Paris Match Belgique

Quand Michael Jackson faisait face aux accusations de pédophilie

michael jackson

« Michael Jackson s'apprête à entrer dans la salle d'audience, vendredi 3 juin, pour le dernier jour du procès. » - Paris Match n°2925, 9 juin 2005. | © Alvaro Canovas / Paris Match.

People et royauté

Il y a dix ans, Michael Jackson disparaissait. Depuis sa mort, un documentaire choc a étayé les soupçons de pédophilies, desquels le chanteur avait dû répondre devant la justice en 2005. Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers la légende de Paris Match.

 

C’est un règne long et prospère qu’aura connu le roi de la pop, mais à jamais entaché de lourds soupçons infamants. Michael Jackson est mort le 25 juin 2009 d’une surdose médicamenteuse, à l’âge de 50 ans. Dix ans plus tard, les soupçons de pédophilie qui pesaient lourdement sur lui ont été ravivés dans un documentaire choc diffusé au printemps. Dans Leaving Neverland, de la chaîne américaine HBO, deux hommes disent avoir été victimes d’abus sexuels répétés de la part de la star lorsqu’ils étaient enfants, dans sa propriété fantasmagorique du Nevada, à quelques heures de Los Angeles.

Lire aussi > Après Leaving Neverland, Manneken Pis met son costume de Michael Jackson au placard

Le chanteur, qui avait raconté dans un documentaire aimer dormir — en toute innocence selon lui — avec des petits garçons, avait déjà été accusé d’actes pédophiles avant le documentaire de HBO. En 1993, un adolescent de 13 ans avait porté plainte pour attouchements. L’affaire s’était réglée à l’amiable contre 15 millions de dollars. En 2005, Michael Jackson était passé en jugement à Santa Barbara pour des abus commis sur un autre mineur, mais avait été acquitté. Notre reporter Régis Le Sommier avait suivi le procès.

Selon la presse spécialisée, ces nouvelles accusations contre Michael Jackson ont toutefois incité de nombreuses chaînes de télévision à renoncer aux hommages qu’elles préparaient de longue date. Mais l’héritage commercial du chanteur se porte bien : t-shirts, porte-clefs et autres babioles à l’effigie de la star sont dans toutes les boutiques de Hollywood, et seul des icônes comme Elvis Presley ou Marilyn Monroe font mieux.

Voici deux reportages au procès de 2005 – le premier après quatre mois de procès, le second après le verdict – publiés dans Paris Match.


Michael Jackson sur le chemin du verdict

De notre correspondant aux États-Unis, Régis Le Sommier

Après quatre mois d’un procès tour à tour scandaleux et douloureux, le chanteur vit aujourd’hui le plus mauvais thriller de sa vie. Malgré les larmes de ses derniers fans.

Vendredi 3 juin, 10h30 du matin. Dans la salle du palais de justice de Santa Maria, l’avocat Thomas Mesereau achève deux heures de plaidoirie durant lesquelles il a brillamment défendu son client. « Avant de conclure, dit-il aux jurés, je voudrais vous montrer une vidéo de Michael Jackson tirée du documentaire de la BBC ». La salle se fige. Pourquoi la défense choisit-elle de montrer des extraits du documentaire où Jackson claironne qu’il partage son lit avec des enfants et sans lequel il ne serait sans doute pas dans cette salle aujourd’hui ? Les yeux se dressent vers un écran géant placé sur le mur du fond. Jackson immobile depuis le début de l’audience lève lui aussi la tête.

Son nez en trompette et l’os de son menton émergent d’une avalanche de mèches noires. À cet instant, il est gris blanc. S’il était allongé, on le prendrait pour un cadavre. Pendant quatre mois, de 8h30 à 14h30, du lundi au vendredi, il s’est assis à cette même place en écoutant sans dire un mot les témoignages de ses admirateurs comme ceux de ses détracteurs. Une semaine qu’il ne mange plus, ne dort plus. C’est son père qui le dit. La veille, son nutritionniste Dick Gregory l’a jugé déshydraté et lui a prescrit des médicaments. Il se plaignait de douleurs dans le dos et il avait froid aux mains. Il aurait été incapable de témoigner même si, dit-on, il a demandé à comparaître. Prudents, ses avocats ont choisi de le montrer à l’image. Le voilà condamné à se regarder parler. La scène est surréaliste. On le voit à Neverland, assis dans un canapé d’abord puis sur une couverture à même le sol. Il répond aux questions du journaliste Martin Bashir. « Il n’y a plus Mère Teresa, la Princesse Diana ou Audrey Hepburn, dit-il. Elles ne sont plus là. Il n’y a plus de voix pour les enfants ». Plus loin, il déclare « Jamais un enfant ne m’a trahi. Les adultes m’ont trahi. Ils ont trahi le monde. Le temps des enfants est venu. Il faut laisser leur innocence guider le monde ».

