Paris Match Belgique

Valérie Damidot : « J’ai vraiment morflé au début quand j’ai commencé à être à l’antenne »

valérie damidot

Valérie Damidot. | © Loïc Venance / AFP

People et royauté

Aujourd’hui, Valérie Damidot est une animatrice appréciée des téléspectateurs. Mais ses débuts à la télé n’ont pas été si simples.

 

Invitée dans le « Buzz TV » de TV Magazine, jeudi 20 juin, pour promouvoir son émission « Les plus belles vacances », Valérie Damidot est revenue sur les violentes critiques dont elle a été victime au début de sa carrière. Dans la séquence, l’animateur a rappelé un passage de l’émission « C à vous » de mercredi 19 juin, dans lequel Frédéric Chau évoque une caricature de Nicolas Canteloup qui imite peu subtilement l’accent chinois. Elle-même souvent l’objet de caricatures en « petite grosse dodue en salopette », Valérie Damidot s’est exprimée à ce sujet avec son franc-parler naturel : « Moi j’ai beaucoup d’auto-dérision. Mais je comprends Frédéric dans ce qu’il dit parce que quand c est trop caricatural, ça peut blesser. Et ça peut être moins drôle si ça ne te fait pas rire, alors que c’est toi qui es caricaturé. Parce que moi il y a des trucs où l’on m’a vanné vraiment violemment et où j’ai ri parce que c’était vraiment bien fait. »

« Soit tu en ris, soit tu pars dans la dépression »

Valérie Damidot a fait ses débuts à l’écran avec son émission « D&CO » sur M6. Une nouvelle aventure qui n’a pas été facile : « J’ai vraiment morflé au début quand j’ai commencé à être à l’antenne où c’était : ‘Elle a un physique de radio‘. Ça je l’ai eu. » Si ces commentaires l’ont blessée au départ, la présentatrice préfère aujourd’hui en rire : « Moi je suis un peu blindée, j’ai 54 balais, j’en ai pris pleins la gueule. (…) Au bout d’un moment je me suis dis : ‘Les gars, on ne va pas se mentir, je suis petite et dodue. Il se trouve que je suis malade, j’ai des problèmes de thyroïde c’est la vie.’ Donc soit tu en ris, soit tu pars dans la dépression. Donc à la fin j’ai choisi d’en rire. » L’animatrice s’est tout de même réjouie de la bienveillance de ses admirateurs dans la rue : « Dans la rue, tout le temps, même encore aujourd’hui c’est : ‘Quand est-ce que tu viens maroufler chez moi ?’ Les mecs dans les camionnettes de travaux me klaxonnent, on se fait coucou avec les chauffeurs de bus… », a-t-elle avoué le sourire aux lèvres.

CIM Internet