Paris Match Belgique

Victoria Beckham : Accusée de profiter du coronavirus avec le chômage partiel, elle se fait incendier par les Britanniques

victoria beckham chômage coronavirus polémique

"Posh" se retrouve dans la tourmente. | © ABACAPRESS.

People et royauté

La crise du Coronavirus n’épargne personne, et surtout pas le luxe. Le label éponyme de Victoria Beckham a ainsi mis au chômage partiel 25 de ses 120 collaborateurs. Et la pilule a beaucoup de mal à passer outre-Manche.

 

Devenue une redoutable business woman dans le monde de la mode, Victoria Beckham et son label éponyme connaissent un succès reconnu depuis des années dans le secteur. Mais la crise économique mondiale causée par le Covid-19 n’épargne personne, y compris le luxe qui ne vit pas sa meilleure vie.

Lire aussi > David Beckham aurait mis la main sur l’appartement le plus cher du monde [PHOTOS]

Touchée de plein fouet, l’ex-Spice Girl a dû mettre 25 de ses collaborateurs (sur 130) au chômage temporaire, dont les allocations versées par l’État correspondent à 80% du salaire normal. Un comportement qui a ulcéré une partie de l’opinion publique au Royaume-Uni, malgré le fait que « Posh » se prive elle-même de salaire.

« Pourquoi puiser dans nos impôts plutôt que dans ta fortune ? »

Les Britanniques lui reprochent en effet de profiter du système afin de faire payer ses employés avec les deniers publics plutôt que de continuer à les payer elle-même. « Pourquoi puiser dans nos impôts plutôt que dans ta fortune ? », lui a-t-il été reproché sur les réseaux sociaux.

L’éditorialiste Piers Morgan, connu pour ses prises de position populistes visant à détruire les puissants, a été le premier à tirer sur la star en l’accusant de piller les caisses de l’État en ayant recours au chômage partiel, et ce pour soutenir un business en substance sans intérêt autre que de nourrir la vanité d’une « prima donna multi-millionnaire ». Ambiance.

Lire aussi > 3 choses que vous ne saviez probablement pas sur… Victoria Beckham

La polémique est d’autant plus vive que la créatrice et son David Beckham de mari se sont récemment offerts un somptueux penthouse de 23 millions d’euros à Miami. Une preuve s’il en fallait une que le clan Beckham ne manque de rien, et qui pousse à se ranger du côté des britanniques pas contents.

CIM Internet