Paris Match Belgique

Le caprice revanchard d’Harvey Weinstein après avoir été privé de téléphone au tribunal

Harvey Weinstein

Inculpé de viol et d'agression sexuelle, Harvey Weinstein a plaidé non coupable, affirmant que toutes les relations sexuelles qu'il avait eues avec les plaignantes étaient consensuelles. | © Belga Images / Timothy A. Clary

People et royauté

Blessé dans son orgueil, l’homme à l’origine du mouvement #MeToo a décidé de se retourner contre le juge de son procès. 

 

Est-ce qu’Harvey Weinstein allait faire profil bas au tribunal ? Celui dont l’omniprésence avait marqué les discours de l’édition 2020 des Golden Globes était apparu mal au point à l’ouverture de son procès ce lundi 6 janvier. Muni d’un rollator décoré de balles de tennis digne de la canne de Carl Fredricksen dans Up!, le producteur hollywoodien apparaissait boitant, la mine livide et mal rasé. Au point que Vice s’est demandé s’il ne s’agissait pas d’une stratégie pour qu’on s’appitoie sur son sort.

Lire aussi > Golden Globes 2020 : Ricky Gervais tacle violemment Hollywood pour avoir fermé les yeux sur Harvey Weinstein [VIDÉO]

Il n’a pas fallu 48 heures pour que l’ex-magnat d’Hollywood commence à  » faire des étincelles », pour utiliser les termes du Guardian. Alors qu’il était en train de consulter ses deux smartphones dans la salle d’audience après qu’on lui ait demandé à plusieurs reprises de l’éteindre, le juge James Burke a perdu patience : “Qu’est-ce que j’ai dit qu’il se passerait s’il y avait des téléphones portables ou d’autres appareils électroniques dans la salle d’audience ?”

 “C’est vraiment ça que vous voulez : finir en prison pour le reste de votre vie parce que vous avez envoyé un SMS et violé une ordonnance du tribunal?”

L’un des avocats de Weinstein, Arthur Aidala, a répondu : “Vous avez dit que vous ne vouliez jamais voir un téléphone portable dans la main de mon client.” Le juge a rétorqué : “Parce que sinon, quelle serait mon intention?” “Changer les conditions de sa caution en détention préventive”, a répondu Arthur Aidala, stupéfait. Autrement dit, le juge pourrait décider de mettre immédiatement en prison le prévenu.

Harvey Weinstein s’apprêtait à répondre, mais le juge l’en a empêché : “C’est vraiment ça que vous voulez : finir en prison pour le reste de votre vie parce que vous avez envoyé un SMS et violé une ordonnance du tribunal?”

Lire aussi > Harvey Weinstein est loin d’en avoir fini avec la justice

Une scène digne d’un grondage d’écolier, qui n’a visiblement pas plu à Weinstein. L’avocat du producteur a déposé une requête demandant un changement de juge après des remarques « préjudiciables et incendiaires ». Celles-ci révéleraient selon lui une partialité du juge.

Le jeudi 9 janvier, selon le New York Post, le juge James Burke a indiqué qu’il n’avait jamais eu l’intention d’emprisonner Weinstein et qu’il s’agissait simplement d’une « remontrance à un accusé récalcitrant ». Il a donc refusé de se récuser sur ce motif.

Inculpé de viol et d’agression sexuelle, Harvey Weinstein a plaidé non-coupable, affirmant que toutes les relations sexuelles qu’il avait eues avec les plaignantes étaient consensuelles. S’il est condamné, il risque la prison à perpétuité.

 

CIM Internet