Paris Match Belgique

Au Pakistan, Kate et William s’engagent pour l’éducation des filles et l’environnement

kate

Le prince William et Kate en visite au Pakistan. | © Aamir QURESHI / AFP

People et royauté

En visite officielle au Pakistan, le prince William et son épouse Kate ont visité une école de filles à Islamabad, afin de marquer leur attachement l’éducation des femmes dans ce pays profondément patriarcal.

Le prince William et son épouse Kate ont marqué leur attachement à l’éducation des femmes mardi en faisant de la visite d’une école de filles à Islamabad, première étape de leur tournée au Pakistan, un pays profondément patriarcal. Le couple s’est assis aux côtés de jeunes élèves apprenant les mathématiques, dont l’uniforme bleu rappelait la couleur du shalwar kameez, l’habit traditionnel pakistanais avec pantalon ample et tunique, que portait alors Kate.

Le duc et la duchesse de Cambridge ont aidé des écolières à résoudre certains problèmes mathématiques, a raconté Khadija Bakhtiar, directrice d’une ONG promouvant l’éducation. « Tous deux voulaient leur parler de manière naturelle (…) donc c’était très bien », a poursuivi Mme Bakhtiar, qui a assisté aux échanges. William et Kate ont passé environ une demi-heure dans l’école de filles, un établissement public qui compte quelque 1 000 élèves, de l’école primaire au lycée.

Lire aussi > Kate, William, Meghan et Harry annoncent un nouveau projet commun

Près de 23 millions d’enfants sont privés d’école au Pakistan, selon des chiffres de l’Unicef. Les filles sont particulièrement laissées de côté dans ce pays musulman conservateur et patriarcal. Moins de la moitié des femmes pakistanaises savaient lire et écrire en 2015, quand 71% des hommes sont alphabétisés, selon des chiffres du ministère des Finances.

« J’étais un grand fan de ma mère aussi »

Une vidéo tweetée par un reporter britannique montre William tout sourire alors que des fillettes lui disent être de « grandes fans » de sa mère, la princesse Diana, décédée en 1997 à Paris dans un accident de voiture. « Ah, vraiment ? C’est vraiment gentil de ta part. J’étais un grand fan de ma mère aussi. Elle est venue ici trois fois. J’étais très petit », a déclaré William selon le Daily Mail.

L’image de Diana s’est de fait imposée mardi. Le couple princier a ensuite rendu visite au Premier ministre pakistanais Imran Khan, qui était proche d’elle. Un temps basé à Londres, Imran Khan, ancien champion de cricket puis opposant politique, a connu William alors que celui-ci était enfant. Le duc et la duchesse de Cambridge ont donc été reçus à la résidence du Premier ministre dans une ambiance résolument détendue. Plusieurs photos officielles les montrent souriants alors qu’ils devisent avec un Imran Khan visiblement à l’aise.

La princesse Diana s’était rendue à deux reprises en visite privée au Pakistan pour l’aider à collecter des fonds pour un hôpital de cancérologie à Lahore, dans l’est du pays, après un premier voyage officiel en 1991.

William et Kate ont déjeuné avec le Premier ministre avant que celui-ci ne parte mardi pour Ryad, où il veut jouer un rôle de facilitateur entre l’Arabie saoudite et l’Iran, alors que les tensions sont au plus haut dans le Golfe. Pour rencontrer Imran Khan, la duchesse portait un autre ensemble traditionnel vert et blanc, quand son mari était vêtu d’un costume cravate sombre. William et Kate ont par ailleurs visité un bâtiment d’agents environnementaux dans les collines bordant Islamabad. Ils ont aussi rencontré le président pakistanais Arif Alvi et doivent assister en soirée à une cérémonie organisée en leur honneur.

Engagement pour l’environnement

Mardi soir, les Cambridge étaient invités au Monument du Pakistan pour assister à une réception donnée en leur honneur. L’occasion pour le prince William de prononcer un discours centré entre autres sur la lutte contre le changement climatique et les défis sécuritaires de la région. Après avoir rappelé les dégâts que le réchauffement climatique ont et auraient sur les glaciers du Pakistan, le frère de Harre a appelé à une action collective : « Mesdames et Messieurs, étant donné l’ampleur et la complexité des défis auxquels les générations futures seront confrontées, il est clair que nous devons tous travailler ensemble. Et qu’il s’agisse de cette génération ou de la suivante, je sais que le Royaume-Uni et le Pakistan continueront d’être les meilleurs exemples de la coopération internationale. Oui, les défis à venir sont grands. Mais nous ne pouvons être ni découragés ni distraits. Au lieu de cela, nous devrions tirer parti de nos liens communs et tenir compte des paroles de Muhammed Ali Jinnah : ‘Mon message à vous tous est plein d’espoir, de courage et de confiance’. »

Avec Belga

CIM Internet