Paris Match Belgique

Denis Brogniart, l’aventurier au cœur tendre

Denis Brogniart et sa femme Hortense. | © Baptiste Giroudon / Paris Match

People et royauté

L’animateur vient de fêter ses vingt ans à TF1. Pour « Koh-Lanta », il va au bout du monde. Mais Hortense, sa femme, reste sa boussole.

D’après un article Paris Match France d’Emilie Cabot.

« Vous ne me connaissez pas. Je suis un psychopathe de la ponctualité. » Il est 6 h 50. Denis Brogniart, 1,93 mètre, droit comme un i, pointe sa montre et nous rappelle nos vingt minutes de retard. Sa voix, familière, adoucit la grogne. On ne sait pas s’il bluffe ou s’il est réellement contrarié. Un peu des deux, sûrement. La star de TF1 a passé une partie de ses vacances à Ciboure, au Pays basque. Mais les estivants n’ont pas dû croiser souvent l’animateur sur le sable fin. S’il accepte d’aller à la plage, c’est uniquement pour une séance photo avec sa femme, Hortense. « Bouquiner sur un transat toute une journée » n’est pas dans ses cordes. L’homme a la bougeotte depuis tout petit. Le sport, il ne se contente pas de le commenter. Course à pied, randonnée, natation et vélo – avec son ami Bixente Lizarazu, habitant de Ciboure – rythment ses journées.

Avec son fils Dimitri, 19 ans, sur une route d’Ascain. © Baptiste Giroudon / Paris Match

Avec lui, le défi se vit au quotidien. « Nous avons gravi la Rhune, avec Hortense. Les panneaux indiquaient deux heures et demie de marche, nous avons mis une heure et vingt-cinq minutes », raconte-t-il, un poil fier. Ce rythme, Denis l’hyperactif « le tempère et essaye de ne pas trop l’infliger » à sa famille. Il est capable de rouler seul le matin, mais fixe la limite des grasses matinées des enfants à 10 h 30. « Et encore, s’amuse-t-il, je fais un effort ! »

Ensemble, Denis et Hortense ont fait l’ascension du mont Blanc en 2013

Chez les Brogniart, les vacances se vivent en famille, parfois sous forme de road trip. Le couple a un temps possédé une maison sur l’île de Beauté, vendue depuis : « Le problème en Corse, c’est qu’il y a tous les gens de la télé. » Avec deux « Koh-Lanta » par an, l’animateur passe quatre mois loin des siens. Cinq, au total, quand on ajoute les déplacements liés à « Automoto ». D’où l’importance de profiter du nid. Si ses enfants ne viennent plus à « Koh-Lanta » depuis que l’émission se déroule aux Fidji, son épouse continue à le rejoindre. C’est d’ailleurs pendant un tournage que leur histoire d’amour a commencé. Ils se rencontrent dans les couloirs de LCI, discutent voyages. Denis propose alors à Hortense, qui est journaliste, de venir sur l’émission d’aventure. Leur idylle, un temps secrète, est née au cours de l’édition 2003. Mariés en 2007 par le père d’Hortense, maire d’une petite commune des Yvelines, ils ont trois filles : les jumelles, Violette et Lili, 14 ans, et Blanche, 12 ans. Le fils de Denis, Dimitri, né en 2000 d’une précédente union, complète la tribu.

Lire aussi > Denis Brogniart : « L’édition 2019 de Koh-Lanta est un grand cru »

Denis et Hortense adorent se taquiner, à coups de vannes bien placées. Et s’ils prennent ensemble leur petit déjeuner au lit, ils sont au bord du divorce quand il s’agit de bricoler. Leur ascension du mont Blanc en juin 2013, rêve d’enfant de Denis, raconte bien leurs liens : « C’est un des moments incroyables de ma vie, se souvient l’animateur, parce que j’étais avec Hortense. Je voulais partager ça avec elle. Hortense était persuadée de ne pas avoir le niveau ; moi, du contraire. Elle s’est dépouillée. » Comprendre, pour ceux qui ne maîtrisent pas le vocabulaire du sport : « Elle a tout donné ! » Ils ont décidé de prendre deux guides pour que l’un puisse continuer si l’autre échouait à monter. « Je pense que je n’aurais pas abandonné Hortense. Par contre, si j’avais été mal, ça m’aurait vraiment embêté qu’elle arrête. »

