Paris Match Belgique

Coronavirus : Avec un style fou, Naomi Campbell nous offre le summum de la paranoïa

Naomi Campbell en 2019. | © Lionel Hahn/ABACAPRESS.COM

People et royauté

L’ex-mannequin aux tendances hypocondriaques a encore frappé.

Publié le 31 juillet 2019, cet article a fait l’objet d’une mise à jour le 11 mars 2020.

Elle est connue pour son tempérament de feu et ses caprices de diva. Naomi Campbell, mannequin phare des années 90, ne s’en cache d’ailleurs pas et assume son caractère un brin excentrique. Nouvelle preuve de son train de vie à des années lumières de la réalité ? Les manies de la star lorsqu’elle prend l’avion. Des avions ou autres jets qu’elle prend évidemment à la pelle (« Je suis née pour voyager », explique-t-elle) car la top s’est reconvertie en businesswoman d’envergure, enchaînant les partenariats avec les plus grandes marques. Pas question pour elle d’embarquer à bord d’un coucou sans un rituel bien précis.

Lire aussi > Naomi Campbell admet qu’elle passe souvent « un jour ou plus » sans manger

Et le coronavirus qui mobilise actualité et hôpitaux aux quatre coins du monde n’aura rien changé à l’affaire. Bien au contraire. Alors que le Covid-19 met toute l’Italie sous cloche, la Britannique a degainé une tenue tout droit sortie de Resident Evil à l’aéroport. « La sécurité avant tout, NEXT LEVEL », a-t-elle écrit sur Instagram avant de teaser une vidéo à venir. En juillet dernier, elle partageait déjà sa routine (pas si) délirante sur sa page YouTube…

Gants en latex et lingettes désinfectantes

Dans une séquence publiée en juillet dernier, Naomi explique se vêtir d’une tenue confortable avant de voler, c’est-à-dire un pyjama en soie Burberry. Mais c’est lorsqu’elle s’installe dans son siège, en business of course, que le rituel commence à devenir un peu flippant. Après avoir enfilé des gants en latex, elle se lance alors dans un véritable ménage très minutieux. Armée de lingettes désinfectantes, elle nettoie tous les objets avec lesquels elle pourrait entrer en contact. De l’écran de bord au hublot, en passant par les parois de l’avion, tout y passe.  « Je m’en moque de ce que les gens peuvent penser de moi. C’est ma santé, et ça me fait me sentir mieux », se justifie-t-elle.

« Les gens ne peuvent s’empêcher de tousser ou d’éternuer »

Mais la top ne s’arrête pas là. Elle dépose également une serviette sur son siège pour, encore une fois, ne toucher aucun élément extérieur. Last but not least, elle enfile un masque antipollution, craignant les maladies des autres passagers. « Peu importe que vous preniez un vol privé ou commercial, les gens ne peuvent s’empêcher de tousser ou d’éternuer. Et je ne peux tout simplement pas ». Une routine de voyage qui frise décidément l’hypocondrie.

CIM Internet