Paris Match Belgique

Critiquée, Ellen DeGeneres défend son amitié avec George W. Bush [VIDÉO]

ellen degeneres

Ellen DeGeneres en 2018. | © Lionel Hahn/ABACAPRESS.COM

People et royauté

Critiquée pour avoir assisté à un match de football américain à côté de George W. Bush, Ellen DeGeneres a dû se justifier lundi soir, délivrant un message sur la tolérance. Mais certains restent dubitatifs.

Une photo d’Elle DeGeneres et de George W. Bush assis l’un à côté de l’autre, riant, dans les gradins d’un match de football américain à Dallas dimanche, a surpris les fans de l’animatrice. Certaines se sont même offusqués de découvrir ce cliché de l’activiste LGBT, libérale et décorée par Barack Obama, à côté de l’ancien président républicain officiellement contre le mariage homosexuel et fortement critiqué pour avoir engagé les États-Unis dans une guerre contre l’Irak et l’Afghanistan. Face aux critiques, l’amie des stars a dû se justifier lors de son émission « Ellen », lundi soir.

« Beaucoup de gens sont devenus fous et ils ont fait ce que les gens font quand ils sont fous : ils tweetent », plaisante l’animatrice, citant un seul tweet, positif : « Ellen et George Bush ensemble me redonne foi en l’Amérique. » Elle décide ensuite de crever l’abcès : « Voilà le truc : je suis amie avec George Bush. En fait, je suis amie avec beaucoup de gens avec qui je ne partage pas les mêmes convictions. On est tous différents et je pense qu’on a tendance à oublier que c’est ok d’être tous différents », rappelle-t-elle, délivrant un message sur la tolérance. « Mais ne pas être d’accord avec quelqu’un sur tout ne veut pas dire que je ne peux pas être amie avec cette personne. Quand je dis ‘soyez gentils les uns envers les autres’, je ne parle pas seulement des gens qui pensent comme vous. Je veux dire : ‘soyez gentils avec tout le monde’. » 

Lire aussi > Victime d’agressions sexuelles, Ellen DeGeneres adresse un puissant message aux survivants

Réactions mitigées

Son monologue a provoqué des réactions mitigées du côté des internautes. Certains ont applaudi son message et insisté sur le fait que l’animatrice ne devrait pas avoi à se défendre. D’autres ont affirmé que la politique de Bush constitue plus qu’une simple divergence d’opinion. « Désapprouver avec des amis qui portent de la fourrure n’est pas la même chose qu’être ami avec un président anti-gay criminel de guerre qui a eu un impact direct et négatif sur des millions de vies », a déclaré un internaute. La journaliste de Vanity Fair Laura Bradley a également écrit un article sur les limites d’une gentillesse inconditionnelle. Énumérant quelques faits sous l’ère George Bush, la journaliste rappelle que, pour des millions d’Américains, cette histoire n’a pas été marquée « par la compassion ou la gentillesse ». « DeGeneres a réduit cette histoire à une différence de ‘croyances’. […] Mais quand une personne a toujours cru que d’autres personnes ne devraient pas avoir les mêmes droits fondamentaux qu’une autre, il est difficile de traiter ces différences comme étant bénignes, en particulier lorsque cette personne a déjà exercé son pouvoir pour faire de ses croyances une réalité. » 

CIM Internet