie.

 

La dernière fois qu’elle avait lancé un mot-clé sur les réseaux sociaux, celui-ci trouvait une résonance planétaire jusqu’ici inégalée. Parviendra-t-elle a mobiliser de la même manière cette fois-ci ? L’actrice Alyssa Milano, qui avait proposé en octobre 2017 aux internautes de témoigner sous le hashtag #MeToo, dans la foulée des révélations de l’affaire Weinstein, a appelé ce samedi 11 mai à une grève du sexe pour défendre le droit à l’avortement.

Lire aussi > L’État de Géorgie, la nouvelle victime de la vague anti-avortement aux États-Unis

Nos droits liés à la procréation sont supprimés. Tant que nous les femmes n’aurons pas un contrôle légal sur notre corps, nous ne pouvons pas risquer de tomber enceintes« , écrit-elle sur Instagram, en postant un photo d’un grand X rose. “Rejoignez-moi en boycottant le sexe jusqu’à ce que nous retrouvions notre indépendance physique. J’appelle à une grève du sexe. Faites passer le message« , ajoute-t-elle, utilisant le mot-clé #SexStrike (“grève du sexe”).

Elle menace de ne plus tourner en Géorgie

L’origine de l’initiative de l’actrice, révélée dans les séries Madame est servie puis Charmed, se trouve en Géorgie. Cet État américain, prisé des studios et producteurs hollywoodiens pour ses dispositifs fiscaux favorables, vient de ratifier une loi interdisant l’avortement dès que les battements du cœur du fœtus sont perceptibles. Cela correspond environ à la sixième semaine de grossesse, un stade où bien des femmes ignorent encore qu’elles sont enceintes. Une loi très restrictive qui a déjà été votée auparavant dans le Mississipi, le Kentucky et l’Ohio. La bataille contre le droit à l’avortement, qui est un droit fondamental, est menée par les ultra-conservateurs aux États-Unis.

Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que le plus grand nombre de productions possibles quitte cet État qui continue à promouvoir une politique oppressive et néfaste, contraire à tout ce que l’industrie du divertissement défend”, avait déclaré l’actrice au site BuzzFeed News il y a quelques jours.

Ironie du sort, elle est contractuellement tenue d’achever en Géorgie le tournage de la série Netflix Insatiable, prévu pour encore un mois. Elle a toutefois prévenu qu’elle ne retournerait pas sur le plateau du tournage de cette série après cette période si l’enregistrement est maintenu en Géorgie.

Lire aussi > États-Unis : La vidéo d’une femme escortée et camouflée pour entrer dans une clinique d’avortement glace le sang (VIDÉO)

Des dizaines de stars signent une pétition

Plusieurs autres stars d’Hollywood ont fait entendre leur voix et contesté la décision du gouverneur de l’État de Géorgie, Brian Kemp. Alec Baldwin, Don Cheadle, Ben Stiller, Mia Farrow, Amy Schumer et plusieurs dizaines d’acteurs américains, déjà emmenés par Alyssa Milano, avaient menacé fin mars – alors que la perspective d’une restriction du droit à l’avortement était déjà avancée – de boycotter les tournages en Géorgie.

CIM Internet