Paris Match Belgique

César : Nicolas Bedos défend Fanny Ardant, attaquée pour son soutien à Polanski

nicolas bedos fanny ardant

Les deux stars à Cannes en mai dernier. | © Valery HACHE / AFP.

People et royauté

Mardi, Nicolas Bedos s’est exprimé sur son compte Instagram pour apporter son soutien à Fanny Ardant, vivement critiquée ces dernières heures pour avoir réaffirmé son soutien à Roman Polanski.

D’après un article Paris Match France de La Rédaction

Nicolas Bedos vole au secours de Fanny Ardant. Vendredi, le réalisateur et l’actrice étaient aux César où ils ont respectivement reçu le prix du meilleur scénario originale et de la meilleure actrice dans un second rôle pour le deuxième film de Bedos, La Belle Époque. Après cette double victoire, le duo s’est rendu en salle de presse pour échanger avec les journalistes, un moment lors duquel Fanny Ardant a exprimé son soutien à Roman Polanski, sacré meilleur réalisateur pour son film J’Accuse. « Quand j’aime quelqu’un, je l’aime passionnément. Et j’aime beaucoup Roman Polanski, donc je suis très heureuse pour lui. (…) Après, il faut comprendre que tout le monde n’est pas d’accord mais vive la liberté. Je suivrais quelqu’un jusqu’à la guillotine, je n’aime pas la condamnation », avait déclaré la comédienne de 70 ans.

Lire aussi > L’épouse de Polanski, Emmanuelle Seigner, dénonce les « mensonges de folles hystériques » et quitte Instagram

Évidemment, les mots de Fanny Ardant n’ont pas plu à tout le monde. Face aux critiques, Nicolas Bedos a publié mardi 3 mars 2020 un message en forme de mise au point sur son compte Instagram.

Lire aussi > César 2020 : Florence Foresti accusée de « prestations pathétiques et nauséabondes » par plusieurs acteurs français

« Elle n’a jamais remis en question l’indignation et la colère d’Adèle Haenel »

« À celles et ceux qui saturent mes comptes Facebook et Instagram d’insultes sur Fanny Ardant, je leur rappelle que : 1) Je l’aime et quand j’aime, c’est à vie. 2) Elle n’a jamais remis en question l’indignation et la colère d’Adèle Haenel (et avec elle, des femmes) à l’annonce du prix de Polanski. 3) Mais elle a soutenu un AMI auquel elle est liée depuis des décennies et qu’à titre personnel elle refusait d’accabler DAVANTAGE ce soir-là. 4) Vous y voyez de l’aveuglement et de l’indécence, j’y vois de l’humanité et de la DÉCENCE. 5) Qui sommes-nous pour juger leur histoire ? Nos douleurs et nos consternations nous dispensent-elles de respect et de modeste ? Bonne journée », a-t-il conclu.

CIM Internet