« J’ai l’impression d’être violée » : Le coup de gueule de Madonna contre le New York Times

« J’ai l’impression d’être violée » : Le coup de gueule de Madonna contre le New York Times

madonna

Madonna, le 20 août 2018. | © ANGELA WEISS / AFP

People et royauté

La star américaine Madonna n’a pas apprécié le portrait que lui a consacré le New York Times, et elle l’a fait savoir sur Instagram.

« Dire que je suis déçue par l’article serait un euphémisme », a écrit Madonna sur Instagram, sous les images signées JR. La star américaine a voulu exprimer son mécontentement face au portrait d’elle dans le quotidien The New York Times. « Il semble que l’on ne puisse réparer la société et son besoin interminable de rabaisser, dénigrer et avilir ce qu’elle sait être positif. En particulier les femmes fortes et indépendantes. », ajoute l’artiste qui n’a jamais caché son combat contre la société patriarcale et qui le réaffirme encore une fois par cette publication.

Lire aussi > Ce décor portugais qui a inspiré le dernier album de Madonna

Sur Instagram, elle ajoute que la journaliste qui a écrit ce portrait a passé « des heures et des jours et des mois » avec elle. « Elle a été invitée dans un monde que peu de gens ont l’occasion de voir. » « Mais elle a choisi de se focaliser sur des sujets triviaux et superficiels comme l’ethnicité de ma doublure ou le tissu de mes rideaux et des commentaires sans fin au sujet de mon âge, qui n’aurait jamais été mentionné si j’avais été un homme », a-t-elle poursuivi au sujet de ce très long portrait intitulé « Madonna at Sixty » (Madonna à 60 ans), qui aborde toute les périodes de la vie de la star.

View this post on Instagram

Madame ❌ on the cover of N.Y.T. Magazine photographed by my dear friend @jr……….Also sharing my fav photo that never made it in, along with pre-shoot chat and a celebratory glass of wine 🍷 after many hours of work! To say that I was disappointed in the article would be an understatement- It seems. You cant fix society And its endless need to diminish, Disparage or degrade that which they know is good. Especially strong independent women. The journalist who wrote this article spent days and hours and months with me and was invited into a world which many people dont get to see, but chose to focus on trivial and superficial matters such as the ethnicity of my stand in or the fabric of my curtains and never ending comments about my age which would never have been mentioned had I been a MAN! Women have a really hard time being the champions of other women even if. they are posing as intellectual feminists. Im sorry i spent 5 minutes with her. It makes me feel raped. And yes I’m allowed to use that analogy having been raped at the age of 19. Further proof that the venerable N.Y.T. Is one of the founding fathers of the Patriarchy. And I say—-DEATH TO THE PATRIARCHY woven deep into the fabric of Society. I will never stop fighting to eradicate it. 💔

A post shared by Madonna (@madonna) on

« J’ai l’impression d’être violée », a confié la chanteuse, soulignant qu’elle était « autorisée à faire cette analogie ayant été violée à 19 ans » lorsqu’elle s’est installée à New York. Il s’agit selon elle d’une « preuve supplémentaire que le vénérable NYT est l’un des pères fondateurs du patriarcat ». Avant d’ajouter : « Mort au patriarcat (en majuscules, NDLR) profondément tissé dans la trame de la société ». « Je n’arrêterai jamais de lutter pour l’éradiquer », a affirmé celle qui a fêté ses 60 ans en août 2018.

Avec Belga

Mots-clés:
Madonna new york times
CIM Internet