Paris Match Belgique

Pourquoi la mort de Goo Hara, superstar de la K-pop, suscite un vif débat sur le harcèlement en ligne

goo hara

De nombreux fans sont venus déposer des fleurs devant le domicile de la jeune femme à Séoul. | © Dong-A Ilbo / AFP.

People et royauté

Âgée de 28 ans seulement, la chanteuse a été retrouvée morte ce dimanche chez elle, dans la capitale sud-coréenne.

La malédiction continue de s’abattre sur le monde de la K-pop. La chanteuse sud-coréenne Goo Hara est décédée ce dimanche à l’âge de 28 ans. La jeune femme a été retrouvée à son domicile et une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de sa mort, selon la police.

Lire aussi > Mort à 25 ans de Sulli, la rebelle de la K-pop

Ex-membre du groupe Kara (un « girl group » dont le nom signifie « Douce mélodie » en grec), Goo Hara avait publié samedi sur Instagram un cliché d’elle allongée dans son lit, avec en légende les mots « Good night ».

View this post on Instagram

잘자

A post shared by 구하라 (@koohara__) on

Les fans craignent un suicide, la jeune femme ayant déjà été retrouvée inconsciente chez elle il y a six mois par son manager, après ce qui ressemblait à une tentative de mettre fin à ses jours. Elle avait dû ensuite être hospitalisée, et s’était peu après excusée auprès de ses fans pour avoir causé « des inquiétudes et une agitation ».

Chantage, harcèlement et pressions

Cet épisode tragique avait suivi une rupture difficile avec son ex-petit ami, l’ancien footballeur sud-coréen Choi Jong-Bum, qui lui avait fait du chantage, la menaçant de détruire sa carrière en mettant en ligne une sextape d’elle, comme le rappelle CNN. Elle l’avait poursuivi en justice en septembre 2018, et celui-ci avait été condamné à de la prison avec sursis.

L’annonce du décès de Goo Hara tombe surtout un mois après celui de Sulli, une autre star de la K-pop dont elle était proche. Sulli s’était suicidée après un long combat contre le harcèlement en ligne, dont Goo Hara était également victime. Cette dernière avait posté un message déchirant sur son compte Instagram peu après la mort de Sulli, pleurant la disparition de son amie. Les réseaux sociaux bruissaient du chagrin des fans, l’un d’eux écrivant :  « J’espère que tu dormiras d’un sommeil tranquille au paradis et que tu n’auras plus de souci« .

Lire aussi > En Corée du Sud, la sage K-pop engluée dans un scandale sexuel

Ce drame met également en lumière un problème plus large, qui concerne l’ensemble de la société sud-coréenne. Le pays possède l’un des taux de suicide les plus élevés au monde. Selon le gouvernement, il est même une des principales causes de mortalité chez les moins de 40 ans.

CIM Internet