michael jackson
« Michael Jackson à l’heure du verdict : Le chanteur, âgé de 46 ans, quitte le palais de justice de Santa Maria, en Californie, entouré par son père, Joseph (à g.), et l’un de ses avocats, Thomas Mesereau (à dr.). Il est jugé depuis quatre mois pour abus sexuels sur un jeune garçon de 13 ans. Des actes qui auraient été commis en 2003. » – Paris Match n°2925, 9 juin 2005. © Paris Match.

Par moment Jackson s’emballe. La salle sursaute lorsqu’il revient par exemple sur cette fête à Neverland donnée en l’honneur de ses singes. Il se souvient de la liste des invités, Benji, Lassie, Cheeta. Les gens se regardent. On avait cru un moment qu’il s’agissait d’êtres humains. Le journaliste l’interroge sur Peter Pan. Pourquoi une telle fascination ? « Peter Pan, c’est la jeunesse, le fait de ne pas grandir, la magie, voler ». Il parle alors de cette jeunesse qu’on lui a volée et qu’il veut garantir à tous les enfants quitte à y laisser sa fortune. Il dit encore qu’il aime les mannequins qu’il a chez lui par dizaines car il peut leur parler sans provoquer l’hystérie. Il ne supporte plus qu’on le reconnaisse, qu’on traque ses moindres faits et gestes. Il est touchant par moment, inquiétant à d’autres. Il raconte qu’il médite dans les arbres, que les plantes réagissent à sa musique, qu’elles ont des émotions et qu’il aime particulièrement les trains. « Le bruit qu’ils font lorsqu’ils partent dans le lointain est magique ».

En montrant ce film, la défense espérait révéler la pureté de son amour des enfants. Dans leur box, certains jurés piquent du nez. On les sent tendus. La voix mielleuse de Jackson parait insoutenable à certains. Il faut dire que Jackson débite ses extravagances devant un jury composé entre autres d’une ex-femme de policier, de la groupie d’un animateur de Fox News, d’une caissière dont les trois enfants habitent au Texas, d’un fan de course automobile, d’une retraitée de 79 ans ou d’une ancienne militaire qui a quatre enfants.

Des jurés, un seul est allé à Neverland quand il était adolescent. Il est handicapé et sa présence rappelle qu’en dépit de tout ce dont on l’accuse, Michael Jackson a fait un bien fou à des centaines d’enfants atteints de maladies. Cet homme est sans doute un des rares à comprendre l’univers de Jackson. Les autres viennent tous de Santa Maria, ville conservatrice, ou des environs. Pour eux, l’idée qu’un homme de 45 ans invite des petits garçons dans son lit en expliquant que « la plus belle preuve d’amour est de partager son lit avec quelqu’un » est avant toute chose insupportable. Tous savent que Jackson n’en est pas à son coup d’essai. Ronald Zonen, l’avocat de l’accusation n’a pas manqué de leur rappeler, photos à l’appui, que trois autres jeunes garçons ont raconté la même histoire que Galvin Arvizo, celui qui l’accuse aujourd’hui.

michael jackson
Les fans de Michael Jackson devant sa voiture, lors de son procès en juin 2005. © Alvaros Canovas / Paris Match.

