Paris Match Belgique

Coronavirus, Megxit, Epstein… Le mariage de la poisse de la princesse Beatrice

Le couple en octobre 2019. | © David Niviere/ABACAPRESS.COM

People et royauté

Une succession d’événements qui mettent à mal la cérémonie tant attendue… 

Après les mariages de William et d’Harry, ce devait être le prochain Royal Wedding qui illuminerait le printemps anglais. L’union entre la petite-fille d’Elizabeth II, 31 ans, et le fringant homme d’affaires italien Edoardo Mapelli Mozzi, 37 ans, avait tout d’un conte de fées. Sur le papier. Itinéraire d’une cérémonie des plus houleuses.

L’ombre d’un père

Dans une tragédie plus grecque que britannique, c’est par le père qu’est venu le tourment. Sérieusement entaché par l’affaire Epstein, dont il était réputé proche, le prince Andrew a été contraint de se retirer de la vie publique en novembre dernier. Et l’ombre du scandaleux paternel s’est rapidement manifestée.

Lire aussi > Prince Andrew : Ce scandaleux privilège qu’il accordait à ses conquêtes à Buckingham Palace 

Conséquence directe : les médias, dont la BBC, ont annoncé qu’ils ne proposeraient pas de couverture en direct du mariage. Par deux fois, une Beatrice « furieuse » a appris que la date de son mariage – prévu le 29 mai à ce jour – serait décalée. Et qu’il serait bien moins majestueux que ceux de ses cousins. Et l’un d’eux a d’ailleurs (indirectement) mis son grain de sel : Harry.

Andrew et sa fille Beatrice lors du mariage de Meghan et Harry le 19 mai 2019. Gareth FULLER / POOL / AFP

Prince de pique

Au début du mois de janvier, le Prince et Meghan Markle annoncent avec fracas leur volonté de se retirer de la famille royale, relayant le mariage de « Bea » et Edoardo bien loin dans la liste des priorités et mobilisant toute l’attention de la presse. Pire encore, les Sussex, piqués dans leur orgueil à cause de la gestion de leur marque Sussex Royal, n’ont pas hésité à tacler subtilement les princesses d’York. Selon eux, elles incarneraient un « précédent » qui devait leur permettre d’utiliser le mot « Royal » à leur guise. Ce qui leur aura été refusé par Elizabeth II avec une main de fer dans un gant de velours.

Danny Lawson / POOL / AFP

Lire aussi > Vexés, Meghan et Harry taclent les princesses Beatrice et Eugenie

La lueur d’espoir dans ce fatras ? Une belle réception dans les jardins de Buckingham Palace. Mais le coronavirus en a décidé autrement, et le Palais vient d’en officialiser l’annulation. C’est avec une dignité toute princière que le couple a encaissé cette nouvelle déconvenue. « Ils sont particulièrement conscients des conseils du gouvernement concernant à la fois le bien-être des membres plus âgés de la famille et les grands rassemblements de personnes », a fait savoir un porte-parole ce 18 mars. Si la date du 29 mai est toujours retenue, on se dirigerait bien vers un mariage en catimini. Mais, vous l’aurez compris, il ne faudra juger de rien.

CIM Internet