La demande de paternité de Delphine Boël jugée non fondée par le tribunal

Nouveau revers juridique pour celle qui affirme être la fille illégitime du roi Albert II | © Belga

People et royauté

Delphine Boël voulait faire désavouer la paternité de Jacques Boël et reconnaître celle du roi Albert II. Une demande que le tribunal civil de Bruxelles a jugée recevable mais non fondée. 

Selon l’un des avocats du dossier, le tribunal civil de Bruxelles a rendu, mardi après-midi, sa décision dans l’affaire Boël. La demande en désaveu de paternité de Jacques Boël, introduite par Delphine Boël, a été jugée recevable mais non fondée.Delphine Boël avait introduit, en 2013, une procédure en contestation de paternité de Jacques Boël, son père légal, et une procédure en reconnaissance de paternité du roi Albert II, devant le tribunal civil de Bruxelles.

Lire aussi : Retour à la case tribunal pour Delphine Boël et Albert II

Pas son père biologique

Jacques Boël n’avait pas contesté l’action en désaveu de paternité introduite par Delphine Boël à son encontre. Il s’était livré à un test ADN qui avait révélé qu’il n’est effectivement pas son père biologique. Delphine Boël dit être la fille du roi Albert II avec qui sa mère, Sybille de Selys Longchamps, a eu une liaison entre 1966 et 1984.

 

La Cour a estimé que la filiation ne se limitait pas aux simples considérations biologiques © Belga

Crise conjugale

C’est en 1999 que Delphine Boël a été présentée comme la fille illégitime d’Albert II par certains médias. Albert II a reconnu ensuite que la reine Paola et lui avaient traversé une crise conjugale dans les années 70 mais il n’a jamais admis être le père biologique de Delphine Boël.

Lire aussi : Delphine Boël, le pop art version couture

Liens profonds

Dans le jugement, obtenu par le journal Le Soir, la Cour estime ainsi que « le lien de filiation ne se réduit pas à une donnée biologique (…) compte tenu de l’importance et de la durée de la réalité affective révélée par la possession d’état existante entre Mme D. Boël et M. J. Boël,  Mme D. Boël ne satisfait pas à la charge de la preuve et ne démontre dès lors pas la non paternité de M. J. Boël à son égard. La demande doit par conséquent être déclarée non fondée ». 

CIM Internet