Louise Bourgoin : « Ma première montée des marches m’a donné l’impression de me marier »

Louise Bourgoin : « Ma première montée des marches m’a donné l’impression de me marier »

louise bourgoin

La comédienne lors de la montée des marches le 14 mai. | © Nicolas Genin / ABACAPRESS.

People et royauté

L’actrice était de passage à la 72ème cérémonie du Festival de Cannes où elle a fait une montée des marches très remarquée. Après le succès de la série Hippocrate diffusée sur Canal +, elle débutera le tournage de la deuxième saison en novembre prochain. Entre deux tournages, l’ambassadrice L’Oréal Paris a répondu aux questions de Paris Match.

 

Paris Match. Quel est votre meilleur souvenir au Festival de Cannes ?
Louise Bourgoin. C’était en 2015, lorsque j’ai accompagné mon ami réalisateur, Laurent Larivière. Il était sélectionné dans la catégorie « Un certain regard » pour son film Je suis un soldat dans lequel je joue. C’était un moment très touchant car c’était son tout premier film. Il ne vient pas de La Fémis, l’école dont sont issus de nombreux metteurs en scène : il était serveur dans un restaurant pendant 10 ans. Nous étions tellement heureux que le film soit sélectionné alors qu’il n’a été réalisé qu’avec un tout petit budget et tourné en 30 jours à peine !

Quel souvenir gardez-vous de votre première montée des marches en 2010 ?
C’était pour le film L’Autre monde de Gilles Marchand avec Melvil Poupaud. Entre la préparation, le stress, le choix de la robe et tous les regards des gens : j’avais l’impression de me marier. D’ailleurs je ne me suis jamais mariée après cela !

Quelle est votre plus belle rencontre dans le cinéma ?
Thomas Lilti, le réalisateur et scénariste de la série Hippocrate. Il m’a offert un très beau rôle. Je suis amoureuse de mon personnage à la fois complexe et sombre mais aussi plein d’humour. Il est très bien écrit, très cohérent psychologiquement. Ce personnage est une belle rencontre, il m’a beaucoup marqué et je suis ravie de le retrouver prochainement.

louise bourgoin
© Aurore Marechal / ABACAPRESS.

Avec qui rêveriez-vous de tourner ?
Ce serait à l’étranger, avec Ruber Ostlund, un réalisateur et scénariste suédois. Son travail est un peu lié à l’art contemporain, et comme j’ai une formation aux Beaux-Arts, je suis sensible à l’esthétisme de ses films. Je rêverais également de tourner avec Jonathan Glazer car Under the skin avec Scarlett Johansson est un de mes films préférés. C’est un long métrage très esthétique, avec une étrangeté qui me plaît beaucoup. L’histoire peut paraître surréaliste, mais cela parle de façon assez crue de la vérité humaine.

Allez-vous souvent au cinéma ?
J’y vais régulièrement, mais j’achète surtout beaucoup de DVD. Je dois être la dernière à ne pas utiliser la VOD ! J’ai de la chance car grâce à mon métier j’ai le temps de me cultiver. Je suis très cinéphile.

Lire aussi > Louise Bourgoin : « Hippocrate, c’est ma première vraie série »

À quoi ressemble votre journée type ?
Hors tournage elle est essentiellement tournée vers mon fils. Je le dépose à la crèche à 10h30 et je le récupère à 16H30. Les journées passent vite.

Comment vous voyez-vous dans 10 ans ?
Je me vois PDG monde du groupe L’Oréal ! Je compte gravir les échelons !

CIM Internet