Paris Match Belgique

Diam’s et sa conversion à l’islam : « Au début, c’était difficile à expliquer »

Diam's en 2010. | © XAVIER LEOTY / AFP

People et royauté

Lors d’un rare entretien filmé pour le quotidien anglophone «Arab News», Diam’s est revenue sur sa conversion à l’islam et sur son choix de quitter le showbiz pour se consacrer à la foi musulmane et à sa vie de famille.

Diam’s, ou plutôt Mélanie Georgiades, donne de ses nouvelles. Extrêmement rare dans les médias, l’ex-rappeuse de 39 ans s’est confiée le 8 août auprès d’Arab News, un quotidien anglophone basé en Arabie saoudite, où elle vivrait depuis quelque temps. Lors d’un entretien filmé où elle apparaît voilée, elle est ainsi revenue sur son parcours, son ancienne carrière (son dernier album, SOS, est paru il y a déjà dix ans) et sur sa conversion à l’islam.

Lire aussi > Diam’s sort du silence pour remercier des jeunes qui ont sauvé ses proches des flammes

Celle qui est la maman comblée de deux enfants, une fille et un garçon, a d’abord admis qu’elle assumerait toujours son ancienne facette. « Je ne dirai jamais que ce n’était pas moi. C’était bien moi. Mais maintenant, je suis différente », a-t-elle glissé avec un sourire. Avant d’évoquer le fameux jour où ses fans avaient appris qu’elle avait tout abandonné pour se convertir à l’islam. C’était en 2008. « Cela a été un gros choc pour les Français. Ils me voyaient comme une chanteuse, puis un jour les paparazzi me prennent en photo à la sortie de la mosquée. Les gens se sont demandé comment c’était possible, que cette femme soit avec le voile… C’était impossible pour eux. Et au début je n’en ai pas parlé aux médias, parce que je ne savais pas quoi dire, parce qu’il s’agissait de ma foi. Et c’était très difficile à expliquer », a-t-elle confié.

L’argent, le succès, le pouvoir… tout ça ne me rendait pas heureuse.

Mélanie Georgiades a également expliqué à quel point la célébrité l’avait consumée. « Un jour, j’ai compris que tout ce que j’avais, l’argent, le succès, le pouvoir, ne me rendait pas heureuse. Je me suis mise à chercher le bonheur, j’étais très, très triste. Et je me sentais seule. Je réfléchissais à la raison de ma présence sur terre. Je savais que ce n’était pas pour être riche ou célèbre, puisque toutes ces choses ne me rendaient pas heureuse. Alors j’ai commencé à chercher des réponses à mes questions. Avant l’islam, je croyais à un seul Dieu. J’étais chrétienne dans mon coeur, mais je ne savais pas exactement ce que j’étais. J’étais triste. Et je n’avais pas réalisé que je devais parler à Dieu. Et maintenant, quand il se passe des choses dans ma vie, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, je sais que j’ai Allah qui m’écoute », a-t-elle conclu.

CIM Internet