Quand vient le tour de l’accusation, Ronald Zonen enfonce Jackson un peu plus. « Si vous appreniez que dans votre voisinage, il y a un homme d’âge mûr qui couche avec des gosses de 12 ans, vous appelleriez la police dans la seconde ». Le coup de grâce est donné sous la forme d’une nouvelle vidéo. On y découvre Galvin Arvizo, 13 ans au moment des faits, 15 aujourd’hui. Il est assis sur une chaise. Il porte une chemise verte, un short bleu et des chaussettes blanches. Un policier l’interroge. La vidéo date de 2003. Galvin a du mal à parler. « Que t’as dit Michael Jackson ? » Silence. « Tu peux parler, tu sais, n’aie aucune crainte ». Silence. « Vas-y. N’ais pas peur. Tu es en sécurité ici ». Silence. Enfin un murmure, une plainte. On n’entend rien. Le policier le fait répéter. « Quoi ? Que dis-tu ? » « Michael m’a dit que les garçons devaient se masturber, sinon on devient fou, ou quelque chose comme ça ». Galvin renifle puis poursuit avec peine. « Il m’a dit qu’il voulait me montrer comment on se masturbe ». « Et ensuite, qu’a-t-il fait ? » « Il m’a pris le sexe ». « Où étiez-vous ? » « Nous étions allongés dans son lit. Il m’a mis les mains dans le pantalon et a commencé à me masturber. Je disais que je voulais qu’il arrête mais il a continué. Il disait que c’était ok, c’était naturel ». Écran noir. Le procureur conclut. Fin du procès. Place aux recommandations du juge Rodney Melville, puis les jurés, visages fermés, quittent un à un la salle pour rentrer en délibération dans un silence pesant.

À l’autre bout du tribunal, Michael Jackson fait sa sortie sous les flashs des photographes. Comme chaque après-midi depuis quatre mois, protégé par un parapluie noir, il s’engouffre dans une Cadillac Escapade noire, direction Neverland. Toute la famille Jackson est à ses côtés, en particulier son père Joe, sa mère Katherine, ses sœurs Rebbie, Latoya, Janet et ses frères dont Jermaine. Le cortège file à toute allure à travers la campagne. Aux intersections, ses fans le saluent. Sandrine, une française de 21 ans l’attend à la porte de Neverland avec la pancarte qu’elle a confectionnée avec sa sœur et sur laquelle on lit « Michael, la France lutte à tes côtés ». Elle n’a pas hésité à emménager dans la région pour la durée du procès. Quand le cortège apparaît, les fans courent vers les voitures en hurlant « Michael, on t’aime ».

Michael Jackson
«Jeudi 2 juin, vers 16 heures, Michael Jackson rentre à Neverland (4 x 4 du milieu). Il entrouvre la portière pour adresser un signe à ses fans. Ils sont au moins 200 tous les jours à le soutenir.» – Paris Match n°2925, 9 juin 2005. © Alvaros Canovas / Paris Match.

Une barrière en bois, des 4 x 4 aux vitres fumées, une armée de gardes du corps et des fans imperméables au doute : ce sont ses derniers remparts. Mais ils ne protègent Michael Jackson que de l’indiscrétion ou de l’agression. C’est dans son ranch de Neverland que le chanteur s’est réfugié, au terme du procès en attendant que la justice décide de son sort. Accusé d’abus sexuels sur un jeune garçon âgé de 13 ans, en 2003, l’énigmatique interprète de «Thriller » qui se métamorphosait en mort-vivant dans son clip vidéo, risque vingt ans de prison. Pendant trois mois et demi d’audience, 130 témoins ont défilé à la barre. L’accusation n’a pas hésité à le traiter de « prédateur sexuel » et la défense s’est efforcée de démontrer une escroquerie de la partie adverse. Depuis vendredi dernier, l’avenir de l’une des plus grandes popstars planétaires est entre les mains de douze jurés. Huit hommes et quatre femmes, tout simplement.

Ni noir ni blanc, ni homme ni femme, ni adulte ni enfant, il est une transgression à la norme américaine qui ne tolère pas l’ambiguïté.

Certains pleurent, d’autres prient. Aujourd’hui, il ne s’arrêtera pas. Il fera juste au passage un signe de la main à travers la fenêtre entrouverte. Les grilles se referment sur Neverland et les fans restent à la porte. Comme il semble loin le temps où l’endroit résonnait des cris de joie des enfants. A l’intérieur, Peter Pan et le génie d’Aladin se morfondent dans la solitude de leurs statues de bronze au sourire éternel. On a arrêté de projeter Bambi sur les cinq écrans télé incrustés dans le mur extérieur de la salle de jeux. Le parc d’attractions est livré aux merles et aux cigales. Les trois enfants de Michael Jackson viennent encore y jouer parfois. Pour eux, on fait tourner les manèges. Il faut garder les apparences. La famille Jackson fait tout pour que les enfants vivent dans l’ignorance absolue du procès. On leur raconte des histoires. « Ils n’ont pas accès à la télé, seulement à des vidéos » explique Joe Jackson, le père de Michael. « La nounou s’occupe d’eux quand Michael va au tribunal et au retour il ne laisse rien transparaître. Il a toujours assez d’énergie pour ses enfants et ça, c’est extraordinaire » ajoute-t-il. Pourtant les enfants ont fini par trouver curieux de ne plus voir d’autres enfants débarquer comme avant du petit train qui relie le parking au parc d’attraction. Peut-être est-ce pour cela, pour faire comme avant, qu’un après-midi d’avril à l’issue du procès, Michael a décidé d’ouvrir à ses fans les portes de Neverland. Les allées étaient jonchées de fleurs jaunes et violettes. De la musique classique s’échappait d’enceintes placées en haut des chênes.

