Paris Match Belgique

Elsa Zylberstein, une « Mytho » irrésistible au grand coeur

elsa zylberstein mytho

La comédienne en janvier dernier. | © FRANCOIS GUILLOT / AFP.

People et royauté

En attendant la sortie de Tout nous sourit, film pour lequel elle a obtenu le prix d’interprétation à l’Alpe d’Huez et d’Adorables le 22 Juillet, Elsa Zylberstein nous enchante chaque jour avec ses sketchs de l’actrice Mytho sur Instagram. Une actrice généreuse qui ne se prend pas au sérieux, c’est rare.

D’après une interview Paris Match France de Dany Jucaud

Paris Match. Vos sketchs sur Instagram remportent un véritable succès. Comment vous est venue cette idée ?
Elsa Zylberstein. C’est venu au départ d’une conversation que j’ai eue avec Gad Elmaleh au tout début du confinement. On était morts de rire en s’imaginant comment certaines actrices mythos allaient vivre tout ça. J’avais à peine raccroché que je me suis dit : « Allez je le fais ! ». J’ai mis une robe Alaia et j’ai dit à mon amoureux : « Filme-moi, ce soir je sors ! » Le fait de créer ce personnage de Mytho qui continue quoi qu’il arrive à vouloir vivre une vie  normale, comme de si rien n’ était, est une forme d’exutoire. Je reçois  tous les jours des centaines de commentaires et de compliments auxquels d’ailleurs je m’efforce de répondre .C’est magique !

Lire aussi > Edouard Baer : Ses magnifiques poésies de confinement envoûtent les stars et la Toile [VIDÉO]

Vous n’êtes jamais en panne d’inspiration ?  
Jamais. Une heure avant je ne sais pas ce que je vais faire. J’avais aussi envie de montrer aux gens qu’on fait tous la même chose. Je passe en accéléré mes taches ménagères quotidiennes. Comme tout le monde je range mes placards, je trie les vêtements d’hiver et d’été, je nettoie ma salle de bains, j’ai même repeint ma chambre en direct. J’ai moi aussi ma vie mytho, tout en restant dans mon appartement. Je m’imagine que je pars tourner au bout du monde ou que je vais à  la plage. Lundi, j’ai mis une petite table sur mon balcon et j’ai inventé que j’ organisais un diner champêtre. Tout le monde m’a répondu en mode mytho : « On passe pour le dessert ! » C’est devenu un code entre nous et j’ avoue que c’est la première fois que j’ai un lien comme ça avec le public. J’ai commencé ça comme un jeu mais je ne pensais pas que cela prendrait ces proportions.


J’ai découvert la solidarité entre les gens.

Lire aussi > En confinement, Blake Lively se paie la tête de Ryan Reynolds et la toile est sous le charme

Parallèlement vous vous occupez aussi de personnes âgées.
J’ai été bouleversée quand on a annoncé que les familles n’avaient plus le droit de rendre visite à leurs parents dans les EPHAD. J’ai pensé à ma grand-mère… Je me suis dit que j’étais très gâtée et qu’il fallait absolument que je fasse quelque chose. Mon amie Yasmina Benguigui m’a aussitôt mise en contact avec Anne Hidalgo qui été formidable. Il existait déjà à la mairie une association « Paris en compagnie » avec des bénévoles qui s’occupent des personnes âgées, mais rien avec les artistes. J’ai appelé ceux que je connaissais : Gad, Franck Dubosc, Pierre Arditi, François Berleand, Claude Lelouch, Line Renaud, Stéphane Bern… On téléphone à ces personnes seules pour leur lire des textes ou de  la poésie, des textes de Rimbaud, Verlaine.. De les entendre si heureux à l’autre bout du fil me procure un bonheur infini. J’ai découvert dans cette épreuve la solidarité entre les gens. Après avoir vécu quelque chose d’aussi grave, j’espère que les gens seront moins dans le paraître et plus dans l’humanité.

CIM Internet