Paris Match Belgique

Cannes : L’actrice qui accuse Luc Besson de viol affiche un tatouage retentissant sur les marches

sand van roy

Sand Van Roy lors de la montée des marches ce dimanche. | © Nasser Berzane / ABACAPRESS.

People et royauté

La comédienne belgo-néerlandaise Sand Van Roy, qui avait porté plainte pour viol contre le réalisateur, a dévoilé un tatouage loin d’être anodin sur le tapis rouge.

Montée des marches et happening ne vont décidement pas l’un sans l’autre. Chaque année, plusieurs invités du Festival de cinéma le plus prestigieux au monde en profitent pour braquer un coup de projecteur sur un sujet interpellant. Pas plus tard que samedi, l’équipe argentine du film Que sea ley arborait, sur les marches du Festival, des foulards verts en faveur de la légalisation de l’avortement en Argentine. Ce dimanche, c’est l’actrice Sand Van Roy, qui avait porté plainte pour viol en mai 2018 contre Luc Besson, qui a porté en étendard un autre message des plus forts sur le tapis rouge.

Lire aussi > Harcèlement sexuel : Cinq nouveaux témoignages accablent Luc Besson

« Stop violence against women »

Alors que venait de passer Alain Delon, lauréat d’une Palme d’or d’Honneur source de polémique – une association féministe américaine ainsi que de nombreuses voix s’étaient élevées contre ce choix, mettant en avant les propos « homophobes, sexistes et misogynes » de l’acteur -, Sand Van Roy a tenu à remettre les pendules à l’heure lors de la grand-messe du cinéma mondial.

La comédienne belgo-néerlandaise, qui avait porté plainte en août 2018 contre Luc Besson pour viol, s’est en effet affichée dans une robe noire dos nu, dévoilant un tatouage entre ses omoplates : une inscription « Stop violence against women » (« Arrêtons les violences faites aux femmes ») était accompagnée de l’emblème féministe (un poing levé dans le symbole féminin).

sand van roy tatouage cannes
© Nasser Berzane / ABACAPRESS.

Sous le prétexte de l’art, ce milieu pense qu’il est au-dessus de la loi.

« Alain Delon, c’est un super acteur, peut-être même un des meilleurs acteurs de France. Mais il dit des choses qui ne passent pas », a dit la comédienne pour expliquer sa présence dans une interview vidéo accordée à Télérama. « Je viens à la cérémonie, donc quelque part je montre qu’il n’y a pas de problème avec l’artiste, mais en même temps, j’apporte quelque chose pour dire que ses propos ne passent pas », poursuit-elle en faisant référence au monstre sacré qu’est Alain Delon.

Lire aussi > Les larmes d’Alain Delon en recevant la Palme d’or d’honneur

La jeune femme a tenu à revenir sur le dossier Luc Besson, accusé au total par neuf autres femmes de gestes déplacés voire d’agressions sexuelles : « Sous le prétexte de l’art, ce milieu pense qu’il est au-dessus de la loi. Les gens, parce que c’est un réalisateur connu, pensent que ce n’est pas si grave. Parce qu’il a fait un joli film, alors ‘ça va, il ne faut pas exagérer’. Et on minimise toujours les violences sexuelles. Mais moi je ne veux pas être complice ».

Le réalisateur de Léon et du Grand Bleu a toujours nié les faits qui lui sont reprochés. L’enquête ouverte après la plainte de Sand Van Roy avait été classée sans suite (par manque d’éléments permettant de « caractériser l’infraction »), mais sa défense avait annoncé le dépôt d’une nouvelle plainte avec constitution de partie civile, afin d’obtenir la reprise des investigations par un juge d’instruction.

CIM Internet