« Bonjour, je suis Michael Jackson. Merci beaucoup [d’être là], bienvenu chez moi » disait la star à chaque invité sur le parvis de sa maison, une sorte de grand manoir normand. Autour de lui, il avait réuni ses trois enfants, Paris, 7 ans, en jupe bleu très stricte, Prince Michael, 8 ans, cheveux gominés et costume Prince de Galles et le petit dernier Prince Michael II, 2 ans. Aucun ne parlait, ils se contentaient de lever la main dès que leur père faisait de même. Une fois à l’intérieur de la maison, Jackson a montré sa peinture préférée qu’il appelle « le compteur » et où on le voit entouré d’une nuée d’enfants de toutes les couleurs, un livre ouvert à la main d’où s’échappe la fée Clochette de Peter Pan. Les fans ont ensuite été poussés de l’autre côté de la maison, vers la piscine et la salle de jeux. Pendant la visite, personne ne sera autorisé à monter à l’étage. Jackson aurait bien voulu leur montrer la plus délirante de toutes ses peintures, une reconstitution de « La Cène » où il trône tel le Christ entouré de ses disciples Abraham Lincoln, John Kennedy, Thomas Edison, Albert Einstein, Walt Disney, Charlie Chaplin, Elvis Presley et Little Richard. Mais elle est accrochée dans la chambre au dessus du lit où Galvin Arvizo prétend qu’il a abusé de lui. Après deux heures de promenades et de jeux sous la discrète surveillance d’un service de sécurité composé d’anciens commandos, tout le monde a regagné la sortie. Dans les haut-parleurs, on jouait un enregistrement de la Sonate du Clair de Lune de Beethoven entrecoupé de rires d’enfants.

Dans une interview au magazine Rolling Stone datée d’avril 1993, Mary Lisa Presley rapportait une conversation qu’elle avait eue avec Michael « J’ai toujours pensé que les gens arrêteraient de te prendre pour un dingue si tu leur montrais vraiment qui tu es. Si tu leur disais que tu bois, tu sais être grossier, drôle, un peu langue de pute même, et que tu n’as pas tout le temps cette petite voix haut perchée. Je ne comprends pas pourquoi tu t’imagines que tu peux continuer comme ça parce que ça ne marche plus, Michael ». Mary Lisa Presley avait de bonnes raisons de faire passer Jackson autre chose qu’un extra-terrestre. Ils étaient mariés. Mais ses paroles jettent aujourd’hui un trouble.

michael jackson
« Durant les délibérations du jury, les mesures de sécurité – policiers antiémeute, chiens renifleurs de bombes – ont été encore renforcées autour du petit palais de justice de Santa Maria, en Californie, devant lequel les fans continuent de manifester. » – Paris Match n°2925, 9 juin 2005. © Alvaros Canovas / Paris Match.

Si Jackson n’est ni aussi fou, ni aussi extravagant qu’on le dit, alors il est possible après tout qu’il soit ce pervers rusé croqué par l’accusation, qui profite de sa fortune et de sa célébrité pour attirer les enfants dans sa forteresse de Neverland et abuser d’eux. Tout ça n’est qu’affaire d’impression car dans ce procès, il n’y avait aucune vraie preuve contre Jackson, juste des soupçons. Il y a bien eu des témoignages poignants mais aucun, en dehors de celui de Galvin Arvizo, ne concernait directement les soi-disant scènes d’abus sexuels. On a parlé d’alcool donné aux enfants, des magazines érotiques, des revues avec des petits garçons nus à l’intérieur. L’alcool, c’est vrai, coulait à flot à Neverland mais à par ça, rien d’illégal. Dès le début pourtant, le procureur Zonen avait compris qu’il y avait deux Amériques dans la salle et il a flairé très vite dans laquelle se situait le jury. D’un côté l’Amérique de Thomas Mesereau, chevelure argenté, éloquent, charismatique, riche. L’avocat s’est fait une fortune avec des clients comme Mike Tyson.

