Paris Match Belgique

Quand Michelle Obama donne des conseils sur la maternité à Meghan Markle

michelle obama

Michelle Obama, en décembre 2018. | © Ben STANSALL / AFP

People et royauté

Lundi, le magazine Vogue UK a dévoilé une interview de Michelle Obama, réalisée par Meghan Markle elle-même.

Le célèbre magazine Vogue met à l’honneur la duchesse de Sussex, Meghan Markle, dans son édition britannique du mois de septembre 2019. L’occasion pour elle, non pas de se mettre en avant, mais de mettre en lumière les femmes qui l’inspirent. Lundi 29 juillet, le magazine a dévoilé l’une des premières interviews de l’épouse du prince Harry… avec Michelle Obama. Maternité, éducation, conseils : l’ex-First Lady se livre avec sincérité et naturel à la duchesse, qui a donné naissance à son premier enfant, un petit Archie, le 6 mai dernier.

Lire aussi > Aux manettes de Vogue UK, Meghan Markle met à l’honneur les femmes qui l’inspirent

« Devenir maman a été une leçon de lâcher prise. Malgré nos efforts, nous ne pouvons pas tout contrôler », a débuté Michelle Obama lors de son entrevue. Maman de deux filles, Malia (21 ans) et Sasha (18 ans) avec son époux Barack, elle explique : « En tant que mères, nous ne voulons simplement pas que quelque chose ou quelqu’un ne blesse nos bébés. Mais la vie a d’autres projets. Les genoux meurtris, les routes chaotiques et les cœurs brisés font partie du contrat. Ce qui m’a émue et réconfortée, c’est de voir la résilience de mes filles. D’une certaine façon, Malia et Sasha ne pouvaient pas être plus différentes. On parle librement et souvent. L’une partage ses sentiments les plus profonds, l’autre se contente de vous laisser comprendre. Aucune de ces approches n’est meilleure ou pire, car elles sont devenues des jeunes femmes intelligentes, compatissantes et indépendantes, parfaitement capables de se frayer un chemin. »

La maternité m’a aussi appris que mon travail ne consiste pas à leur tracer une voie.

Toujours sur le sujet de la maternité, Michelle Obama poursuit : « La maternité m’a appris que, la plupart du temps, mon travail consiste à leur donner l’espace nécessaire pour explorer et développer les personnes qu’elles souhaitent devenir. Pas ce que je veux qu’elles soient ou qui je voudrais être à cet âge, mais qui elles sont, au plus profond d’elles. La maternité m’a aussi appris que mon travail ne consiste pas à leur tracer une voie dans le but d’éliminer toutes les épreuves possibles. Mais au lieu de cela, je dois être un endroit sûr et cohérent pour qu’elles puissent se consoler en cas d’échec et leur montrer, encore et encore, comment se relever par elles-mêmes. »

Lire aussi > Meghan Markle célèbre la fête des mères avec un joli clin d’œil pour Diana

Dans la suite de son interview, Meghan Markle lui demande quels conseils a-t-elle donné à ses filles. Elle répond : « Ne cochez pas que les cases que vous pensez devoir cocher, comme je le faisais quand j’avais leur âge. Je leur dis que j’espère qu’elles continueront à tenter de nouvelles expériences jusqu’à ce qu’elles trouvent ce qui leur convient (…) En tant que jeune femme, j’ai passé trop de temps à craindre de ne pas réussir assez ou de m’éloigner trop de ce que je pensais être le chemin prescrit. J’espère que mes filles se rendront compte un peu plus tôt qu’il n’y a pas de chemin prescrit, qu’il est acceptable de dévier, et que la confiance dont ils ont besoin viendra avec le temps. »

Si Michelle Obama avait eu un garçon…

Aurait-elle donné les mêmes conseils si elle avait eu un garçon ? Elle explique : « Ce serait exactement pareil. Mes parents, et particulièrement mon père, ont appris très tôt à mon frère et à moi-même à traiter les garçons et les filles de la même manière. Quand j’étais encore à l’école primaire, mon père a acheté une paire de gants de boxe à mon frère. Mais quand il est rentré du magasin, il ne portait pas une mais deux paires de gants. Il n’allait pas apprendre à son fils à frapper sans s’assurer que sa fille puisse aussi lancer un crochet gauche. J’étais un peu plus jeune et un peu plus petite que mon frère, mais je l’ai suivi. Je pouvais éviter un coup comme il le pouvait, et je pouvais frapper aussi fort que lui. Mon père a vu ça. Je pense qu’il voulait s’assurer que mon frère le voyait aussi ». Elle conclut avec beaucoup de tendresse : « Je suis ravie que vous et Harry puissiez expérimenter cela, Meghan. Savourez ces moments. »

CIM Internet