Paris Match Belgique

Le mea culpa de Calvin Klein après le baiser mal placé de Bella Hadid

bella hadid

La dernière campagne publicitaire de Calvin Klein a particulièrement indigné la communauté LGBT. | © LOIC VENANCE / AFP

People et royauté

La marque de vêtements a été accusée par la communauté LGBTQ+ de « queerbaiting ».

 

La nouvelle campagne publicitaire de Calvin Klein révolte les internautes et suscite l’incompréhension. Mettant en scène un baiser entre son égérie, la mannequin Bella Hadid, et l’influenceuse virtuelle Lil Miquelales, la vidéo a été vivement critiquée par la communauté LGBTQ+. Créé à partir d’images de synthèse, le clip met en scène les deux femmes qui s’embrassent. Ni l’une ni l’autre ne sont pourtant connues comme figure du mouvement LGBTQ+.

Coup de marketing

La vidéo a suscité de nombreuses réactions d’internautes. Les critiques sur les réseaux sociaux ont dénoncé l’utilisation marketing du baiser entre les deux femmes. Souvent liée au fantasme masculin, cette image est régulièrement utilisée à des fins publicitaires, sans réel soutien à la cause LGBTQ+. La marque de vêtements a été accusée par la communauté LGBTQ+ de « queerbaiting » (littéralement « appât à queer »). Il s’agit d’un procédé qui vise à attirer le public LGBTQ+ vers un produit, sans pour autant défendre les droits de la communauté.

Lire aussi > Bella et Gigi Hadid : La photo qui fait polémique

Plusieurs internautes ont également interpellé la marque, lui signifiant qu’il existait de nombreuses célébrités LGBT – comme Hayley Kiyoko ou Troye Sivan, entre autres – qui auraient pu être utilisés pour sa campagne publicitaire. « La meilleure façon de représenter les queers est de montrer un baiser entre deux personnes queer, et non d’utiliser des effets spéciaux. On est plusieurs à être disponibles, on vous le garantit », a écrit un internaute en commentaire du post Instagram de la vidéo.

Traduction : Bizarre. Cela aurait pu être épique, si seulement ils l’avaient diffusé deux semaines plus tard, pour le mois de la Fierté et s’ils avaient utilisé quelqu’un comme Cara Delevingne ou Ruby Rose, ou n’importe qui représentant les personnes LGBT.

Traduction : Ce n’est tout de même pas difficile de comprendre que si vous voulez représenter la communauté LGBTQ+, vous devez faire appel à des acteurs LGBTQ+, et non pas une femme hétérosexuelle et une influenceuse virtuelle fictive.

calvin klein bella hadid
Capture d’écran / Instagram © Calvin Klein

Mea culpa

Jusqu’ici, la mannequin de 22 ans n’a pas commenté la polémique. La marque américaine s’est quant à elle excusée via un communiqué. « Cette campagne a été créée pour challenger les normes conventionnelles et autres stéréotypes dans la publicité », explique Calvin Klein. « Nous reconnaissons que mettre en scène une personne qui s’identifie en tant qu’hétérosexuelle dans un baiser avec une personne du même sexe peut être perçu comme du ‘queerbaiting’. Notre entreprise est depuis longtemps engagée dans la défense des droits LGTBQ+. Ce n’était certainement pas notre intention de mal représenter la communauté LGTBQ+. Nous regrettons sincèrement les torts que nous avons pu causer ».

 

Avec Belga

CIM Internet