Il est aussi connu pour passer deux mois par an à se battre pour faire sortir des condamnés des couloirs de la mort sans recevoir un dollar en échange. Il ne va nulle part sans sa ravissante collaboratrice d’origine asiatique Susan Yu. De l’autre, l’Amérique de l’accusation, rien que des hommes, tous blancs, la cinquantaine, cheveux courts et costumes sombres avec à leur tête le procureur Tom Sneddon et son allure de shérif intraitable. Michael Jackson n’appartient à aucune de ces deux Amériques. Au-delà de la question de sa culpabilité ou de son innocence, c’est son problème principal. Ni noir ni blanc, ni homme ni femme, ni adulte ni enfant, son personnage est une transgression permanente d’une norme américaine qui, malheur à lui, ne tolère pas l’ambiguïté. Il ne fait même pas partie d’une minorité comme OJ Simpson dont les avocats surent jouer de la discrimination raciale pour obtenir l’acquittement. Il est seul, unique, inclassable.

Si la première Amérique était peut être prête à lui accorder le bénéfice du doute, la seconde voulait sa peau. Son malheur, c’est que le jury en faisait partie. Comme disait un expert judiciaire après avoir regardé la vidéo présentée par la défense « Nous ne sommes pas à San Francisco dans les années 70. Certains jurés ne supportent pas de tels propos ». Au début du procès, Alan Dershowitz écrivait en une du Wall Street Journal « les jurés seront appelés à faire la distinction entre amour et luxure, entre câlins innocent et caresses suggestives, entre désir de partager et intention de profiter ». Pour beaucoup d’américains, ces questions sont insupportables. En achetant Neverland en 1980, Jackson pensait qu’il y vivrait à l’abri dans le monde de Peter Pan. Coupable ou innocent, il a eu le tord d’ignorer que son voisinage et son époque auraient un jour à le juger.

Michael Jackson, avec sa mère Katherine, lors de son procès en juin 2005.
Michael Jackson, avec sa mère Katherine, lors de son procès en juin 2005. © Alvaros Canovas / Paris Match.

Michael Jackson
Michael Jackson, avec son père Joe, lors de son procès en juin 2005. © Alvaros Canovas / Paris Match.

Michael Jackson, not guilty

De notre correspondant aux États-Unis, Régis Le Sommier

Les jurés se sont gardés de juger le mode de vie de Bambi en fonction du leur. 

Il est arrivé en retard, vingt minutes après l’heure que le jury avait fixée pour l’annonce du verdict. Costume et cravate noirs, brassard noir et rouge, Michael Jackson portait, comme souvent, des lunettes de soleil trop grandes pour son visage. Thomas Mesereau, son avocat, l’attendait à l’entrée du tribunal et semblait confiant. À ce moment précis, il était bien le seul à risquer une sorte de sourire avant l’annonce du verdict. En descendant de sa voiture, Michael Jackson avait l’air d’un mourant. La peur se lisait sur les visages du clan Jackson qui l’accompagnait. N’avait-on pas dit que plus le jury mettrait de temps à délibérer, plus minces seraient les chances de Michael Jackson de sortir du tribunal en homme libre ? Les délibérations avaient duré six longues journées. Ça voulait dire quelque chose. Les fans étaient moins nombreux, à l’extérieur du palais de justice, que les autres jours. Beaucoup avaient choisi de rester cloîtrés dans les motels des alentours, refusant de voir leur idole à terre. Quand Michael est apparu, sous son parapluie noir, on a hurlé son nom, clamé son innocence.

Par-dessus les pancartes, un drapeau tricolore français et un autre espagnol se promenaient comme pour rappeler que la star est aujourd’hui plus populaire dans le monde que dans son propre pays. Puis il est entré dans la salle et, tout d’un coup, à l’intérieur comme à l’extérieur, ce fut un silence vertigineux jusqu’à l’annonce du verdict. « Non coupable ». En entendant ces premiers mots, Katherine, sa mère, fond en larmes. Dans la salle, le clan, Jackson écoute, incrédule comme la majorité des journalistes présents, le jury prononcer douze fois « non coupable ». À l’extérieur, à chaque « non coupable », on libère une colombe.