Hortense et Denis Brogniart, le 9 août à Ciboure. © Baptiste Giroudon / Paris Match
Aujourd’hui, à 42 ans, Hortense n’est plus journaliste. Il y a sept ans, elle s’est mise à la taxidermie. Rien de surprenant pour cette amoureuse de la nature et des animaux qui, enfant, adorait aller avec sa mère chez Deyrolle, le temple des animaux empaillés, dans le VIIe arrondissement de Paris. Mais elle s’est imposé une ligne de conduite : pas d’animaux issus de la chasse, ni de chats et de chiens. Denis apprécie mais ne veut « pas trop d’animaux à la maison ». Depuis un an, Hortense, férue de déco, s’est aussi lancée avec une amie dans la confection de tentures.

Petit déjeuner chez un ami et voisin. En arrière-plan, une tenture Les Maturins, confectionnée par Hortense. © Baptiste Giroudon / Paris Match

Hortense est discrète. C’est d’ailleurs un principe que le couple applique dans l’éducation des enfants. « Je leur ai toujours dit que ma vie n’était pas la leur, mon exposition non plus, et qu’ils ne devaient en “utiliser” que les points positifs. Ils ne sont pas les enfants de Denis Brogniart, ils ont leur propre personnalité », explique ce natif de Bourgogne.

Sa notoriété a commencé dès ses premières apparitions à «Koh-Lanta », en 2002. Il rit de son look d’alors : « J’étais mince et je pensais qu’il fallait que je mette du XXL pour donner l’impression d’être costaud. » Il n’oubliera jamais la fois où on lui a dit : « C’est bon, c’est toi à la présentation. » La terrible année 2013, avec le décès du candidat Gérald Babin, suivi du suicide de l’urgentiste Thierry Costa, est « le moment le plus compliqué de [sa] carrière » : « Il se passe rarement un jour sans que je pense à mon pote médecin. » Pas du tout bavard sur le sujet, il se referme, ne veut pas remuer.

Son prochain défi : l’Atlantique à la voile avec Thomas Coville

Pour autant, il n’a pas été question, pour lui, d’abandonner. « Koh-Lanta », c’est physique, même quand on en est le simple présentateur. En 2018, une infection avant le tournage lui a fait perdre une dizaine de kilos, inquiétant certains téléspectateurs. « Mon départ a été décalé. Le tournage, non. Ça n’a pas influencé l’émission. Les gens l’ont su parce que quelqu’un a parlé. Moi, je n’évoque pas tout ça », dit-il.

En janvier, il est plâtré après une opération du tendon d’Achille. Là, il poste une vidéo à ses « amis » sur Twitter : « Tout ce qui peut donner lieu à une interrogation ou à des suspicions, je coupe l’herbe sous le pied. Contrairement à beaucoup, je suis assez pudique. » On saura juste que cet hypocondriaque déteste les médicaments et que le décès de son père, à 49 ans, des suites d’un cancer, l’a très tôt confronté à la question de la mort. La politique le passionne mais il évite d’en parler : « Je ne veux pas me mettre des gens à dos. » Sur les réseaux sociaux, il ne partage pas de moments familiaux. Ses enfants ont le droit de les utiliser à la condition qu’il puisse accéder à leurs publications. Quand ses filles font des directs sur Instagram, son grand jeu consiste à intervenir par surprise. Elles sont obligées de couper.

Lire aussi > Koh-Lanta : Le candidat accusé d’agression sexuelle sort de son silence

Le 1er août, il a fêté ses 20 ans à TF1. Comment se voit-il dans les vingt prochaines années? « Difficile d’imaginer. J’espère lever le pied, décider du moment où j’aurai envie d’arrêter. Mais j’en suis encore loin, j’ai 52 ans. J’ai aussi envie de voyager, d’écrire, de me consacrer davantage aux belles causes que je soutiens. » Il aimerait également « remettre à l’antenne une émission d’évasion avec du sens, à la « Ushuaïa »» « Mais, ajoute-t-il, je voyage déjà tellement ! Tout ne serait pas compatible. » Dans cet emploi du temps bondé, le boulimique a tout de même pris le loisir de penser à son prochain défi : traverser l’Atlantique à la voile avec son ami Thomas Coville. Il ne sait pas encore quand, mais « ça se fera », assure, confiant et enjoué, celui pour qui l’aventure est plus qu’un métier, une drogue dure.

CIM Internet