Paris Match Belgique

Eva Longoria confie avoir été harcelée sur le tournage de Desperate Housewives : « C’était de la torture pure et simple »

L'actrice le 31 juillet 2019. | © Lisa O'CONNOR / AFP

People et royauté

Une anecdote qui, elle l’espère, pourra venir en aide à son amie et ancienne collègue Felicity Huffman. 

Eva Longoria a volé au secours de Felicity Huffman, avec qui elle a partagé l’affiche de Desperate Housewives durant de nombreuses années. Celle-ci est empêtrée dans un scandale de pot-de-vin et risque la prison. Pour ce faire, elle a expliqué que sans le soutien de son amie, elle n’aurait pas tenu aussi longtemps sur le tournage. Elle a révélé être victime de harcèlement de la part d’un collègue.

Fière chandelle 

Felicity Huffman est empêtrée dans une sale histoire depuis le mois de mars aux États-Unis. En effet, elle aurait versé des pots-de-vin afin que ses enfants obtiennent leurs places dans de bonnes écoles. La nouvelle a été vécue comme une surprise pour celle qui n’est jamais sortie du droit chemin. Ainsi, elle risque une amende de 20.000 dollars et même une peine de prison. Pouvant aller de 4 à 11 mois, elle ne passerait pas plus d’un mois derrière les barreaux, d’après Metro UK.

Lire aussi > Admissions à l’université : En larmes, Felicity Huffman plaide coupable et évitera peut-être la prison

Pour défendre son amie, Eva Longoria a adressé une lettre au juge dans laquelle elle loue les qualités de l’actrice. Elle a notamment raconté qu’au début de sa carrière, Felicity avait été présente pour la soutenir dans une période difficile. « À une époque, j’étais harcelée au travail par un collègue. J’avais peur les jours où je devais travailler avec cette personne, parce que c’était de la torture pure et simple. Jusqu’au jour où Felicity a dit à cette personne ‘stop’ et tout s’est arrêté », a-t-elle expliqué.

« Felicity avait vu que j’étais stressée même si je ne m’étais jamais plainte et que je ne n’avais jamais dit à personne ce que je vivais à cet instant », précise-t-elle. « Je sais que je n’aurais pas survécu à ces dix ans s’il n’y avait pas eu mon amitié avec Felicity. » Une belle tribune pour l’actrice, dont l’avocate a demandé qu’elle preste 250 heures de travaux d’intérêt général.

Avec Belga

CIM Internet