« Nous avons fait ce que le juge nous a indiqué de faire, explique un des jurés lors d’une conférence de presse à l’issue du verdict. Il nous a dit de nous prononcer sur le cas du jeune accusateur et pas au-delà. » « Tout au long, nous avons parlé, nous nous sommes affrontés sur certains points », dit un autre juré, racontant comment ils ont méticuleusement parcouru des centaines de pages, fruit de cent trente heures de témoignages. « Des voleurs, des menteurs, des comédiens. » C’est par ces termes très durs pour la famille de l’accusateur de Jackson que Thomas Mesereau avait conclu sa plaidoirie. Par ses mots, Mesereau visait surtout la mère du garçon. Il avait vu juste. Il faut dire que beaucoup n’avaient pas apprécié la façon dont cette femme avait comparu. « Elle m’a fait un clin d’œil, dit un juré. Elle a claqué des doigts pour attirer mon attention. Dans notre culture, ce ne sont pas des choses qui se font. » « On ne claque pas des doigts devant moi, Madame », avait renchéri avec rage une grand-mère, membre du jury. Les mères de famille présentes dans le jury ont, sans surprise, trouvé choquant d’entendre que Michael Jackson partage son lit avec des enfants. Mais elles ont jugé plus grave qu’une mère livre son fils à un adulte. « Comment cette femme a-t-elle permis à son fils de dormir avec un type comme lui ? ». S’exclame l’une d’elle, révélant par là la piètre opinion qu’elle a du chanteur qu’elle vient d’acquitter. Peu importe, cette jurée, comme les autres, n’avait pas à le condamner au nom d’une opinion. Il fallait des faits, des preuves et, dans cette affaire, hors la parole de l’enfant, il n’y en avait pas. Les jurés se sont gardés de juger le mode de vie de Jackson en fonction du leur, ni d’imaginer que ses excès, ses bizarreries ou ses excentricités aient pu l’amener à commettre pareil crime. L’acquittement ne veut pas dire qu’ils pensent que Michael Jackson est innocent. Il veut dire que l’accusation n’est pas parvenue à les convaincre de sa culpabilité. « Innocent jusqu’à preuve de la culpabilité », la devise de la justice américaine n’a jamais été aussi bien servie que dans le procès de Michael Jackson. L’Amérique l’accablait dans ses médias et dans son conservatisme, elle le sauve magistralement dans sa justice.

Michael Jackson
Les fans de Michael Jackson, lors de son procès en juin 2005. © Alvaros Canovas / Paris Match.

Dans ce procès, on a longuement rappelé que la mère de l’enfant avait harcelé d’autres stars, exigeant de l’argent en les apitoyant sur le cancer de son fils. Elle avait aussi gagné un procès contre le service de sécurité des magasins J.C. Penney, en arguant d’une agression fictive. Les jurés avaient à évaluer la crédibilité de cette famille. Ils l’ont trouvée bien mince. « Cette mère a dressé ses enfants à mentir », a répété Thomas Mesereau. Un point capital avancé par la défense et que les jurés ont suivi. Curieusement, alors que tout le monde ou presque était persuadé du contraire, l’immense célébrité de Michael Jackson a joué en sa faveur. Sa fortune l’a fait apparaître aux jurés comme une proie facile aux yeux d’une femme prête, pour s’en emparer, à utiliser son propre fils pour accuser Michael Jackson d’un crime odieux, celui de pédophilie.

Michael Jackson est sorti du tribunal de Santa Maria en homme libre. Mais quatre mois de procès l’auront profondément affecté. Son état de santé s’est dégradé. Il est médicalisé et se déplace avec difficulté car il souffre d’un mal de dos persistant. Par moment, ses gardes du corps doivent l’aider à marcher. Au début du procès, on l’avait vu grimper d’un geste souple sur sa voiture et danser devant ses fans en délire. En sortant après le verdict, il a juste adressé un baiser de la main à ses fans avant de rentrer tête baissée dans sa voiture. Il aurait été incapable de monter sur le toit. En quittant Neverland pour entendre le verdict, Michael Jackson s’était dit que, peut-être, il ne remettrait jamais les pieds dans son royaume enchanté. Le voici libre d’y retourner, libre d’y vivre, mais cruellement endetté : 270 millions de dollars de dettes, une carrière en lambeaux, des frais d’avocats qui promettent d’être colossaux. Mais lavé de tout soupçon.

Michael Jackson, lors de son procès en juin 2005.
Michael Jackson, lors de son procès en juin 2005. © Alvaro Canovas / Paris Match.
CIM Internet