Paris Match Belgique

Jackie Kennedy : la ligne à tout prix

Jackie Kennedy-Onassis. | © BELGA/Maxppp

People et royauté

Une ancienne gouvernante de la famille Kennedy, Kathy McKeon, a révélé le régime draconien que s’imposait l’ancienne première dame des États-Unis pour conserver sa silhouette.

 

Le contrôle à tout prix. Obsédée par son poids qu’elle maintenait difficilement à 55kg pour ses 1m70, Jackie Kennedy surveillait strictement son régime alimentaire, raconte Kathy McKeon, une ancienne employée de la famille Kennedy dont le livre Jackie’s Girl : my life with the Kennedy Family a été publié le 9 mai dernier. Selon l’ex-gouvernante, Jackie Kennedy ne dépassait pas les 600 calories par jour pour garder sa ligne, ce qui la conduisait à avoir un régime monotone, composé essentiellement d’œufs, de fromage blanc et de légumes cuits à la vapeur.

Lire aussi > Les First ladies, ces femmes politiques

Toutefois, à force de se frustrer sans arrêt, Jackie Kennedy était sujette à de violentes crises de boulimie. Il n’était donc pas rare pour son personnel de maison de la croiser tard le soir, assise dans le garde-manger, à s’empiffrer de tout ce qui lui tombait sous la main. Kathy McKeon révèle : « Si elle allait dans la cuisine et voyait un brow­nie ou des cookies, elle l’at­tra­pait et le mangeait à même le plat. Il nous est arrivé de nous rentrer dedans, la nuit, dans le garde-manger. Elle n’al­lu­mait pas la lumière, parce qu’elle ne voulait pas qu’on la voie là-dedans. Je l’ai surprise en train de manger de la glace à même le pot avec une grosse cuillère. Pas une petite, non, une énorme ! Elle était très amusante ».

Tu es beau­coup trop grosse. Personne ne voudra t’épou­ser.

Non contente de réglementer avec sévérité son propre régime alimentaire, Jackie Kennedy surveillait aussi de près celui de sa fille, Caroline. Sans passer par quatre chemins, l’ancienne première dame n’hésitait pas à réprimander sa fille et la traiter de grosse si celle-ci osait demander un dessert à la fin des repas. Caroline était alors âgée 10 ans. « Tu es beau­coup trop grosse. Personne ne voudra t’épou­ser » lui rappelait sa mère, prête à tout pour voir sa fille réussir sa vie, au point d’oublier l’impact que pouvait avoir ses propos peu tendres. Kathy McKeon écrit : « Elle voulait s’as­su­rer que Caro­line ne mange pas d’ali­ments qui font gros­sir et qu’elle s’ha­bille toujours avec élégance ».

CIM Internet