Paris Match Belgique

Golden Globes 2020 : Ricky Gervais tacle violemment Hollywood pour avoir fermé les yeux sur Harvey Weinstein [VIDÉO]

Ricky Gervais aux Golgen Globes

Humour corrosif et sourire mordant, pour l'édition 2020 des Golden Globes, le comédien anglais Ricky Gervais n'a pas retenu ses coups. | © Belga Images / IMAGO

People et royauté

La 77e édition des Golden Globes s’est tenue hier, 5 janvier. L’occasion d’un petit règlement de compte pour l’acteur et humoriste Ricky Gervais, qui animait pour la cinquième fois la cérémonie. 

 

Humour corrosif et sourire mordant, pour l’édition 2020 des Golden Globes, le comédien anglais Ricky Gervais n’a pas retenu ses coups. S’attaquant successivement à Harvey Weinstein, Jeffrey Epstein ou encore au Prince Andrew, l’hôte de la soirée n’a pas hésité non plus à placer tout l’entourage hollywoodien devant ses responsabilités.

Lire aussi > Golden Globes : l’Hollywood mythique et le film de guerre triomphent

Dès l’ouverture de la cérémonie, Gervais annonce la couleur en faisant directement référence à celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom.

« Commençons en beauté, on va rire à vos dépens, d’accord ? Dans cette salle, se trouvent quelques-uns des patrons de la télévision et du cinéma les plus importants au monde, des gens de divers horizons. Mais tous ont une chose en commun : ils sont tous terrifiés par Ronan Farrow. »

« Il vient vous chercher », ajoute-t-il, évoquant le journaliste qui a contribué à révéler les abus d’Harvey Weinstein. Le timing est parfait puisque le procès du célèbre producteur hollywoodien s’ouvre aujourd’hui à New York.

 

Grognements gênés et cris désapprobateurs se font alors entendre dans la salle, ce qui n’arrête pas le créateur de la série The Office. C’est au tour du Prince Andrew d’en prendre pour son grade. Gervais taquine d’abord Léonardo Di Caprio à propos de son penchant pour les femmes plus jeunes, imaginant que la petite amie de l’acteur, Camila Morrone, est devenue trop vieille à son goût quand il a quitté l’avant-première de Once Upon A Time… In Hollywood.

« Même le prince Andrew lui a dit : ‘Non mais mec…' », finit-il par lâcher, en référence directe à l’implication du prince Andrew dans le scandale Jeffrey Epstein.

Lire aussi > Harvey Weinstein craint avoir été « oublié », ses accusatrices lui répondent

Le sujet s’est ensuite essentiellement concentré sur les feux de forêts en Australie, laissant de côté le temps d’un instant le mouvement #MeToo… pour mieux y revenir ensuite. Ainsi, pour annoncer l’actrice Sandra Bullock, dernière hôtesse de cérémonie, il déclare :

« Notre prochaine présentatrice a joué dans Bird Box sur Netflix, un film où les gens survivent en faisant comme s’ils ne voyaient rien », a-t-il commencé. « Un peu comme travailler pour Harvey Weinstein ».

Alors que des grondements se font entendre de plus belle dans la salle, Gervais s’adresse plus directement au parterre d’acteurs et réalisateurs présentes : « C’est vous qui l’avez fait ! Pas moi ! ». Un « vos gueules » clôture la séquence, censurée par la télé américaine.

 

CIM Internet