Paris Match Belgique

Maxime Gasteuil : « À la fin du confinement, je serai influenceur jardi-bricolage »

Maxime Gasteuil À la fin du confinement, je serai influenceur jardi-bricolage

Je réalise que je passe énormément de temps à courir après les opportunités et que je dois apprendre à les laisser venir à moi. | © Belga Image / LA PROVENCE / David Rossi

People et royauté

Chez ses parents dans le sud-ouest de la France et privé de scène, l’auteur et comédien continue de faire rire ses fans. D’abord grâce à ses vidéos publiées sur Instagram, mais aussi dans l’émission « Au secours, bonjour » sur France 2. Il nous raconte son confinement.

 

D’après un article Paris Match France de Margaret Macdonald

Paris Match. Comment se passe votre quotidien de confiné ?
Maxime Gasteuil. Je passe beaucoup de temps au téléphone. Avec mon équipe pour le travail, mais aussi avec mes copains. Nous n’avons pas toujours grand-chose à raconter mais je suis toujours très heureux de les voir, même à travers un écran. Le matin je fais un peu de sport puis le reste de la journée j’écris et je tourne du contenu pour mes réseaux et les vidéos pour l’émission « Au secours, bonjour » sur France 2. Bien sûr, j’en profite aussi pour passer du temps avec ma famille dans mon village natal : une source infinie d’inspiration. Et enfin, je jardine énormément. D’ici la fin du confinement, je serai un influenceur jardi-bricolage !

Et la cohabitation avec vos parents ?
Mes parents ne peuvent plus me sacquer (rires). J’ai fait quelques vidéos en direct tard le soir et mon père s’est un peu inquiété de me croiser torse nu, paré de lunettes de soleil en train de parler à mon téléphone portable. Heureusement, j’ai vite dû abandonner le projet par manque de réseau. En réalité ils sont ravis de voir comment je travaille et nous profitons de ce moment ensemble.

Vous travaillez sur de nouveaux projets ?
Avec mon équipe, à savoir mes producteurs et mes co-auteurs, nous avons essayé de tirer le meilleur de la situation et d’avancer sur des projets qui ont été mis de côté à cause de ma tournée. France 2 m’a appelé pour cette nouvelle émission donc je leur propose entre cinq et dix vidéos par jour. Et, en parallèle, je travaille sur un projet de film, qui devrait voir le jour bientôt, et un livre intitulé Le guide d’un provincial qui débarque à Paris. De manière très positive, le confinement m’a conforté dans mon choix de carrière car je n’ai qu’une hâte : remonter sur scène.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

J’ai plus d’air ! . Tag un Cono ! . #AllezCiaooo

Une publication partagée par M A X I M E . G A S T E U I L (@maxime.gasteuil) le

« Je rêve d’un grand tour en scooter et de sentir l’air pollué de Paris sur mon visage »

Qu’est-ce qui vous interpelle le plus dans cette situation ?
Je me réjouis de voir tous ces jeunes qui s’engagent pour soutenir les soignants grâce à des actions solidaires. J’ai récemment offert des billets à l’initiative Collab For Love et ça me rend très fier de participer à l’effort collectif. C’est génial aussi de voir tout le monde – des humoristes aux animateurs télé – se réinventer pour s’adapter à la période que nous traversons. J’ai eu des échos de soignants qui profitent de leurs quinze minutes de pause pour regarder mes vidéos : ce genre de message me donne envie de continuer.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

C’EST TOTALEMENT GRATUIT . « Spécial Confinement » . Tag un coach ! ‍ . #AllezCiaooo . @benjamin_demay va te faire !

Une publication partagée par M A X I M E . G A S T E U I L (@maxime.gasteuil) le

Quelles activités pratiquez-vous pour vous détendre ?
Habituellement je manque de temps pour aller au cinéma ou regarder Netflix, mon metteur en scène a sauté sur l’occasion pour m’envoyer une liste de rattrapage de films et de séries. Je lis beaucoup également. C’est incroyable qu’il faille être confiné pour prendre du temps pour soi.

Qu’est-ce qui vous insupporte le plus depuis le début du confinement ?
Je me sers de ce qui m’énerve sur les réseaux sociaux pour nourrir mes sketchs, donc je peux difficilement m’en plaindre. Mais, plus personnellement, je ne suis pas de nature solitaire alors mes amis me manquent beaucoup.

Que ferez-vous quand tout ceci sera terminé ?
Un petit tour en garde-à-vue sûrement… Je compte faire une soirée mémorable et finir tout nu sur la place de la Concorde ! Après bientôt deux mois, je rêve d’un grand tour en scooter et de sentir l’air pollué de Paris sur mon visage.

Quelle leçon tirez-vous de cette période ?
Mon plus gros défaut est l’impatience. Je réalise que je passe énormément de temps à courir après les opportunités et que je dois apprendre à les laisser venir à moi. Mais, je vous rassure, je ne suis pas non plus devenu Bouddha !

CIM Internet