Paris Match Belgique

Victime d’agressions sexuelles, Ellen DeGeneres adresse un puissant message aux survivants

ellen degeneres

Ellen DeGeneres | © Charley Gallay / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

People et royauté

Dans une émission animée par le célèbre David Letterman, Ellen DeGeneres a évoqué les agressions sexuelles par son beau-père dont elle a été victime à l’adolescence.

Elle avait pour la première fois évoqué ces agressions sexuelles en 2005, tout en se sentant obliger d’insister sur le fait que cela n’avait pas influencé son orientation sexuelle. Comme si elle avait anticipé les réactions et liens absurdes après son témoignage. En 2018, poussée par le mouvement #MeToo et les accusations de Christine Blasey Ford contre Brett Kavanaugh, elle en avait de nouveau parlé lors de son talk-show, indiquant que ces agressions s’étaient produites lorsqu’elle avait 15 ans. L’animatrice s’était alors indignée devant le besoin de la société de décrédibiliser les survivantes. « J’ai été tellement en colère de constater que certaines personnes ne croyaient pas le Dr Ford, ou qu’on lui dise ‘Pourquoi avez-vous attendu si longtemps ?’. Tout simplement parce que nous sommes des filles et que l’on nous a appris à ne rien dire et à faire avec », avait-elle déclaré à son invitée l’actrice Busy Philipps, violée à l’âge de 14 ans.

Un an plus tard, Ellen DeGeneres évoque un peu plus ces agressions sexuelles dans un épisode d’une émission du célèbre David Letterman My Next Guest Needs No Introduction, qui sera diffusé vendredi sur Netflix. L’humoriste américaine dit avoir été agressée sexuellement par son beau-père lorsqu’elle était adolescente, alors qu’on avait diagnostiqué un cancer du sein à sa mère, absente de la maison. « Il m’a dit, quand elle était partie en ville, qu’il lui avait senti une grosseur dans le sein (de sa mère, ndlr) et qu’il devait palper mes seins », raconte-t-elle selon des extraits de l’entretien diffusés par les médias américains. « Enfin il m’a convaincue qu’il devait toucher mes seins, et puis il a essayé de le faire encore une fois. Puis, encore une autre fois, il a tenté de défoncer ma porte, et j’ai cassé la fenêtre pour m’enfuir car je savais ce qui allait arriver », a poursuivi la comédienne de 61 ans.

Lire aussi > Comment l’éducation sexuelle prévient les viols

Ellen DeGeneres a expliqué n’avoir pas parlé de ces agressions à l’époque pour « protéger » sa mère : « J’aurais dû me protéger moi, j’ai attendu quelques années avant de lui dire. Et quand je le lui ai dit, elle ne m’a pas crue et elle est restée avec lui pendant encore 18 ans. » Selon elle, sa mère a fini par quitter son beau-père, aujourd’hui décédé, parce qu’il avait trop souvent changé sa version des faits sur ces agressions. « C’est une histoire vraiment horrible, confie à David Letterman l’animatrice. Et la seule raison pour laquelle j’en parle si précisément c’est parce que je ne veux pas que d’autres filles laissent quelqu’un leur faire ça. »

Sortir du silence

Avec ce témoignage, Ellen DeGeneres espère ainsi inciter les autres victimes à sortir de leur silence. « Nous [les femmes] ne pensons tout simplement pas que nous valons la peine, ou nous avons peur de parler et nous avons peur de dire non », dit-elle, avant de poursuivre : « C’est la seule raison pour laquelle je pense qu’il est important d’en parler, car il y a tellement de jeunes filles et peu importe votre âge. Quand je vois des gens s’exprimer, surtout maintenant, ça m’énerve quand les victimes ne sont pas prises au sérieux, parce que nous n’inventons rien. Et j’aime les hommes, mais il y a tellement d’hommes qui s’en sortent. » Et de lancer : « Il est temps pour nous d’avoir une voix, il est temps d’avoir le pouvoir. »

Avec Belga

CIM Internet