Paris Match Belgique

Timothée Chalamet : Sans détour, Woody Allen l’accuse de l’avoir « balancé » pour sa carrière

Timothée Chalamet et Woody Allen. | © DPA / IMAGO

People et royauté

C’est l’une des anecdotes distillées dans la nouvelle autobiographie du réalisateur. 

Elle allait forcément faire couler beaucoup d’encre. Après avoir provoqué la mutinerie des employés de la maison Hachette, Apropos of Nothing, la biographie de Woody Allen, a finalement été publiée du côté d’Arcade ce lundi 23 mars. Si le réalisateur de 84 ans en profite faire des révélations douteuses – il assure avoir épousé sa fille adoptive Soon-Yi Prévin pour des « raisons strictement financières » -, il a également glissé un petit tacle à un jeune acteur à qui tout sourit : Timothée Chalamet.

« Il a juré à ma sœur qu’il était obligé de le faire »

Pour Woody Allen, le Franco-Américain de 24 ans s’est glissé dans l’éternel costume de tweed et de velours dans Un jour de pluie à New York, comédie sortie en 2019. À ce moment-là, Chalamet vit surtout un moment-clé de sa jeune carrière puisqu’il est nominé aux Oscars pour son rôle dans l’excellent Call Me By Your Name. Un événement qui, selon les dires du réalisateur, l’aurait donc poussé à le « dénoncer » pour mettre toutes ses chances de son côté.  « Il a juré à ma sœur qu’il était obligé de le faire. (…) Lui et son agent estimaient qu’il avait une meilleure chance de gagner s’il me dénonçait. Alors il l’a fait », écrit-il dans ses mémoires.

Elle Fanning et Timothée Chalamet sur le tournage du film en 2017. Dennis Van Tine/ABACAPRESS.COM

Après l’avènement du mouvement #MeToo, le jeune acteur avait effectivement pris ses distances, reversant même l’intégralité de son cachet à diverses associations, dont Time’s Up. « Je veux être capable de me tenir aux côtés des artistes courageux qui se battent pour que tous soient traités avec le respect et la dignité qu’ils méritent », avait-il expliqué dans un long post Instagram. Woody Allen, lui, concède qu’il « ne regrette pas d’avoir travaillé avec lui », mais qu’il ne « rendra pas son argent ».

CIM Internet